samedi 1 janvier 2011

Le salon est ici




Bonjour et bienvenue, amis lecteurs.

Voici un  salon ouvert ouvert à tous pour bavarder cordialement. Entrez et prenez vos aises : nous sommes entre amis.


Pour passer d'une page à l'autre du salon, utiliser les liens «Les plus anciens   ‹Précédent  ...   Suivant›  Les plus récents» au début et en fin de page ou les liens suivants.
24.7 au 8.8.2011  |   8.8 au 29.8   |  29.8 au 3.10   |   3.10 au 10.10   |   10.10 au 6.11   |   6.11 au 26.11   |   26.11.2011 au 2.1.2012  |  2.1 au 11.1.2012   |  12.1 au 30.1  |  du 30.1 au 1.4   |  du 1.4 au 30.6  |  du 30.6 au 19.10  |  du 19.10.2012 au 11.2.2013   |   du 11.2 au 16.4   |   du 16.4 au 25.6    |   du 25.6 au 13.8   |   du 13.8 au 16.11   |   du 16.11.2013 au 15.4.2014   |   du 15.4.2014 au 11.2.2015   |   du 11.2 au 2.4.2015   |   du 2.4 au 25.6.2015   |   du  25.6 au 12.10.2015    |   du  12.10.2015 au 10.2.20106    |  du  10.2 au 7.6.2016  |   du 7.6 au 25.10.2016  |   du 25.10.2016 au 29.1. 2017   |  du 29.1.2017 au 12.6.2017  |   depuis le 12.6.2017 

3 876 commentaires:

«Les plus anciens   ‹Précédent   601 – 800 sur 3876   Suivant›   Les plus récents»
Philippe Renève a dit…

Voilà qui est fait...

Philippe Renève a dit…

Il faut que deux "prix Nobel" d'économie le disent haut et fort pour que les médias en parlent: « Pour les prix Nobel Joseph Stilglitz et Paul Krugman, la politique économique menée par les dirigeants européens rend la récession inévitable ».

C'est pourtant l'évidence même: la politique à la Merkel de réduction des dépenses publiques à marche forcée ne peut que provoquer une baisse de l'activité économique et du pouvoir d'achat des Européens. Tout cela pour que les vertueux (?) Allemands soient assurés de ne rien payer pour les pays en difficulté, et pour sauver des banques qui se sont mises elles-mêmes dans des situations catastrophiques.

Il serait grand temps que le pouvoir politique français, qu'on dit de gauche, s'avise de cette réalité inéluctable.

Philippe Renève a dit…

Nous sommes comme ça nous les Bourguignons: toujours un peu farceurs, mystificateurs. Quand on peut rigoler un peu aux dépens de la maréchaussée, on ne s'en prive pas.

emile red a dit…

Bande de terroristes, vous n'avez pas honte ?

J'ai toujours su que les Bourguignons avaient quelque chose d'anti-français...

Philippe Renève a dit…

Oh, on ne terrorise personne sauf les cuistres, les paranoïaques, les rabat-joie et les arrogants suffisants insuffisants.
Je reconnais que ça fait déjà du monde.

Anti-français un peu: contre ces Français qui croient être le nombril du monde et font de leur culture saucisson-beaujolais-goupillon le parangon des civilisations et méprisent toute autre culture.
Assez peu de gens en somme, fort heureusement.

Philippe Renève a dit…

Bis repetita cassent (les pieds): après le gilet fluo et le triangle rubicond, l'éthylotest (l'est-y beau le test...) fruit du lobbying d'UN producteur, introuvable, notoirement inefficace (le machin et le producteur) mais légalement obligatoire (le bidule).

Qui disait donc "c'est bien plus beau lorsque c'est inutile" ? Ah oui, Cyrano. Il aurait ciselé une tirade assassine sur ce funeste objet, en ne manquant pas la rime en déteste.

Je suis curieux de voir si la maréchaussée osera améliorer son image auprès des zusagers en contrôlant sa présence, sa conformité, sa date de validité et son état de conservation et verbaliser les dangereux contrevenants buveurs d'eau claire plutôt que les pochetrons à la sortie des discothèques. Il est vrai que ces derniers ont la détente un peu crispée ces temps-ci.

Décidément, ce quinquennat de Hollande commence mal: si toutes les stupidités, les compromissions et les concussions de l'équipe Sarkozy sont ainsi reprises et validées, il y a moult souci à se faire.

Philippe Renève a dit…

Ces sacrés Italiens sont d'un optimisme et d'un positivisme hors de toute atteinte: Euro 2012: La presse italienne fière de ses joueurs. Après une défaite 4 à 0, il faut le faire !

Si l'équipe italienne l'avait emporté, on se demande ce que la presse transalpine aurait pu inventer: surhommes, génies, saints et pères de l'Eglise, images de la perfection divine ?

Philippe Renève a dit…

Une chose peu commune; il est bien connu que les bambous sont des plantes envahissantes, mais à ce point... Les bambous du voisin ont pris d'assaut l'intérieur de la maison.

Rocla a dit…

On dirait que ce monsieur tient le bambou .

Philippe Renève a dit…

Le bon bout du bambou de bon goût.

emile red a dit…

C'est la fête ce domaine de la bambou, là...

Toujours est-il qu'on ne sait pas très bien comment retenir les largesses d'une bambouseraie autrement qu'en la canalisant dès le départ ou en choisissant des variétés non invasives.

Il y a dans mon voisinage un superbe jardin où un petit pont de bois japonisant a été totalement détruit des bambous qui l'ont soulevé et fait éclater tous les ancrages au sol...

Philippe Renève a dit…

Dire que les bambous sont de la famille des poacées ou graminées, et ne sont donc que des herbes...
Il faut se méfier de ces gras minets: ils sont chagrins.

Philippe Renève a dit…

Savez-vous que l'esprit vient même parfois aux imbéciles ? Voilà que certains découvrent la dérive de Riposte Laïque vers l'extrême-droite et le racisme.

C'est étrange: nous la dénoncions depuis des années sous leurs insultes et leurs quolibets. Allons, il n'est jamais trop tard pour avoir un éclair de lucidité, fût-il fugace.

Philippe Renève a dit…

Un seul exemple de la prodigieuse hypocrisie de ce groupe et de son site: la défense bec et ongles des jours fériés catholiques par Christine Tasin, prétendûment laïque.

Le fond et la forme sont exactement ceux du FN.

emile red a dit…

Laïc, vous avez dit laïc ?

Une belle démonstration de ce que, volontairement, les extrémistes sectaires cachent toujours des intentions peu recommandables pour tromper les naïfs.

Ce n'est pas le fait du hasard si tous ces rétrogrades qui veulent nous imposer leur mode de penser frelaté se retrouvent toujours dans ce coin sombre du panorama politique avec la bénédiction de tous les parangons de vertu, de discipline et d'autorité.

Malgré de multiple divergences sociales ou politiques, ils ont tous en commun cette volonté de limiter, réduire puis supprimer l'émancipation individuelle et le principe universel de Liberté qui en découle.

Philippe Renève a dit…

Je m'éclipse quelques jours en direction du sud.

A bientôt.

Anonyme a dit…

Très au sud, très très au sud, au Mali quoi...

B.Guru

emile red a dit…

C'est étrange cette propension qu'ont certaines personnes à jouer les anonymes pour lancer des phrases dont le sens n'est que sous-entendu malhonnête.

Non seulement ce commentaire est d'une pitoyable bêtise concernant Philippe, mais en plus, il dénote le mépris insondable et la plus profonde méconnaissance de l'auteur pour le Mali qui vit une période particulièrement tragique.

La rhétorique est tellement connotée qu'il est nullement nécessaire d'investiguer pour identifier le mythomane pisse-copie qui s'est cru spirituel en venant déféquer sa haine ici.

"Il n'y a de blancs corbeaux qui ne s'inventent charogne"

Anonyme a dit…

Mais je ne suis pas un anonyme, des noms j'en ai plein.
je m'appelle B. G. ou G.B.
Vous pouvez choisir

Anonyme a dit…

Hello ! On ne peut s'absenter cinq minutes !
Un anonyme joue la confusion en invoquant une signature dont je fais usage régulièrement en ce lieu.
Je n'ai rien à voir avec ce "Bad Guru" ou "GB".
Les contributeurs réguliers et leur esprit d'analyse auront rectifié d'eux-mêmes..
Ceci dit, à l'attention du gestionnaire des lieux : je me rends bientôt en la bonne ville, vérifier si les brioches du dimanche matin sont toujours aussi bonnes en cette échoppe où la lune rit au plafond.. mais hélas ! on n'aura pas l'occasion de se croiser.
Bonne vacances à tous !
GéBé

emile red a dit…

Salut à toi,

Le maître des lieux ayant pris quelques vacances, de piteux énergumènes bas du front se croient investis d'un droit à polluer de leurs traces pestilentielles les lieux qui les dérangent.

On ne va pas s'étendre sur la provenance de ces misérables trolls dont la moindre déjection est une signature immédiatement identifiable.

Parenthèse fermée, Gébé, je te souhaite le bonjour est une bonne balade par nos routes et nos villes.

Rocla a dit…

yes Gazi ,

bonnes vacances et viva la vida

Philippe Renève a dit…

Bonjour à tous

Me voici revenu; j'aurai quelques photos de plantes rares et même, pour changer un peu, d'animal.

Salut à Gazi; désolé qu'on se soit ratés, mais j'espère que ce n'est que remise partie !

Quant au courageux anonyme, laissons-le repartir comme il était venu. Ce genre de provocation n'amuse que les pauvres incapables qui n'ont sans doute que ça pour se valoriser.

Philippe Renève a dit…

Je suis peut-être excessivement exigeant, mais je trouve que V. Trierweiler devrait s'abstenir d'écrire des messages sur Twitter.

Après le désastreux tweet pendant la campagne, elle sombre corps et biens dans une navrante banalité.
"Tout va bien chers amis. Magnifique discours du Président pour la commémoration de la rafle du Vel d' hiv. Très émouvant." n'est vraiment pas du niveau qu'on pourrait attendre de la compagne du président.

Après les années Sarkozy où le moindre mot émis en public était validé par une brigade de conseillers en communication, la forme des messages de Valérie T. est d'une simplicité qui touche au simplisme. Après les sommets passés, le manque de relief apparaît comme une fâcheuse platitude.

Il faudrait que quelqu'un lui dise qu'on manque toujours beaucoup plus d'occasions de se taire que d'occasions de parler.

Anonyme a dit…

Reconnaissons-le : cet équilibre est introuvable. Trop réservée, l'épouse d'un président de la république ne donnerait pas une image de modernité.
De plus, même si elle se dépensait dans des causes caritatives, elle n'y gagnerait qu'une image quelque peu surannée de dame patronnesse.
Première dame de France : Ce poste est bien trop mal défini et quasiment intenable.
Une seule solution : un célibat imposé au chef de l'Etat qui ainsi, se consacrerait à la mission pour laquelle son peuple l'a élu. Il est bien entendu que, dès l'entrée en fonction, les présidents mariés seraient divorcés immédiatement.
Une réforme qui ne coûterait rien, économiserait des fonds publics (Les "premières dames" ayant un appétit parfois extravagant. Que l'on se souvienne des "frais de bouche" de Mme Chirac).
Pour le cas où, ce serait, non pas un président, mais une présidente qui serait choisie par le peuple souverain, nommer une commission de réflexion sur la question..
Bonne continuation !
GéBé

Philippe Renève a dit…

Voilà une excellente idée, Gazi, qui résoudrait le dilemme. Pour en définir les modalités, je suggère la création d'un comité de réflexion dont tu assumerais la direction; je vais souffler l'idée à François !

Une autre possibilité serait que la compagne du président soit tenue de garder le silence; mais j'ignore si l'hypothèse est réaliste. Je vais me faire des amies moi, là.

Anonyme a dit…

A noter : l'exemplarité de Joachim SAUER, le mari d'Angela Merkel. Il ne cuisine mais il "fait les courses" et surtout, est extrèmement discret.
GéBé

emile red a dit…

Contrairement à vous, je ne trouve rien à redire aux mots de la dame.

La modernité se trouve dans la libre parole, même si elle doit faire mal. D'où vient cette coutume qui voudrait que l'épouse, la maîtresse, la compagne ne puisse avoir des idées différentes de son président de compagnon ?

A moins de se complaire à admettre sélectivement l'hypocrisie, comment peut-on exiger de la dame ce qui est le premier motif de rejet de la caste politique.

Maintenant, ce n'est pas en imposant la castration à notre président qu'on en tirera tous les sels, on risque tout au moins de le rendre vindicatif au point qu'il nous rappelle un malheureux malade que nous avons récemment éjecté à juste titre.

Bien que le président revêt un statut particulier, ce n'est pas en lui évitant les désagréments de la vie du commun qu'il touchera du doigt les avanies de notre société.

N'oublions pas que la grandeur de notre république passe par l'égalité qui expose chaque citoyen aux mêmes risques y compris les déboires conjugaux...

Anonyme a dit…

Ce qui me dérange, c'est le côté quelque peu "parasite" que peut parfois montrer le(la) conjoint(e) d'un personnage public.
Valérie T. je ne la connaissais pas avant l'élection de son mari.
Depuis, elle a acquis une notoriété nouvelle, qui n'est pas de son fait, qui n'est pas lié à un quelconque mérite personnel, si ce n'est de partager la vie de François Hollande.
Elle a son proppre cabinet.. donc, à ce titre est un personnage public et sans doute liée, comme nombre de hauts fonctionnaires, à un certain devoir de réserve.
Elle tient à continuer sa vie comme si l'élection ne changeait rien.

Soit.

Mais pourquoi, en ce cas, ne renoncerait-elle pas à son cabinet?
La remarque serait la même pour une présidente affublée d'un compagnon ayant le même comportement.

GéBé

Philippe Renève a dit…

Pour ma part, c'est la forme de ce tweet qui me navre: si cette dame veut être un peu au niveau du président, il me semble qu'elle devrait adopter un style un peu plus soutenu. Mais je sais, être journaliste à Match n'arrange rien.

Son texte n'ajoute déjà pas grand chose en matière d'information; il pourrait avoir au moins quelque élégance de forme.

En résumé, qu'elle soigne un peu ses messages ou qu'elle reste dans l'ombre. Le président veut être normal; ça ne signifie pas banal. Non ?

Philippe Renève a dit…

Une délicieuse médisance matutinale trouvée sur Twitter : les Britanniques, choqués par les commentaires calamiteux de Mitt Romney sur les JO, l'appellent "American Borat".
Gazi, c'est une célébrité encombrante !

Anonyme a dit…

J'allais y venir. Tous ces petits mots gentils, venant, comme dit Cameron, de l'organisateur des jeux de Salt Lake City, " un endroit au milieu de nulle part" sont bien idoines pour la veste qu'il devrait normalement se prendre. Mormon ou pas.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Une petite remarque.

Le monde est plein de faux derches, c'est une évidence notoire. Toutefois, il est des spécimens remarquables, dont la vertu affichée et souvent bruyamment offensée masque la duplicité.

Un bon exemple. Une sorte de saint laïc qui vitupère un site internet depuis des années, répétant sur tous les tons les plus intègres que ses dirigeants sont des monstres hideux et ses intervenants des crapules notoires ou des imbéciles achevés – et qui va y commenter lui-même. Ici notamment.

La noirceur de l'esprit humain est sans bornes.

Philippe Renève a dit…

Très étonnant: un archer bat un record du monde aux JO bien qu'il soit malvoyant.

Philippe Renève a dit…

Chaud devant ? Non, chaud derrière !

Philippe Renève a dit…

Où l'on voit que les institutions européennes, même dans la justice, sont soumises totalement aux lobbies économiques: L’industrie semencière gagne son procès contre Kokopelli.

On voit bien aussi par cet exemple que toutes les belles déclarations officielles, nationales ou européennes, sur la biodiversité ne sont que de vains mots face au pouvoir de l'argent.

Philippe Renève a dit…

Dans le même domaine, voici encore un triste exemple de l'influence des lobbies: Fin programmée de la protection des espèces végétales.

Les gouvernements passent, les fonctionnaires et les lobbies demeurent. Les nouveaux arrêtés permettraient de contourner 90 fois sur 100 les mesures de protection de la flore.

Et tout ce joli monde de parler de protection de l'environnement avec des trémolos dans la voix...

Philippe Renève a dit…

Les Français sont réputés pour être chauvins. C'est sans doute un peu vrai, quoiqu'ils ne soient pas les seuls.

Mais en ce moment les médias français – de leur propre chef, car on ne leur a rien demandé – poussent le chauvinisme à des sommets vertigineux. France Info, pour ne citer qu'elle, aussi bien dans ses émissions que sur son site internet, rend compte actuellement non pas des Jeux Olympiques de Londres mais exclusivement des médailles et chances de médailles françaises.

A longueur de journée, les épreuves où les Français n'ont pas de chance de briller sont totalement ignorées et les commentaires, supputations et autosatisfactions (qu'on ne qualifiera pas par pitié pour les prétendus journalistes qui les ânonnent) scintillent de tous leurs feux franchouillards.

L'esprit des Jeux ? Participer et non gagner ? Tu parles, Pierre. Le parti pris est stupéfiant de cynisme et de mépris pour les autres concurrents, qui ne forment au mieux qu'une masse anonyme d'adversaires fâcheux de nos chers petits Français. Nos Bleus gagnent parce qu'ils sont les meilleurs et s'ils perdent, c'est un coup de malchance.

Navrant. Le sport a sombré comme d'autres choses dans l'utilitaire, le fric omniprésent et donc la compétition qui ne supporte que la victoire sur des étrangers manifestement pris pour des barbares.

Philippe Renève a dit…

Il se passe des choses terrifiantes dans des pays dits civilisés: Texas: Un "enfant de sept ans" sera exécuté demain soir par injection létale.

Tous responsables, surtout ceux qui ne peuvent pas se défendre.

Anonyme a dit…

Viscéralement opposée à la peine de mort.
En même temps, nous sommes au Texas! ses stetsons, rodéos, puits de pétrole, danses et musiques folkloriques exclusivement "blanches", les ranches, les armes etc... Un des état les plus rétogrades qu'il soit. Et, ils critiquent la Corée du Nord, l'Iran, la Chine etc...

Tous responsables, tous coupables, mais peu de jugés. Beurk.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Toute la "philosophie" texane: malheur aux faibles sans argent.

Avec un avocat à un million de dollars il s'en serait tiré.

Philippe Renève a dit…

Bonjour à tous

A voir sans faute: une excellente interview de Marie-Noëlle Lienemann, qui expose très bien la nocivité de l'accord européen que la France s'apprête à entériner.

La seule consolation que l'on peut avoir dans l'affaire est que le maintien du déficit public à 0,5% du PIB est aussi inapplicable qu'il est stupide.

Philippe Renève a dit…

Bonjour à tous.

Une merveilleuse nouvelle, qui comble tous les démocrates et les honnêtes gens: Hervé Morin donne naissance à la Fédération des Centres.. Un douloureux accouchement à coup sûr.

Hervé Morin rassemble les vastes espaces politiques, fédère les grands courants, confédère les multitudes, en respectant la diversité dans l'unité et en préservant la pluralité dans une synthèse des synergies qui transcende sans aliéner.

Que de grandeur.

Il invente le concept opérationnel de présence virtuelle aux côtés de l'UMP et est en passe de créer une branche nouvelle des mathématiques: la théorie des ensembles vides.

emile red a dit…

Je me suis toujours demandé ce que peut représenter géométriquement un centre-droit.

Il me semble que le centre d'un segment de ligne est au centre, si celui-ci tend vers la droite ou la gauche il n'est plus au centre.

Est-ce de la langue de bois, de l'incompétence mathématique, de l'incurie ou de la bêtise pure ?

De surcroît, si on fait une analyse de ce que fut le centre, dans sa représentation la plus connue qu'était l'UDF, ces dernières décennies, on constate que cette formation était composée pour une majorité de transfuges du poujadisme, d'abandonnés du tixierisme et de libéraux purs et durs, soutiens des dictatures sud-américaines... En provenance d'Occident ou d'Ordre Nouveau, ils sont tous passé par le parti de Giscard, l'ami de Bokassa et d'Idi Amin Dada.

Devenu un ridiculet de l'UMP, ces "centristes" de droite continuent à vivre d'illusions autoritaires sous couvert d'un radicalisme historique dont ils sont à mille lieues...

Philippe Renève a dit…

En fait, ces prétendus centristes représentent un des dévoiements de la démocratie: ils sont là non pas pour gouverner ou pour appliquer des idées mais pour faire du chantage au(x) grand(s) parti(s) de droite afin d'obtenir des investitures (ou des abstentions de complaisance) lors des élections législatives et locales.

Ils brassent de l'air à longueur d'année pour attirer quelques milliers d'électeurs un peu simplets qu'ils mettront à disposition de l'UMP moyennant quelques mandats.

Ce sont les profiteurs du système.

emile red a dit…

Tout à fait la bonne description.

C'est la reproduction du système mis en place avant guerre par les radicaux qui faisaient et défaisaient les gouvernements au vu des places et des cadeaux qu'offrait chaque bord politique, plus souvent à droite par les moyens démesurés dont celle-ci disposait.

La IVème a mis un terme à ces extravagances en assurant une large majorité aux partis dominants, ce qui n'est pas forcément une meilleure chose par l'absence de représentation des groupes minoritaires.

Anonyme a dit…

Tout à fait, d'accord. Les partis minoritaires, mais avec une tendance forte, devraient être représentés. Ce sont ces confrontations qui manquent à notre politique.

Quant au Centre, comme vous l'exprimez si bien, à part jouer le rôle du chien dans un jeu de quilles grâce aux alliances, je n'ai jamais compris en quoi il servait la France et les français.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

On se félicitait depuis un bon moment de ne pas l'entendre, et puis... Mireille Mathieu juge "sacrilège" la prière punk des Pussy Riot.

Le Général disait que la vieillesse est un naufrage, mais certains bateaux, en perdition bien avant, sombrent surtout dans le ridicule.

emile red a dit…

Et bien, mon pauvre Philippe, tu ne dois pas être dans le coup, tout comme moi.

Figure toi qu'en ce petit matin encore lunaire et alors que je vaquais à mes occupations, le poste fixé sur une radio périphérique émit un éloge à peine voilé de cette pauvre femme comateuse soutenant qu'il était bien du domaine du sacrilège que de s’exhiber en cagoule dans un lieu destiné uniquement et sans détour à la prière et au culte, qui plus est, il serait inconvenant d'y importer son mal être en imposant une vision faussée du plus grand des petits pères du peuple.

Les voix du seigneur Poutine sont impénétrables...

La chanteuse Jeanne Cherhal ne semble pas partager ce point de vue, ce qui me rassure malgré notre sénilité latente sur notre capacité d'empathie et de réactivité...

Philippe Renève a dit…

Ah Sainte Mireille priez pour nous pauvres pécheurs, pécaïre.

Tous en chœur "oui, je crroaaaa" !

Philippe Renève a dit…

A propos du débat sur les "banlieues" de Marseille et d'ailleurs, il est bien évident que la première cause de la délinquance est la misère.

Evident pour tous sauf pour la droite bornée et pour cette fausse gauche qui se vautre dans les idées de l'extrême-droite comme pourceaux dans leur soue.

Philippe Renève a dit…

Le point de la situation économique pour tous.
Ce n'est que la simple vérité.

emile red a dit…

Bonne nouvelle...

Pour la finance...

Ce jour on apprend que les 75% ne toucheront ni les sportifs, ni les artistes, ni le capital,ni...,ni... et sera appliqué uniquement sur un million par tête.

En même temps les études intermédiaires sur les salaires démontreraient que le salaire médian est passé en dessous des 1675,00 €, montant constaté par l'INSEE en 2010 alors que la masse salariale nationale augmenterait.

Donc, tout va bien et pendant ce temps le gasoil augmente à nouveaux.

Philippe Renève a dit…

Le gasoil augmente encore et bientôt il sera plus cher pour les mauvais citoyens qui font exprès de ne pas avoir les moyens de faire bien isoler leur vieille maison.
Ça c'est du social coco.

Quant à la tranche à 75%, il faudra vraiment le vouloir pour y être soumis. Ces malheureux sportifs et artistes n'ont pas de souci à se faire.

Philippe Renève a dit…

On commence à comprendre pourquoi et comment les USA se sont bien sortis de la crise de la finance.
16.000 milliards de dollars ont été prêtés aux banques par l'Etat américain...
Pendant ce temps, la BCE refusait de prêter aux Etats européens. On voit les conséquences.

emile red a dit…

Nous sommes en pleine schizophrénie économique.

Le contribuable paie des impôts qui alimentent la BCE, celle-ci prête aux banques à 1%, les banques d'un côté nous reprêtent notre argent à taux prohibitifs, quand elles acceptent de nous prêter, mais en plus elles se font racheter (à quel taux ?) les dettes des pays de la zone euro par la BCE et bien sûr avec l'argent des contribuables.

Résultat, on s'aperçoit que le contribuable paie à tous les niveaux de transaction au profit unique des banques qui ne jouent pas leur rôle d'investisseurs et la BCE persiste à vouloir passer par le système bancaire pour redresser les économies nationales ruinées en priorité par les banques.

Bien au delà de l'idéologie libérale ou ultra-libérale, nous sommes tombés dans un système mafieux où l'entente bancaire joue les parrains et les gouvernements libéraux et socio-démocrates ont abandonné leur responsabilité en lui préférant la fonction de capos...

Philippe Renève a dit…

C'est bien ça, Emile: la finance a pris le pouvoir, comme les industries lourdes il y a un siècle.

Et le résultat ne peut être que catastrophique: les crises vont succéder aux crises, faute de garde-fous pour ces vautours, jusqu'à une révolte citoyenne qui prendra forcément du temps.
D'ici là, les moins bien lotis continueront à souffrir et les financiers à amasser de gigantesques profits entre deux faillites sauvées par les contribuables.

On se retrouve dans la situation décrite par Bertold Brecht de façon caricaturale. Mais ce n'est pas une caricature, hélas.

Philippe Renève a dit…

Le film anti-islam qui a déclenché les attaques contre les consulats américains - ou qui en a été le prétexte - semble être une pure provocation, puisque les acteurs et l'équipe du film protestent et affirment qu'il a été détourné de ses intentions d'origine.

« L'équipe du film a fait part de sa colère, mercredi, dans un communiqué publié par le Los Angeles Times. "Tous les acteurs et toute l'équipe sont bouleversés et ont l'impression d'avoir été exploités par le producteur", écrivent-ils.
"Nous sommes à 100% contre ce film et avons été grossièrement trompés sur ses intentions et objectifs. (...) Nous sommes choqués par les réécritures radicales du scénario et les mensonges proférés à toutes les personnes impliquées"
»

La provocation a été hélas très efficace.

Anonyme a dit…

La position républicaine qu'on s'est vanté de tenir à propos des caricatures ne serait-elle plus valide?
La religion serait donc devenue chose respectable.
Comme c'est curieux
.
Un témoin surpris

Philippe Renève a dit…

Témoin surpris,

1. Personne ici ne se vante.
2. Les religions ne sont ni respectables ni haïssables.
3. Les hommes,eux, sont respectables.
4. L'anonymat n'est guère respectable.

Philippe Renève a dit…

Il est toujours amusant de voir combien les petites manies trahissent leurs auteurs: ce point pour passer une ligne identifie bien un certain Dammoulin qui n'a plus rien de discret.
Il est aussi cocasse de voir que mes remarques sur le film provocateur ne contredisent mes idées que dans quelques têtes un peu creuses mais pleines de ressentiment.

Anonyme a dit…

Ah! les visiteurs du soir, grand film, non anonyme, et dont on connaissait tous les acteurs. Aigreur, quand tu me tiens, je fais un tour incognito pour déverser ma bile. Mon foie va mieux!

jeanne

emile red a dit…

Il est tragiquement étonnant de voir des gens prompts à affirmer leur intelligence prodigieuse, rester stupidement inaptes à entendre les nuances fondamentales entre un discours éclairé et une rhétorique doctrinal.

Comment ces personnes peuvent-elles arguer de leur "républicanisme" et faire montre de cette intolérance, apanage commun à tous les totalitarismes.

Quelle pauvreté d'esprit que de croire que la tolérance républicaine pourrait être à plusieurs vitesses, défendant la liberté de parole du caricaturiste et interdisant celle du croyant et que d'imaginer un bloc monolithique de croyants inaptes à la réflexion ou à la variabilité les réduisant à l'immuabilité d'une religion ritualisée.

Notre république est fondée sur le principe à valeur universelle qu'est l'égalité, il n'y a aucune exception et y déroger revient à dire que la république n'est plus respectée. Or, considérer qu'un citoyen pour quelque raison que ce soit n'est pas respectable le posant de fait en situation d'infériorité rompt le contrat social garanti par la constitution de notre république et le droit universel.

D'autre part, si une organisation, une association ou une religion agissent en fonction des morales, des coutumes ou des traditions locales et peuvent être perçues et jugées à l'aune des morales, des coutumes ou des traditions de chacun, leurs membres ou leurs adeptes ont, dans l'absolu, légitimité à recourir au droit universel dont l'égalité et le respect de celle-ci. Il revient à ceux qui ont institué ce droit et qui en jouissent pour eux-mêmes de le faire respecter en l'appliquant et en défendant ceux qui en seraient exclus.
Discriminer un être humain en raison de son appartenance ethnique ou religieuse contrevient aux droits de l’homme et aux lois de notre république.

Maintenant, chacun à le droit de définir, comprendre, accepter ou réfuter une religion comme il l'entend et en fonction de son ressenti, de sa philosophie ou de ses principes moraux, cependant, on ne peut en aucun cas appliquer ce droit à un être humain et l'assimiler à l'opinion qu'on se fait de sa religion sans violer son droit à l'égalité et par extension au respect qui lui est dû...

Philippe Renève a dit…

Parfaitement d'accord, Emile.

Certains confondent théorie et pratique, dogme et conscience, croyance et fanatisme, religion et intégrisme. Ils font fi du libre arbitre, de l'esprit critique et du doute du croyant.

En résumé, ils prêtent à ceux qu'ils détestent le comportement qu'ils voudraient qu'ils eussent et refusent toute nuance et toute finesse: pour eux, tout est blanc ou noir, le gris n'a pas de... valeur.

Pour eux, chaque homme n'est qu'une somme de vertus et de vices qu'ils définissent à leur guise. C'est tout simplement le triomphe de l'intolérance sur l'humanisme.

Philippe Renève a dit…

Par parenthèse, quand on en voit appeler un de ces hommes qu'ils haïssent par "le" et son prénom , qui dénote des origines qu'ils ne supportent pas, on est bien édifiés quant à leur façon de mépriser autrui.

Anonyme a dit…

Dutroux demande a purger sa peine chez lui. Encore une histoire belge.
Pourquoi pas le petit-déjeuner au lit?

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Ces grands criminels ont souvent un culot stupéfiant. Ou leurs avocats ?

Philippe Renève a dit…

De l'art de présenter les sondages...

Sondage exclusif: Pour 44% des Français, Sarkozy aurait fait mieux que Hollande.

Si on titre "Pour 56% des Français, Sarkozy n'aurait pas fait mieux que Hollande", l'impression change du tout au tout.

Cela dit, ce sondage n'est quand même pas flatteur pour Hollande.

Philippe Renève a dit…

J'ignore si ce sentiment est partagé par mes lecteurs, mais j'adore voir une poignée d'obscurs ratés se permettre de noter d'un zéro pointé un humaniste Prix Nobel de littérature, l'insulter grossièrement tout en parlant de son "apologie de l’arriération" et apporter ainsi eux-mêmes la preuve de leur stupidité prétentieuse.

En quelques phrases grotesques pêchées dans les égouts du FN où ils pataugent, ils croient réduire au silence les idées – surtout les idées justes, généreuses et bien dites – qui s'opposent à leurs phobies maladives; ils ne font que montrer avec éclat l'étroitesse de leur esprit et le ridicule de leur arrogance.

emile red a dit…

Il est digne d'une arrière cours purineuse d'un sous-théâtre dans un faubourg d'une banlieue perdue que d'entamer un écrit concernant les atermoiements autour d'un ouvrage en précisant ne pas l'avoir lu et poursuivre l'argumentaire par une réprimande à l'endroit de ceusses qui auraient eu le mauvais goût d'en lire un peu plus du titre et de la préface.

On songe ici à ces critiques filmographiques gâtés, se voyant un billet refusé, qui en contrepartie de leur susceptibilité bafouée et du refus inconvenant de leur dû coutumier, se vident de leur déjections intestinales par l'orifice dont la nature les a dotés et conçu pour s'exprimer dans un langage audible mais néanmoins inodore.

Anonyme a dit…

Je salue un bel effort pour réhabiliter un film (?) injustement décrié...
http://www.disons.fr/?p=32396
Pourquoi pas bientôt au festival de Cannes?

Philippe Renève a dit…

Bien entendu, ces mêmes beaux esprits crieraient au scandale insupportable, à la manipulation des foules et à l'atteinte à la République si un film provocateur tournait en dérision cette pseudo-laïcité qui leur sert de bréviaire et qui n'est que de l'intolérance antireligieuse.

Ils se croient rationalistes, mais la Raison comme l'Histoire nous disent que le sentiment religieux existe chez l'homme et que, même si on ne le partage pas comme c'est mon cas, il est bien un élément constant de l'esprit humain.

Philippe Renève a dit…

Les amis, la France est sauvée: Borloo prépare le lancement de son nouveau parti.

Peuh moi aussi j'avais lancé un parti non mais. Même qu'il était si bien lancé qu'il a rapidement quitté le système solaire et que personne n'en a plus jamais entendu parler.

Quel succès mes aïeux.

Philippe Renève a dit…

On se doutait que ces productions d'apprentis sorciers pouvaient être dangereuses, mais il semble que maintenant la preuve en est faite.
Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes… une hécatombe.

Monsanto nous expliquera probablement que ces résultats ne sont pas significatifs...

emile red a dit…

Il est plaisant de se souvenirs ces moqueries, ces insultes, ces condamnations dont José Bové fut la victime.

Encore une fois, on s'aperçoit que le progrès encensé sans discernement par nos scientistes patentés ne peut se glorifier d'une évolution véritable mais tout simplement de l'appât du gain.

Où sont donc ces OGM qui devaient servir de vaccin, guérir tous les maux, nourrir toutes les populations sans aucun risque ?
Les maladies se perpétuent, les découvertes contre les pandémies sont au point mort, quant à la malnutrition elle gagne les pays occidentaux.

Et toujours le même résultat de ces multinationales qui multiplient les bénéfices alors que l'Argentine, le Brésil, l'Inde voient leurs terres stérilisées par ces poisons portés aux nues, hier encore, avec forces attaques contre le bon sens et les défenseurs du mieux vivre ensemble.

L'irresponsabilité meurtrière de ces gourous du modernisme stupide vient enfin de montrer son vrai visage, Allègre a disparu, restent les béats qui s'empresseront de changer de sujet à la moindre interrogation...

Cette même irresponsabilité pernicieuse qui nous affirme par l'intermédiaire de caricatures que tout est permis quand on sait masquer les oripeaux du profit dans le smoking de la liberté...

Philippe Renève a dit…

Emile, ce sont moins les scientistes que les requins des multinationales guidés seulement par l'appât du gain. Quelques scientifiques dûment appointés leur prêtent main forte.

On sait bien qu'un groupe comme Monsanto arrose les gouvernants et les élus chaque fois que c'est possible, et fait tout, absolument tout, pour convaincre population et dirigeants que ses produits sont aussi inoffensifs que profitables à tous.

C'est une des meilleures illustrations de la complicité entre capitalisme sauvage et politique.

Sur France Info ce matin, on disait que le gouvernement français demandait... une contre-expertise avant de faire quoi que ce soit. Faudra-t-il des morts bien sanglants pour qu'il prenne des décisions ?

Philippe Renève a dit…

Il faut noter que, contrairement aux assertions des producteurs, les cultures OGM n'augmentent pas les rendements de façon aussi importante qu'assuré car d'autres problèmes surviennent du fait des modifications génétiques.

Et pourquoi donc crée-t-on des espèces résistantes aux pesticides et non aux parasites ?

A dénoncer aussi les semences qui donnent des plantes stériles afin d'obliger les agriculteurs à en racheter chaque année...

Anonyme a dit…

Une nouvelle "affaire des caricatures" ? Oui, mais qui sent quand même un peu le réchauffé.. On y retrouve peu ou prou les mêmes éléments : un objet à scandale : ici un extrait d'une vidéo (niveau série Z) comme il en pullule sur le net, le côté sulfureux des origines de l'objet à scandale : on y trouve mêlés un "americano-israelien (de quoi alimenter tous les fantasmes) et un pasteur célèbre pour ses actions anti-avortement (difficile de lier l'objet à une quelconque action de "défense de la laïcité) comme, auparavant, une publication de l'extrème-droite nordique..

Et tout cela se met à agiter : l'Iran, une fois de plus auto-érigé en défenseur de l'Islam (comme en les précédents Rushdie et caricatures danoises), les "Salafistes" équivalents remuants de nos anciens "gauchistes", tout aussi commodément "incontrôlables", des "jeunes de banlieue" comme chair à canon (à eau) dans le centre de Paris..
En face, les mêmes "défenseurs du droit au blasphème" (dont certains applaudirent à l'interdiction de "siffler la Marseillaise" - On place le sacré où on peut..), les mêmes politiques dressés vertueusement pour la "liberté d'expression (dont certains ne furent guère gênés il y a peu encore, pour les poursuites contre les porteurs de pancartes taggées "Cass'toi Pôv'con mais le furent quand la citation fut retournée contre un symbole du CAC40), la blogosphère "islamobsédée".. et.. Charlie Hebdo !

On pourra rétorquer à juste titre que les "caricatures" annoncées par l'Hebdo ne sont visibles à l'intérieur du journal que par ses lecteurs mais on pourra s'interroger aussi sur une certaine stratégie commerciale qui fera exploser les ventes de l'hebdomadaire..

Mais tout cela sent quand même le réchauffé. Si Marine Le Pen, immédiatement, se met à soutenir l'Hebdo, le reste de la classe politique ne se rue pas, pour une fois, au portillon mais doit tout de même savourer l'évènement comme un excellent dérivatif aux angoisses populaires de crise et de chômage.

BREF : "Business as usual" comme disent les Anglo-saxons.

GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Charlie fait profession de provocation, ce qui fait partie de la liberté d'expression. Mais dans le cas présent, il était bien évident que la publication de caricatures de Mahomet serait exploitée par les salafistes et autres intégristes, et provoquerait de nouvelles menaces et violences.

La liberté d'expression ne se discute pas mais elle suppose et impose un sens de la responsabilité et donc une autodiscipline que Charlie a dédaignés.
Ce sont bien les raisons de la liberté qui sont en jeu. La liberté ne se conçoit que dans le respect des limites de ses conséquences: elle ne doit nuire à autrui ni directement ni par des effets clairement prévisibles.

Anonyme a dit…

La liberté ne doit pas nuire aux ennemis de la liberté.
Voilà une profession de foi qui en comblera plus d'un

Un témoin surpris

Philippe Renève a dit…

Voilà un témoin qui n'a pas compris.

Il ne s'agit pas de la nuisance aux ennemis de la liberté, mais de celle qu'ils produisent eux-mêmes, et qui était bien prévisible dans le cas présent.

Le réalisme impose de tenir compte de toutes les conséquences probables d'une action, qu'elles soient louables ou condamnables.

Anonyme a dit…

Faudrait-il entendre que les républicains dans leur revendication d'égalité risquaient de provoquer les aristocrates?
Ce qui serait cohérent avec l'ensemble de votre oeuvre mais assez contradictoire avec vos affirmations progressistes.
.
Un témoin surpris

Philippe Renève a dit…

Si vous ne voulez pas comprendre et persistez à me prêter des idées et des intentions que je n'ai pas, je ne vois pas pourquoi je perdrais mon temps à expliquer plus avant.

Passez donc votre chemin.

Philippe Renève a dit…

Du reste, le point pour passer une ligne et les méandres tortueux mais elliptiques de votre discours trahissent votre identité.

Cessez donc de jouer les mouches du coche, mon cher Dammoulin. Tout cela est bien enfantin.

Philippe Renève a dit…

Toutes mes excuses aux lecteurs pour ces digressions. Ma politesse me fait répondre à tort à un provocateur stérile qui ne mériterait pas de réplique autre qu'un silence navré.

emile red a dit…

Notre visiteur surprenant nous prête cette phrase qui mérite une petite analyse : "La liberté ne doit pas nuire aux ennemis de la liberté".

En suivant le raisonnement du sieur, deux cas possibles résument sa pensée propre :
1) "La liberté doit nuire aux ennemis de la liberté"
2) "La liberté ne doit pas nuire aux amis de la liberté"

Dans le premier cas on peut se demander ce qu'est cette liberté qui déciderait par jugement a priori du mérite de bénéficier ou non de cette liberté amputée. La liberté n'est ni une force militaire, ni un juge, ni un tribunal, encore moins un bourreau.

Dans le deuxième cas deux interprétations se télescopent.
a) Ou bien la liberté est comprise comme concept philosophique et implique globalement l'ensemble de l'humanité, alors nous sommes face à un non-sens : La liberté ne doit pas nuire aux amis... implique qu'elle peut nuire aux agnostiques, aux ennemis.
Or, quel moyen a-t-elle pour nuire sans détruire son fondement qui est de laisser libre quiconque ne la défend pas ou sans engendrer les contraintes qui lui seraient contraires.
b) Ou bien la liberté se définit comme notion sociale et la phrase pourrait se traduire par "Défendre la liberté peut être nuisible à celui qui l'aime". Ce de quoi il serait stupide et ignorant de ne pas être conscient.

Si on considère que notre ami conçoit la liberté sans limite, sans entrave, il est pardoxal qu'il vienne nous reprocher d'appliquer à la lettre cette définition du libre arbitre et de l'absence de contrainte au risque de se montrer comme un vil ennemi de cette liberté qu'il prétend chérir.

Au final, on aboutit à ce que le surprenant surpris convienne que défendre la liberté est risqué (b) pour ceux qui défendent la liberté universelle (y compris celle de ses ennemis) et entérine implicitement l'idée qu'il nous reproche, soit : puisque la liberté est sans limite et se veut universelle, elle ne peut ni ne doit nuire à ses ennemis. Reste la question de savoir où a-t-il pu lire que nous pronions autre chose...

Philippe Renève a dit…

Ne nous fatiguons pas trop en analyses, Emile.

La technique employée par ce visiteur anonyme mais bien connu fait partie d'un bon vieux système polémique où une des attaques favorites est de prêter délibérément à l'interlocuteur des propos et des idées qu'il n'a jamais émis, et de soutenir cette position jusqu'à l'écœurement du malheureux.
Cette technique est ici appliquée, de façon à en camoufler les ressorts, en partant de propos qu'on déforme jusqu'à leur faire dire l'inverse de ce qu'ils disaient.

Agit-prop (certains de nos provocateurs y ont été formés), mauvaise foi et malhonnêteté. Le plus cocasse est que tout cela vient de personnes qui affectent avec le plus grand soin de ne pas supporter le mensonge et de se comporter en petits saints (très) laïcs.

Seuls un silence amusé et à la rigueur un rire discrètement moqueur sont à opposer à ces procédés si apparents qu'ils se ridiculisent tout seuls.

Philippe Renève a dit…

Ce genre de nouvelle montre bien que beaucoup de musulmans ne veulent pas des intégristes de l'islam et s'y opposent par la force s'il le faut: Libye : les salafistes expulsés de Benghazi par des manifestants.

Après cela, Marine et ses suivants pourront toujours rabâcher que tous les musulmans sont des intégristes prêts à imposer la charia dans le monde entier.

emile red a dit…

A qui sait lire, le sens de ses nouvelles devrait modifier les perspectives des gens chez qui reste un tant soit peu de conscience.

Cette image d'un monde qui n'aspire qu'à la paix quand on le laisse vivre démontre magistralement que c'est là où on intervient avec nos sabots occidentaux que creusent leur nid les pires engeances de l'humanité.

Nous découvrons que ce choc des civilisations avancé avec de grands Slurppp ! n'existe que dans les élucubrations malsaines d'esprits pervers dénués de tout raisonnement lucide.

Une fois encore les lois de l'attraction sont à l’œuvre, les abus, la haine et la folie ne peuvent qu'attirer leur fac-similé...

Philippe Renève a dit…

Très bien dit, Emile.

Ce prétendu choc des civilisations n'a été avancé que pour agiter un nouvel épouvantail devant les peuples après la chute du bloc communiste. La crainte entraîne la passivité et rassemble autour de l'autorité qui la provoque.
Seuls les esprits naïfs ou xénophobes se laissent prendre à ce genre d'attrape-nigaud.

Anonyme a dit…

Et voilà !
Le "vendredi de tous les dangers" est passé, sans le choc des civilisations annoncé par la presse et tant attendu par les extrémistes..
Quelle déception, tant chez les "Salafistes" hexagonaux que chez leurs homologues "Identitaires"..
Ajoutez à cela un Tariq Ramadan appelant au calme.. le week-end à du sembler fort déprimant aux excités des deux bords..
La "République" serait-elle assez solide pour se passer d'une Le Pen ou d'un Sarkozy ?
Assurément ! Et c'est tant mieux !
Sinon.. Charlie Hebdo s'est fort bien vendu !
GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

En effet, aussi bien les intégristes que les islamophobes ont été bien déçus: une pauvre petite manif, deux ou trois cinglés et basta. Pas de quoi se vanter, pas de quoi exploiter; le triomphe de la modération est la déconfiture des excités.

Mais Charlie a vendu du papier, les fous de Dieu et les idiots utiles ont tonné. Tout le monde est content.

Philippe Renève a dit…

Précisément, dans le Canard Enchaîné de ce jour, un petit article résume très bien la situation et est en parfait accord avec ce que nous pensons de tout cela. J'en approuve chaque mot.

Je le retranscris ci-dessous, puisqu'il est disponible sur le site du Canard.

Crise de binaire

CHARLIE AKBAR! Les caricatures de Mahomet ont au moins cette vertu : elles obligent les personnalités les plus inattendues à rejoindre les rangs – parfois clairsemés – des défenseurs intransigeants de la liberté d'expression. L'affaire est entendue et le monde simplifié. D'un côté les braves défenseurs de l'hebdo satirique, de l'autre les infâmes suppôts de la censure. Un monde binaire. Oui, non. Pour, contre. Un deux, un deux.
Faut-il s'excuser de revendiquer, mezza-voce, le droit à un peu de complexité? Un journal peut, cela va toujours mieux en le disant, caricaturer qui il veut : Mahomet, Allah, Jésus, Moise, Bouddha, la Sainte Vierge, et même François Hollande ! En retour, cela ne va pas toujours sans dire, n'importe qui a le droit de critiquer la critique et de caricaturer les caricatures. Chacun a le droit de désapprouver, de s'indigner, de vociférer, pourquoi pas, au nom de cette même liberté absolue revendiquée par les caricaturistes. A condition de laisser les kalachnikovs au râtelier, les cocktails Molotov au frigo et la dynamite au rancart, engueulons-nous tout notre saoul ! Entre amoureux de la liberté.
Et pour commencer, en toute liberté, un mot sur ces chefs-d'œuvre courageusement blasphématoires. Le Prophète à quatre pattes dans une position obscène, qu'est-ce qu'on rigole ! Et ce n'est pas du Michel-Ange! Enfin, c'est juste une question de goût. Tous les dessins et articles publiés dans « Le Canard » ne sont pas non plus des œuvres immortelles.
Plus sérieusement, le propos de l'artiste ne saute pas aux yeux. Le droit de blasphémer. d'accord. Mais qui est visé? L'islam en général? Les barbus furieux et violents? L'ensemble des croyants, qui sont environ 1,5 milliard dans le monde? Tous dans le même sac. Un peu sommaire, non?
Les dessins publiés par « Charlie » atteignent indistinctement tous les musulmans, les modérés comme les intégristes, les pacifiques comme les furieux. Certes, il n'est pas interdit de brocarder tous les bigots. Mais il n'est pas interdit non plus, comme disait Mitterrand, d'être habile. Et d'ouvrir sa fenêtre pour regarder un peu le monde. Les islamistes font leur miel de toute provocation. Ils se radicalisent et tentent d'attirer à eux les simples croyants qui se sentent attaqués et se croient obligés de défendre leur religion. Faut-il continuer de nourrir la chaudière ?
Il y a pire. Certains écrits, certains dessins peuvent servir de prétextes à des actes criminels. Bien sûr, cela ne fait pas des journalistes ou caricaturistes des coupables. Mais cela les rend peut-être un peu responsables ? Ce n'est pas une limite que pourrait fixer la loi à la liberté d'expression. C'est la limite que chacun se fixe, librement. Il est arrivé au « Canard » , comme à d'autres journaux, de ne pas publier des informations en raison des conséquences possibles pour la vie d'otages.
Réfléchir avant d'imprimer n'est pas une atteinte à la liberté d'expression. Pas davantage à la liberté, sacrée elle aussi, de ne pas s'exprimer.
Louis-Marie Horeau

J.Viens a dit…

Au laboratoire d'à côté, d'éminents scientifiques, spécialistes en tout, même en islamisme iskenderien, ont enfin trouvé la faille dans l'étude sur la prétendue toxicité des OGM...
Du définitif!
Je suis très impressionné par leurs résultats (sans souris)!
Vraiment!

Philippe Renève a dit…

Bonjour J.Viens

Non, il n'est pas à côté, ce laboratoire: il est très loin de nous, et aussi des réalités de ce monde.

Que voulez-vous, il y a des gens, comme ça, qui ont dans certains domaines un savoir immense sans avoir jamais étudié la matière. Ils ont des opinions et des avis sur tout, aussi bien sur des études toxicologiques pointues que sur des religions, même s'ils n'entendent rien à la biologie ni au contenu ou à l'histoire de ces religions. On les nomme selon les cas génies fulgurants ou sots pédants. Les premiers sont beaucoup plus rares que les seconds.

Cela étant, la contemplation du produit mirobolant de ces hautes réflexions est un régal pour l'esprit.

Anonyme a dit…

Bonjour,
totalement d'accord aussi avec le billet du Canard Enchaîné.
La provocation a évidemment pour but de but de provoquer mais surtout de braquer les projecteurs sur le "provocateur".

Le militantisme ou une quelconque position éthique ne sont ici que paravents vertueux pour un procédé de communication commerciale des plus classique.

Mais l'objectif de ces dessins, dans le contexte que l'on connait, était-il vraiment de déclencher l'hilarité ?
Ces dessins étaient-ils réellement comiques ?
Pour ma part, je suis tout autant hermétique à cet humour qu'à celui de Jean Marie Bigard.

Invariablement, me vient en de tels cas le parallèle avec l'hystérie antisémite en France dans la période de l'avant-guerre.

De temps en temps, au milieu d'images au pur racisme décomplexé et assumé, certains dessins se piquaient d'intentions plus respectables ou de causes plus nobles que la haine bête et méchante.

On pouvait par exemple y conspuer le capitalisme financier.. tout en mettant en scène des personnages aux traits sémitiques caricaturaux.

Evidemment, aujourd'hui, dit-on, on peut rire de tout.. à certaines conditions toutefois.

Comme celle consistant à s'abstenir de présenter des gardiens de la paix (même coiffés de très obsolètes képis bleu marine) juchés sur des tracteurs pour la promotion d'un producteur de "Poulets fermiers". Une marque bien connue se vit menacée d'actions en justice par un de ces syndicats de policiers auxquels, en notre époque bien frileuse, on ne refuse pas grand-chose..

Par contre, les "experts en religion" que vous citez relèvent, eux, du plus haut comique.

Disséquant des textes antédiluviens et obscurs, débattant comme des théologiens d'autrefois sur le sexe des anges avec la même finesse que l'on applique à l'heure de l'apéritif au dépiautage des écorces d'arachide sur un coin de comptoir..

GéBé

Rocla a dit…

Cela étant, la contemplation du produit mirobolant de ces hautes réflexions est un régal pour l'esprit.

Et dans mirobolant il y a miro ...

emile red a dit…

Quelle période formidable, autrefois, nous nous battions pour des billes, pour un carré de chocolat, pour une fille. Les camps variaient au gré des marées, du reflet du calot, des yeux de la dame, du taux de cacao.

Les coups de pied, les crocs en jambes s'oubliaient à la vitesse d'une capsule Apollo, et copains comme gamins, nous retournions au clair des bêtises, au fond du jardin, à l'essentiel de nos engagements fraternels.

Désormais, le marché du passionnel s'entretient du divorce, les clans se constituent comme autant d'associations hiératiques, les phénomènes sociétaux sont entrelacés au point d'adopter l'allure d'écheveaux inextricables et, médias aidant, il devient impossible de s'en départir au risque d'être exclu de toutes ces nouvelles communautés de pensées.

Qui prend partie pour telle cause se doit d'entériner telle autre et défendre une troisième et, à moins de choisir ne pas suivre les chants des sirènes, selon un critère apparent il est possible de déterminer l'assortiment des options politiques et humaines de l'individu.

Ainsi, nous pouvons relever la systématique des adhésions pour certains groupes, l'essentialiste sera islamophobe et pro sioniste, prendra les USA comme étalon mais justifiera la préférence nationale, assimilera toute suspicion en conspirationnisme, niera sa xénophobie mais appuiera volontiers les lieux communs et les préjugés raciaux.

A l'opposé, l'orientaliste sera anti-sioniste, considérera les USA comme le mal absolu, se prononcera pour un multiculturalisme communautariste, honnira la laïcité et verra des complots partout, niera son antisémitisme mais ne craindra aucune critique de l’holocauste.

Il y a aussi les hallucinés tendance tibétaine, qui haïssent les Chinois, roulent hybride, supportent Attac de loin, confondent la gaypride et la techno parade, humanistes de salon, pour une liberté totale tant qu'elle ne dérange pas leurs certitudes, etc...

Nous pourrions faire le tour d'une demi douzaine de ces castes bien ancrées dans leurs amalgames catégoriques, elles ont toutes pour point commun l'assurance de ne jamais faillir, de détenir la vérité indiscutable, d'offrir les seules alternatives viables, de n'avoir aucune responsabilité dans les dérives de la planète.

Tout positionnement oblique, toute méfiance, toute démonstration étayée allant à l'encontre de leurs convictions et risquant de déséquilibrer leur construction dogmatique attirent immédiatement les foudres de leur suffisance.
Tels des corps inquisiteurs, ils vouent aux pires destinées celui qui viendrait bousculer leur ordre immuable et jettent bas aussi bien la critique que l'évolution des mœurs ou de la pensée.

Quelle période formidable...

Anonyme a dit…

Tout de même, il y a quelque chose de rassurant, dans ces groupes aux codes et postures bien définies.. Cela protège, donne des certitudes, des repères..

Imaginez : si l'on peut, sans trop de danger, confondre techno-parade et gaypride... qu'adviendrait il au malheureux confondant gaypride et défilé de la fête de Jeanne d'Arc ?

Appartenir à un groupe bien établi dans ses certitudes permet d'éviter ces déconvenues : on sait exactement où se situe le Bien et où se tapit le Mal !

GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour les amis

Il est vrai que ces classements, ces cases bien rangées, ces cloisons politiquement correctes sont rassurantes pour ceux qui manquent de cet esprit de finesse dont parlait Pascal.
Et puis, tout ça arrange bien les manipulateurs, les chefs de bande, les politiques ambitieux et les extrémistes de tout poil: s'opposer de façon binaire est pain bénit pour eux, qui rassemblent ainsi leurs troupes de neuneus ou de braves gens contre plutôt que pour.

La nuance est honnie, la réserve est mal vue, la critique passe pour l'ennemie et même la réflexion libre est incorrecte.

Il est plus facile de dresser les hommes les uns contre les autres que de les rapprocher.

Philippe Renève a dit…

Nouvelle intéressante à plus d'un titre: Des habitants expulsent les Roms et brûlent leur camp.

Selon ce papier, il semblerait donc (usons du conditionnel par prudence) que dans notre beau pays des Droits de l'Homme, on puisse chasser des nomades de leur campement et incendier ce qu'il en reste sans que la police « relève d'infraction ».
A approfondir.

Anonyme a dit…

Ca se passe à Marseille. Dans un quartier dit "difficile". Marseille qui a toujours accueilli
devient xenophobe car plus aucune personne venue d'ailleurs n'est aidée. Cela entraine des difficultés de voisinage et j'en ai bien peur des violences. Nous n'en sommes qu'au commencement. Merci Mr le Maire.

Une ex-marseillaise.
Jeanne

emile red a dit…

Et bien voilà où nous en sommes...

La justice sans moyen, la police sans directive, les populations laissées à l'abandon...

Et nous ne sommes qu'au début des conséquences de la déliquescence de l'état. Le libéralisme montre l'épouvantable gâchis dont il est l'unique responsable, choyer la finance, garantir la filière bancaire et reléguer à l'arrière plan les travailleurs variable d'ajustement des profits et des dividendes.

L'industrie va à vau-l'eau, l'état démissionne à l'endroit de cette vaste farce destructrice, pourquoi les Mital, les Arnault, les Ghosn se gêneraient-ils quand aucun moyen de rétorsion n'est mis en place, quand l'état tout puissant est incapable d'autorité.

Pourtant les carcans ne sont faits que pour être rompus, non pour être blindés par ces organismes délétères que sont la CE, l'OMC ou le FMI ; l'Argentine, le Vénézuela, l'Islande ont su faire un bras d'honneur à ces règles mondialistes qui veulent gérer jusqu'à notre assiette.

Alors bien évidemment, le sort des peuples d'autant plus qu'ils sont marginaux, personne n'en a plus cure, les fondements humanistes de l'ONU sont un lointain souvenir où seuls règnent l'intérêt des lobbies et la géostratégie économique poussée au paroxysme.

Il est indubitable qu'à l'instar des gouvernants assujettis à la finance, la police a renoncé à protéger les plus faibles pour se poser en défenseur du capital et de ses thuriféraires politiques.

Après le reniement devant le traité européen, après la répression à Madrid ou à Athènes, l'arbitraire vient de franchir un nouveau cap à Marseille où la justice vient d'être cédée à la populace gorgée de propagande médiatique, de mensonges martelés et de haine entretenue.

Nous fûmes un beau pays...

Philippe Renève a dit…

C'est un des résultats les plus navrants de l'ouverture des frontières européennes avec des pays très pauvres sans jamais vouloir gérer la situation créée. Des miséreux prêts à tout s'installent dans des pays plus riches, volent pour vivre, les autorités n'interviennent pas assez, les locaux exaspérés les chassent, brûlent leurs maigres affaires et on laisse faire aussi.

Tout cela ne peut que dresser des communautés les unes contre les autres et à terme encourager racisme et intolérance.

Il faut être clair: si on admet des gens dans un pays, il faut qu'ils puissent vivre décemment; sinon, il ne faut pas les accepter. Or l'Europe, dans son abstraction de mondialisation, oblige à les admettre.

Il est vrai que l'implantation d'usines en Roumanie profite magnifiquement aux grands groupes privés, qui peuvent ainsi licencier en France; ils n'ont pas à se préoccuper des retombées négatives de l'ouverture des frontières.

Philippe Renève a dit…

Je signale un très bon article de Frédéric Lordon sur le scélérat Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance: En sortir.

Philippe Renève a dit…

La sortie de la crise qu'il envisage – le défaut d'une partie des dettes des Etats – me semble depuis longtemps inévitable. Ce n'est pas en réduisant les déficits budgétaires (et en accroissant ainsi la récession) qu'on peut annuler en quelques années des centaines de milliards d'euros de dettes souveraines.
Tôt ou tard il faudra un moratoire partiel, suivi comme le dit Lordon d'une nationalisation du secteur bancaire et d'un retour de celui-ci à des pratiques normales.

Philippe Renève a dit…

Un point assez révélateur. La taxe de 75% sur les hauts revenus s'appliquera aux revenus du travail mais pas... à ceux du capital.

Vous avez dit socialistes ?

Philippe Renève a dit…

A propos du camp de Roms marseillais, un article caricatural du Figaro (l'adjectif fait pléonasme) dont il faudrait citer tous les trucs employés pour discréditer les uns et justifier les autres.

Relevons seulement en vrac "tout un enchevêtrement de meubles, matelas, objets divers", "des Roms viennent tout pourrir", "laissant un désordre pas possible", "ils ont fait comme s'ils étaient chez eux", "je ne sais pas si c'est eux mais on m'a volé", "(le) bazar laissé sur place", "détritus, vieilles chaises, meubles bancals, bonbonnes de gaz et autres matelas que les Roms avaient abandonnés lors de leur fuite (sic)".
Et de l'autre côté, "leur détermination et leur nombre ont visiblement été efficaces", "Étaient-ils armés? Ils le réfutent" (et non ils le nient) et "les riverains ont toutefois mis le feu"(le toutefois est magnifique), mais "au bazar laissé sur place".

Un monument de manipulation du lecteur, auquel seuls les simples d'esprit peuvent se laisser prendre.

Pour le Figaro, c'est clair: incendier le bien d'autrui est normal.
Si autrui est un Rom.

Philippe Renève a dit…

Apparemment, il est en France des fonctionnaires qui n'hésitent pas, contrairement aux ordres, à placer en "rétention" (c'est-à-dire en détention) des enfants de trois ans et de deux mois et demi, dont de plus l'état a été jugé par un médecin "incompatible avec la rétention": Deux mineurs afghans transférés d'un centre de rétention à un hôtel.

On aimerait savoir comment ces gens-là sont faits. Et s'il y aura des sanctions.

Philippe Renève a dit…

Prof en difficulté : « Si c’est le bordel dans votre classe, c’est votre faute ».

Elèves intouchables, enseignants abandonnés à leur sort: l'Education Nationale prend les choses de la pire façon en ce moment. Le gouvernement de gauche serait bien inspiré de remettre un peu tout ça dans le bon sens.

Philippe Renève a dit…

Un témoignage passionnant à plus d'un titre: Moi, Marocaine musulmane vivant en France.

Un extrait.

« Aujourd’hui je ne me reconnais ni dans les discours contradictoires de la laïcité de France ni dans ceux des djihadistes et membres d’Al Qaeda (encore faut-il qu’elle existe…) : ils me font aussi peur l’un que l’autre.

Ces deux extrémismes s’autoalimentent et se renvoient la balle tandis que la masse silencieuse, des deux côtés, trinque. Dieu ne veut pas simplement qu’on se connaisse soi-même. Il veut qu’on se connaisse entre nous. »

Nul doute que ce témoignage sera rejeté par les extrémistes des deux bords, qui ne détestent rien plus que la modération.

Anonyme a dit…

Rendons-lui justice !

Transformé par la presse en lanceur de polémique par une presse qui exploita ses propos malheureux sur "le racisme anti blanc", François Copé est, avant tout, un comique subtil qui gagne à être connu.

Sa récente déclaration :

"En parallèle de ses missions classiques, l'UMP développerait des programmes de services concrets aux Français, dans tous les domaines importants de leur vie quotidienne : soutien scolaire, aide à la recherche d'emploi en mobilisant les réseaux socio-professionnels de l'UMP, appui juridique et amical aux victimes de la délinquance, centrale d'achat pour négocier des tarifs avantageux auprès des grandes enseignes afin de soutenir le pouvoir d'achat des plus modestes..."

M^me Stéphane Guillon n'aurait pas osé un tel gag.


La crise actuelle nous enfonce, c'est sans doute exact, vers une situation que connait ce que l'on appelait autrefois le Tiers Monde.

Mais, un tel canular, annonçant l'arrivée d'un parti clientèliste, distribuant emplois, coups de main divers, interventions judiciaires, utilisation de réseaux.. dans nos favelas..

Il fallait oser !

GéBé

Philippe Renève a dit…

Prodigieux. Il ose tout.

"L'UMP deviendrait ainsi le premier « parti d'action civique »". Voilà qui rappelle un certain service assez peu humanitaire.

L'UMP œuvre de bienfaisance, association philanthropique, ouvroir de charité, quelle merveille. Ruisselant d'altruisme et d'humilité, comme son grand chef historique Sarkozy.

Je crois que l'adorable Copé prend exemple sur ces mafias qui aident tant les populations qu'elles deviennent les bienfaiteurs qui rallient forcément leurs obligés. Plus que du clientélisme, c'est un système quasi féodal pour instaurer des liens sociaux en dehors de l'Etat et contre lui.

emile red a dit…

Le plus inquiétant est la reconnaissance implicite d'un système de réseaux, de liens indéfectibles avec l'entreprise, d'une main mise sur l'embauche et les appuis ou passe-droits.

Favoritisme, collusion, deal, chantage, le vrai visage d'une bande de gangsters qui veut donner le change d'une idéologie maffieuse, honnête d'apparence.

La maffia dans toute sa définition, dans toute son abjection, quand sortent-ils les armes nos porte-flingues du ridicule et de la camisole de force ?

Philippe Renève a dit…

Exactement: un système mafieux dont Copé se vante.

Tout autre chose. Il faut entendre les paroles admirables de la mère d'un des jeunes tués à Echirolles.

Bien plus fortes que les polémiques sur les banlieues ou les religions: la paix contre la guerre.

Philippe Renève a dit…

Pour une fois que le gouvernement avait un peu d'audace sociale, le voilà qui baisse pavillon après quelques jours: Le gouvernement recule sur l'imposition des plus-values de cessions d'entreprises.

Rigueur aussi néfaste qu'inutile, traité scélérat, taxe de 75% frappant les revenus du travail mais pas ceux du capital, complaisance envers les détenteurs de celui-ci: cette gauche-là ressemble de plus en plus à une droite peinte en rose. Nous avions raison de douter de ses intentions le 6 mai (La peste ou ... ?); mais il est parfois désagréable d'avoir raison.

La France se prépare des jours difficiles, surtout pour les moins favorisés.

Philippe Renève a dit…

Un peu moins sérieux.

C'est pas trop tôt; elle aura tardé notre Cricri chérie: Christine Boutin associe à son tour mariage gay et polygamie.
Elle aurait pu citer aussi la zoophilie, c'est une petite manie qui va fort comme repoussoir dans les sondages .

Anonyme a dit…

"Mariage gay et polygamie"..

Ce type de déclarations, conçues pour ressembler aux fruits de réflexions "frappées du bon sens" et faire trembler le citoyen par un effet de "prophétie apocalyptique" nous renvoie à la libération de la contraception, censée détruire ce fondement social qu'est la famille, à l'abolition de la peine de mort, censée provoquer une vague de crimes sans précédents et, plus récemment, aux cris d'horreur de Copé, pour qui l'arrivée d'un gouvernement de gauche donnerait un signal fort aux délinquants que, "désormais tout est permis".

Rien de bien novateur, dans ce type de communication.

A noter aussi cette semaine, tandis que certains prient pour une candidature Sarkozy en 2017.. ce quinquennat se rappelle encore à notre souvenir..

Qu'il s'agisse du financement de la campagne de 2007 dans son volet Betancourt(Des proches du président sont entendus) ou de son volet Kadhafi (des journaux étrangers voient dans sa mort un ordre exprès venu de l'Elysée avec la complicité d'un Bachar Al Assad en quête de complaisances°

...ou des ex-people du régime revenus nous divertir de l'étalage de leur vie privée (Rachida Dati assigne en reconnaissance de paternité un président de chaîne hotelière).

Mais, un point m'interroge : si Bacahar Al Assad disparaît avant 2017.. quel dictature financera la campagne présidentielle prochaine d'un Nicolas en mal d'amour.. La Corée du Nord ? La Russie Poutinienne ?

GéBé

Philippe Renève a dit…

A propos de Cricri, les incorruptibles, ça coûte cher...

L'UMP a promis 800.000 euros à Boutin après son retrait de la présidentielle.

Philippe Renève a dit…

Gazi, il se trouvera toujours bien un obligé de Sarko (avec l'argent du contribuable français) pour lui renvoyer un ascenseur doré.

Rocla a dit…

Drôle de mentalité celle qui se permet de se moquer d' une personne sans lui permettre de s' exprimer en retour .

On pourrait dire le stade ultime du terrorisme intellectuel .

Encore eût -il fallu qu' il y eusse intelligence .

Philippe Renève a dit…

Salut Rocla

Il y a plus fort sur internet: des sites où des gens se moquent de certains qui y interviennent mais en cachant leurs commentaires. En interdisant toute réponse et même l'exposition de toute idée, ils n'ont pas trop de mal à paraître avoir raison.
C'est leur conception de la liberté: ils sont libres de critiquer les idées qu'ils censurent.

Rocla a dit…

Oui Philippe ,

C' est la liberté d' expression à sens unique .

Ca se pavane comme l' intelligence défunte ....:-))

Philippe Renève a dit…

Précisément: de l'infantilisme !

Rocla a dit…

Un genre de régression .

Disons que c 'est humain ...20

ranta a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Philippe Renève a dit…

ranta a dit...
Personne ne vous empêche de venir sous votre pseudo, le vrai, les pleureuses :

-déposer vos commentaires
- vos arguments
- vos critiques
7 octobre 2012 20:47


Et il ne le dira pas deux fois. Reste chez toi pour insulter; mais pas ici.

ranta a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Philippe Renève a dit…

Je remercie les lecteurs d'excuser le désagrément de ces intrusions agressives périodiques, dues à des personnes qui ne savent pas terminer un conflit.

ranta a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
emile red a dit…

Dire qu'il est courant d'entendre parler de ci de là du naufrage de l’âge.

Il y a des gens qui ont nul besoin de barque, de canne ou de lunettes pour se noyer dans les brouillards de l'esprit sclérosé.

Les mêmes qui émettent éructations et flatulences persuadés que leurs miasmes valent pensées, possèdent cette qualité du rat et de la poule de n'avoir ni dignité ni raison.

Qu'ils retournent dans leur bouge fumeux où l'air leur sied comme botte à la boue retrouver crapauds et quenouilles, enfiler les étrons et mignoter les furoncles...

Rocla a dit…

Après la bataille

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour ses grandes bavures et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit furtif
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait: " A boire! à boire par pitié ! "
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: "Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. "
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce d' horloge du Poitou ,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: "Caramba! "
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
" Donne-lui tout de même à boire ", dit mon père .

Il y avait pas le mot modération d' où les dégâts constatés .

Philippe Renève a dit…

D'où les bavures...

Anonyme a dit…

D'ou les enflures.

Jeanne

Anonyme a dit…

D'où les ordures.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Une petite chose amusante.
Des gens critiquent avec acrimonie l'usage de certains mots alors même qu'ils ignorent leurs différents sens.
Ainsi le Dictionnaire de l'Académie indique-t-il:

« ISLAM n. m. XVIIe siècle. (...)
Religion instituée au VIIe siècle par le prophète Mahomet (...). Les cinq piliers de l'islam. Les diverses branches de l'islam. Par ext. Généralement avec une majuscule. Ensemble des peuples musulmans ; leur civilisation. L'apport de l'Islam à la civilisation du Moyen Âge. »

Citons comme exemple l'exposition actuelle du Louvre, nommée « Arts de l’Islam » comme le département du musée, qui précise:

« En 2003, le musée du Louvre crée un huitième département, consacré aux arts de l’Islam. Dotée de plus de 14 000 objets et complétée admirablement par les 3 500 œuvres déposées par le musée des Arts décoratifs – dont beaucoup sont inédites – sa collection témoigne de la richesse et de la diversité des créations artistiques des terres de l’Islam. »

Rocla a dit…

Ah mais ça ne se fait pas ça Philippe , l' Art , le Beau , le Grand , le Vrai c 'est pas possible autrement que chez nous .
Toute production en dehors de plus loin que la vue de notre nez ne peut être qu 'inexistante .

Quand la pensée rigide prend le pas sur l' extraordinaire richesse du monde le péril demeure installé définitivement dans les cerveaux rétrécis .

Philippe Renève a dit…

Eh oui, Rocla, nous autres relativistes (c'est ainsi que les totalitaires appellent les esprits ouverts) apprécions aussi les productions des cultures non occidentales. Quelle infamie, quand on sait que pour eux c'est le christianisme qui a inventé la liberté individuelle.

Anonyme a dit…

Sur l'appellation "Arts de l'Islam", effectivement, dans le contexte actuel quelque peu hystérique où d'aucuns ne lient plus le monde qu'au prisme de la théorie du "Choc des Civilisations", cela crispe les fanatiques..

De là à y voir un complot de "la-bien-pensance-gauchiste-quantique-bob-angélique-relativiste-politiquement-correcte" destinée à apporter sa pierre à "la-salafisation-inéluctable-de-notre-occident-éclairé-et-chrétien", voire à la propmotion de la Charia comme code de loi universel, il n'y a qu'un pas, que les Lepenistes, décomplexés ou non, s'emressent de franchir..

Malheureusement, cette classification (que pour ma part je ne goûte guère, en préférant d'autres basées sur le découpage en aires géographique) est traditionnelle en France, et ne date pas du 11 septembre 2001.

C'est ainsi que la turcologie a toujours peiné à exister en tant que "sous discipline", le sujet étant apparenté, soit à l'histoire du monde musulman, soit à celui de la sinologie, comme relevant de l'histoire des peuples mongols.

N'en déplaise donc aux théoriciens du complot, l'appellation ne date pas d'aujourd'hui ..

GéBé

Anonyme a dit…

Quant à la liberté individuelle... Cette lecture de l'évolution de l'Humanité comme uniquement liée à l'avancée de la réflexion dans les instances religieuses m'étonne un peu, émise par des défenseurs autoproclamé de la "laïcité intransigeante".

Bien souvent, les religieux ne font que suivre les évolutions sociales et économiques, beaucoup plus qu'ils ne les suscitent..

La liberté individuelle est née de l'apparition de la bourgeoisie marchande, dotée d'un pouvoir économiquie naissant et déjà indispensable, désireuse de s'affranchir des règles rigides de la féodalité..

On pourra jouer au théologien amateur et décrypter jusqu'à la nausée les textes anciens, choisir telle traduction la plus avantageuse pour son propos, extraire telle autre de son contexte dans le même but, le fait est là : la réalité économique est tojours plus forte que les "docteurs de la foi"..

GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

En fait beaucoup de prétendus laïcs rigoureux sont tout à fait conditionnés par le christianisme, et cette réflexion sur la liberté le montre bien: de quoi ont donc parlé philosophes grecs et romains à ce propos, sans même parler des cultures orientales ?

Cette référence constante mais inconsciente explique en grande partie cette haine de toutes les religions concurrentes, en particulier l'islam, qui s'exerce avec la même ferveur que celle des Croisés passant les infidèles au fil de l'épée.

Ils tonnent contre les curés mais, farcis des postulats mêmes de leur religion, ne voient pas qu'ils les traînent comme des boulets: horreur de l'étranger, dépréciation des autres cultures, certitude des justes idées, moralisation individualiste car le salut est dans chacun d'eux.

Anonyme a dit…

Celà nous ramène au débat classique sur les thèses de Weber : le protestantisme fut-il à l'origine de l'expansion capitaliste ou alors, celui-ci ayant sa dynamique propre, Luther et Calvin, en mal de partisans prêchèrent-ils pour une clientèle de marchands des villes affranchies ou en passe de l'être, soucieux de se débarrasser des carcans du féodalisme avec lequel faisait corps l'Eglise Catholique.

A noter que l'Eglise sur ce sujet a depuis rattrapé son retard et que l'Opus Dei forme des businessmen efficaces... tout comme ces théologiens musulmans qui n'hésitent pas à contorsionner les textes fondateurs pour que ceux-ci n'entravent point les affaires dans un contexte de mondialisation.

Mais, de là à ne voir toute évolution du monde qu'à travers celles des religieux quels qu'ils soient.. si celà me semble parfaitement compatible avec la théorie du "Choc des Civilisations", cela ne va guère dans une démarche rationnelle de désanchantement du monde..

GéBé

Rocla a dit…

Sans aller jusqu' à chercher des explications lointaines et compliquées , croire qu' il existerait des civilisations moins bonnes que d' autres relève de pures idéologies baliverniques et berluantes . Sachant d' où nous venons avec nos inquisitions nos brûleries de sorcières au coin du feu , nos actuelles papeteries romanesques aux cardinaux véreux , des faiseurs de bulles se promenant fièrement le préservatif à l' index on voudrait , pour se rassurer faire croire qu' une religion serait mieux qu' une autre , passant par des Borgia dissolus pour arriver aux Pies XII motus et bouches cousues . Vieille comme le monde l' histoire de la poutre cachant le train sur l' autre voie .
Le burlesque des mots employés n' allume en aucun cas les lumières éteintes de la ville .
S' auto proclamer mieux est le genre de navet passant uniquement dans les cinémas de série B à usage de ceux préconvaincus . Pré cons vains culs .

L' auto-proclamation se tient aux salons prévus à cet effet .

Porte de Versailles .

Philippe Renève a dit…

Gazi, le concept de choc des civilisations est venu remplacer la peur des soviets, qui justifiait tant d'armements et de suprématie de l'Oncle Sam et ses vassaux.
Guerre du Golfe, invasion de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Libye, pendant le choc les affaires continuent à coup de missiles et de milliards d'euros.

Philippe Renève a dit…

Rocla,
C'est bien ça: l'idéologie seule commande le sentiment de supériorité éternelle qui ravage les esprits et remplit les poches des marchands de canons.

Rocla a dit…

mais oui Philippe ,

Cette histoire me fait revenir à l' époque des années 50 , ses films et BD avec les indiens et les visages pâles où les caméras étaient de marque " lesautresc'estdesmoinsbienquenous "

Alors que leur dieux à ces personnes étaient juste la nature dont ils avaient un intuitif respect .

A croire que certains ont toujours dix ans .

Philippe Renève a dit…

Encore une remarque et nous parlerons d'autre chose car il est inutile de répondre aux insultes.
Il paraît que parler comme nous le faisons des religions et de la politique fait de nous (je cite l'élégant propos) des « léche-culs (sic) islamo-marxistes du Prophète. » La forme raffinée et la pertinence de l'argumentation suffisent à montrer la piètre intelligence de ces pauvres gens.

On citera seulement Courteline.

« Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet. »

emile red a dit…

A propos de gourmet parfois vous me faites me lécher les babines à défaut du cul de l'imam au marteau et à la faux.

Mais un petit rappel point inutile aux innocents vides de l'intérieur du crâne et aux neurones déconnectés :
Que serait leur monde judéolatinogreco charismatique sans les écrits des anciens platoniciens à cœur et l'esprit d'Aristote

Comment ces calembourdingues peuvent-ils se regarder dans une glace une fois ces ouvrages fermés à se dire que sans le monde musulman, pirouette Aristote, cacahouète Platon et Homère d'alors.

Il y a dans ce monde quelque chose de pas catholique, depuis que je le chante et qu'on ne m'écroute pas...

emile red a dit…

Oupsss !!!

J'ai oublié de transmettre un petit lien assez efficace et édifiant :

Un militant repenti balance les secrets de l'ultra-droite

Juste comme ça pour enfoncer le clou...

Anonyme a dit…

Je retiens ce concept d "islamo-marxiste"..
Difficile de ne pas y voir un parallèle avec l'ancien "judéo-bolchévique", bouc émissaire de l'extrème droite hexagonale d'autrefois, non ?

La même fixation pathologique pour un objet sur lequel ils dirigent leur haine.

Ils dorment avec, se réveillent avec, mangent avec.. Passent leur temps à chercher inlassablement le moindre faits divers exploitable, à éplucher les patronymes (encore un trait d'union avec nos antisémites d'avant-guerre), à s'épuiser à lire des textes obscurs pour y chercher les racines du complot..

Quelque peu inquiétant, non ? De telles structures mentales, où les trouver aujourd'hui, sinon chez les néo-nazis hongrois obsédés par les Roms ou chez les fachos grecs obsédés par tout ce qui est basané,

Et, avec tout celà (comme bon nombre de nos fachos d'autrefois), une appartenance inlassablement clamée aux "valeurs de gôôche"..

Souvent, des nouveaux réacs, exhibant un vague militantisme dans les années soixante-dix, à une époque où il était de bon ton d'être de gauche (même si celle-ci n'est arrivée au pouvoir qu'en 81) comme aujourd'hui il est de bon ton d'être de droite (même si celle-ci a quitté il y a peu le pouvoir).

Bref, toujours dans le sens du vent. Bel exemple de courage politique, non ?

Bon, vous me direz, il faut bien occuper sa retraite...

Philippe Renève a dit…

Le vocabulaire en effet évoque celui de l'extrême-droite raciste. C'est aussi le cas de ces techniques de provocation récurrentes qui visent à déstabiliser l'adversaire; mais elles sont si visibles qu'elles manquent leur effet.

Philippe Renève a dit…

Ce texte d'un ex-militant d'extrême-droite gêne tant les amis de Jeanmarine que certains d'entre eux refusent d'y croire.

Il est toujours amusant de constater que pour ces gens-là, tout texte, d'où qu'il vienne, y compris des égouts de la pensée, fustigeant l'islam, la gauche, l'humanisme et l'amitié entre les peuples est parole d'évangile, alors qu'un article venant à l'encontre de leurs phobies ne peut être qu'un faux.

Ça porte un nom: la mauvaise foi, qui tord la réalité pour l'adapter à ses partis pris.

emile red a dit…

Tu fais encore dans le relativisme culturel, bien évidemment il ne peut y avoir d'esprit contraire à leur morale ethnocentrique absolue.

Qu'un "islamo-marxiste" vienne leur donner une leçon d'humanisme en exhibant son ouverture d'esprit ne conviendra en rien à ces gens qui pourtant se réclament des lumières comme le chien se réclame de sa pâtée.

Si Montaigne, Voltaire ou Rousseau tombaient sur ces délires xénophobes ils tomberaient une seconde fois à voir l'interprétation faite de leurs réflexions.

Mais, ce sont bien ces derviches des idées qui nous rappellent que nous pouvons être marxistes et islamistes en plus d'être staliniens mais clairement pas de gauche.

Il reste que nos moralistes de la conciergerie du coin de la rue savent nous envoyer poste restante des mots et d'autres vocables sans jamais définir ce qu'ils sont, ce qu'ils défendent, pour quoi ils se mettent en cet état apoplectique proche du râle d'un mourant.

Ils ne peuvent non plus nous expliquer pourquoi ils gobent des escargots et fulminent à voir manger du chien, pourquoi ils sont fiers d'afficher situations maritales et extra maritales et peste contre tout signe de polygamie, pourquoi la nudité les rend pudibonds quand ils se tartinent la ventrèche de crème solaire en exposant leurs bourrelets sur le sable estival.

Bref, ils ne savent expliquer leur puritanisme parce qu'ils n'osent s'avouer leur étroitesse d'esprit, leur compréhension du monde se limite aux acquis juvéniles et rien de leurs mornes vies ne leur a permis de croiser évolution et expérience factuelle. Que des civilisations puissent construire Angkor Vat, les pyramides ou la grande muraille, ne les obsèdent que les travers de ces sociétés que leurs œillères millénaristes analysent uniquement par le biais de leur propre morale pétrifiée.

Ces spécialistes du dépérissement intellectuel cultivent à tel point l'art de la négation qu'ils en sont arrivés à ne plus rien comprendre de constructif, toute évolution, toute modification dans leur croyance devient un blasphème et ils lancent autant de fatwa qu'ils sentent menacée leur grille conceptuelle.

Scandalisé, outré à la moindre critique, à la plus petite remise en cause de leur paradigme poussiéreux, il n'est donc pas étonnant de voir ces archaïques inquisiteurs ruer contre le relativisme culturel au nom du sacro saint immobilisme essentialiste.

Des curés, vous dis-je...

Philippe Renève a dit…

Pas mieux, très bien dit Emile.

Philippe Renève a dit…

Il faut voir cette vidéo pour se rendre compte qu'il y a bel et bien du racisme et de la xénophobie en France. Ce ne sont pas des témoignages anonymes, mais ceux de gens identifiés et de personnalités.

Mais bien sûr les amis de Jeanmarine hurleront que tout cela est faux. Le déni de réalité est une de leurs méthodes préférées.

Philippe Renève a dit…

Il est bon parfois, lorsqu'un peu de recul est nécessaire, de se référer aux Grands Philosophes.

« RELIGION, n.f.
Fille de l’Espoir et de la Peur, expliquant à l’Ignorance la nature de l’Inconnaissable. »
Ambrose Bierce, Le Dictionnaire du Diable.

J'ajouterai

« L'ignorant ne saurait être blâmé de son ignorance. »
Aristide Kierkegaard, Les Mémoires d'un frère.

Rocla a dit…

Ben oui , c 'est pas de sa faute à l' ignorant , ça se saurait s' il savait .

Philippe Renève a dit…

Il faut distinguer deux sortes d'ignorants. L'ignorant qui sait qu'il l'est, et qui sait donc au moins ça, et celui qui ne le sait pas: l'ignorant qui s'ignore, en quelque sorte.

Philippe Renève a dit…

Il semble que certains ministres socialistes de la République aient bien retenu les leçons de l'adorable Séguéla: Paris : l’appartement du ministre du budget cambriolé.

« Jérôme Cahuzac, le ministre du budget, a été victime du cambriolage de son appartement parisien, ce week-end. (...) Parmi eux [les objets dérobés], se trouvent huit montres, des marques Rolex, Jaeger-Lecoultre, Boucheron, Chaumet et Breitling. »

Anonyme a dit…

T'ain, il en faut des montres pour savoir lire l'heure.
Et pendant ce temps...
Nous n'aurons pas d'autre solution que de descendre dans la rue.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

A propos du jugement sur les "tournantes" de Fontenay-sous-Bois , il est invraisemblable de voir comment des gens commentent un procès dont ils ne savent rien – d'autant qu'il a eu lieu à huis clos – et se permettent de critiquer une décision de justice sur la place publique.
Quelle irresponsabilité.

Philippe Renève a dit…

Dans l'interview en lien, cette psychiatre, qui ferait mieux de réfléchir avant de parler, dit " la justice envoie un message extrêmement négatif."
La justice n'envoie pas de message, elle juge. Et précisément, elle n'a pas à tenir compte des "messages" qui pourraient être tirés de ses décisions.

Anonyme a dit…

Le commentaire de faits divers, j'ai toujours dit ce que j'en pensais.

Ici, c'est un peu délicat d'accuser cette entité abstraite "La Justice".

L'affaire a été jugée aux Assises, et le verdict est le résultat des délibérations d'un jury populaire.

Donc ici, le "peuple", si chers aux populistes et non des professionnels d'un appareil que l'on aime à suspecter de vagues complots et de la préservation d'une "paix sociale" aux détriment des intérêts des victimes.

Le plus navrant, ici, c'est le peu de cas qui fut fait d'elles (surtout la victime principale) entre les faits et le procès. Ballottée de foyers en foyers, de multiples tentatives de suicides.. pour être finalement contrainte à se réinstaller sur le site de son traumatisme.

Si l'on ajoute à cela la pression de la tendance actuelle à ne voir reconstruction possible de la victime que dans un procès théâtre qui voit des bourreaux faire repentance publique avant d'être lourdement condamnés..

Et alors, qu'est-il prévu quand cela ne fonctionne pas, quand on s'aperçoit qu'entre la présentation médiatique d'un faits divers et son analyse au cours du procès, cette mécanique si chère aux idéologues sécuritaire ne fonctionne pas ?

Qu'advient-il des victimes dont nul ne se préoccupera plus maintenant que les cameras sont démontées et à qui on a mis en tête que la seule voie de reconstruction leur était confisquée ?

Mais de cela, ces vautours de l'instrumentalisation des faits divers à des fins politique, s'en préoccupent comme du dernier pogrome de Romanichels..

GéBé

emile red a dit…

Triste symbolique d'une société schizophrène qui veut voir une justice juste mais implacable, des juges professionnels mais sans marge de travail, des lois coercitives mais uniquement pour l'impalpable voisin.

Audimat, publicité et notoriété obligent, les médias font choux gras du moindre fait divers traité avec aussi peu de tact et de modération que les faits de société, nivèlent les priorités élevant l'information gadget aux durées des évènements d'importance, entretenant mythes et rumeur, réduisant l'humain aux secondes attribuées selon l'intérêt du moment.

Les droits du citoyen qui semblaient le pilier fondamental de notre démocratie, bafoués par les politiques, vilipendés par les journalistes, mis à mal par les luttes idéologiques cèdent le pas aux différents pouvoirs, si bien que, sans vergogne, religions, argent, dogmes, information balaient au second plan leurs obligations constitutionnelles.

Le citoyen n'est plus la composante fondamentale de la république mais le simple exécutant de la voracité des marchés , le jouet des ambitions, l'enjeu des antagonismes spirituels et intellectuels. L'obéissance est devenue son droit, le silence son devoir, les pouvoirs légaux sont là pour veiller, en toute illégitimité, à ce que les échines demeurent courbées. Dès lors, victime ou coupable, acteur ou passif, l'individu n'a plus que l'apparence du numéro que Wells décrivait avec tant de justesse, ce même numéro gravé au bras qui permis de si grandes horreurs ouvrant le champ des possibles, aujourd'hui et demain.

Philippe Renève a dit…

Tous ces gens qui jugent, critiquent, fustigent ceci ou cela, sans connaissances suffisantes et sans information complète, ne sont que la version internet des beaufs de Café du Commerce. Les cafés disparaissant, ils trouvent sur le web un espace où ils pensent être entendus pour exprimer leurs pensées hâtives et leurs obsessions ordinaires.

Le problème est que beaucoup d'entre eux, qui ne feraient pas illusion cinq minutes accoudés au zinc, parviennent à se faire passer pour des philosophes aux yeux de plus bêtes qu'eux.

Comme ils ne risquent pas les bagarres de bistrot dont la menace force les poivrots à réfléchir un peu, tous ces beaufs numériques méprisent, agressent, insultent tous ceux qui ne les approuvent pas. D'où ces champs de bataille sans fin où les plus braillards finissent par décourager les moins stupides.

Philippe Renève a dit…

Sacrés Norvégiens, ils ont le sens de l'humour.
Attribuer le Nobel de la paix à l'Union Européenne au moment où la guerre économique et surtout financière y fait rage comme jamais, c'est un très bon gag.
Notre chère (à plus d'un titre) Angela appréciera.

Philippe Renève a dit…

A lire absolument, un article de Paul Jorion sur l'attitude de la finance: Le comportement suicidaire de la finance.

La finance engrange des bénéfices énormes par des opérations risquées qu'elle ne veut surtout pas réglementer, jusqu'au jour où un krach la met en faillite. Alors l'Etat la renfloue, car la laisser couler serait trop grave, mais au prix de répercussions terribles sur l'économie en général et sur les citoyens qui n'ont que très peu bénéficié des profits anciens.

Ainsi ce comportement n'est pas vraiment suicidaire, il est plutôt meurtrier. Voyez la prospérité des banques et la piètre santé des économies.

Anonyme a dit…

Les hasards du Web..
En illustration à mon commentaire sur les commentateurs de procès et les verdicts parfois inexplicables pour qui n'a pas suivi précisément un procès, je voulais citer les ouvrages de Ferdinand Von Schirach (Et oui, le petit-fils de..) et ses nouvelles décrivant des procès aboutissant à des verdicts paradoxaux et - "Hasard du Web !" - Un article sur le dernier Ferdinand Von S. côtoie la nouvelle de l'appel par les parties civiles du procès des viols collectifs dont nous avions parlé..

Donc, pour ceux qui ne l'aurait jamais lu, Ferdinand Von S. est un auteur dont la lecture provoque la réflexion..

GéBé

Anonyme a dit…

Le lien en question :

http://www.liberation.fr/livres/01012323281-les-vrais-proces-imaginaires-de-von-schirach

Philippe Renève a dit…

Merci de nous le signaler, Gazi. Je ne connaissais pas et le livre semble en effet intéressant.

Philippe Renève a dit…

Le FMI découvre l'eau chaude.
Le FMI découvre que l’austérité est bien plus nocive que prévu.

Philippe Renève a dit…

Un post de Gazi n'apparaît pas; bizarre, bizarre...

Philippe Renève a dit…

Gazi a semble-t-il posté hier à 17h24 un commentaire qui ne s'affiche pas, Dieu ou le diable sait pourquoi. Le voici.

« Les nouvelles sont tirées de l'expérience d'avocat de Von Schirach.

Son dernier ouvrage "Coupables" s'ouvre sur une affaire de viol collectif où aucun des coupables ne peut, techniquement, être condamné..

GéBé »

Philippe Renève a dit…

Une fois de plus Copé s'illustre dans ce qu'on appellera gentiment la légèreté.
Copé sur la dépénalisation du cannabis : "Je demande à Hollande de trancher dans la journée".

Exiger une réponse dans les 24h sur un sujet aussi controversé et important n'est qu'une manœuvre irresponsable, et il le sait.

emile red a dit…

Malheureusement, notre gouvernement de voile et de vapeur rame toujours autant et fidèle à ses non engagements obéit comme un chienchien aux injonctions pathétique du général Copé.

Parfaite démonstration d'une totale incompatibilité entre un positionnement social et la défense d'une politique néolibérale.

La folie législative insufflée par le nabot n'a pas cessé, on continue à faire et dire n'importe quoi, quitte à se contredire, s'écharper et au final se décrédibiliser aux yeux de l'électorat déçu...

Les conséquences collatérales de la crise auront fait plus de dégâts dans la classe politiques et sur leurs assurances idéologiques que la crise elle-même.

Quand tout un chacun souhaite une fermeté politique et sociale, un positionnement sans ambiguïté, nos cagoles du pouvoir ne savent comment aborder les évènements et prendre des décisions énergiques et solides.

Philippe Renève a dit…

Paraître obéir à Copé était la dernière chose à faire: il va se régaler maintenant. Il aurait été moins stupide de jouer la sagesse en disant haut et fort que vu sa gravité le problème devait être longuement examiné, débattu et patin-couffin.

Force est de constater que la com' de Sarko était quand même plus sérieuse que ces épanchements d'états d'âme de ministres en dehors de leur domaine, ces hésitations manifestes, ces recadrages destructeurs.

Tout cela est navrant; ajouté aux actuels reniements (traité européen, austérité imposée etc.), ça ne peut que mécontenter l'électorat de gauche et ravir l'opposition.

Philippe Renève a dit…

En somme, Hollande et son gouvernement sont aussi décevants, pour ne pas dire mauvais, sur la forme que sur le fond.

Philippe Renève a dit…

Ah la merveilleuse Lau-lau Parisot.
«Il est temps que le gouvernement prenne à bras le corps le principe de réalité», a alerté Laurence Parisot ce mardi matin...

« Le président veut relever la courbe du chômage d’ici un an, annonce-t-elle. Il faut pour cela lancer un choc de compétitivité pour permettre aux entreprises notamment de relever leurs marges. »
Mais ma petite Lau-lau, si elles "relèvent leurs marges" (expression élégamment huilée pour augmenter leurs profits), ce n'est pas pour ça qu'elles embaucheront. Au contraire: les frais de personnel grèvent les marges, comme vous le dites si bien et si souvent, alors pourquoi les augmenter ?

Et puis, si on veut être "compétitif" (la scie à la mode), il faut non pas relever les marges, mais baisser les prix.

Un petit coup de faiblesse, là, Lau-lau.

Philippe Renève a dit…

Là on touche au sublime.

Euro: Berlin rejette toute forme d'émission de dette commune.

On instaure une union douanière totale, une monnaie commune, une banque centrale commune (si on peut appeler ainsi un machin qui ne crée pas de monnaie), mais pas question d'emprunter en commun: chacun de son côté.

Ah la belle Europe mitonnée par Angela et Nicolas pour les palais teutons et que François ne remet pas en cause.

Anonyme a dit…

Après les résultats des élections, nous avions dit "restons vigilants,
gardons les yeux ouverts" nous avons bien fait, leur nullité nous aveugle. On fini par comprendre les abstentionnistes!

Jeanne

Anonyme a dit…

"Principe de réalité"
Curieux.. comme la droite s'approprie, avec des décennies de retard, les concepts freudiens classiques.. Se traduit par "la capacité à différer une pulsion".

Auparavant, il y avait eu le "travail de deuil", cher aux idéologues sécuritaire, qui ne voyait pour les victimes qu'une seule condition à la réussite dudit travail : une lourde peine pour le délinquant qui les avaient lêsées..

Tous ces gens seraient-ils en analyse ?

GéBé

Philippe Renève a dit…

Et puis, ce "principe de réalité" fait bien sentir au bon peuple que ces abominables partageux socialos n'agissent qu'en fonction d'une idéologie déconnectée du réel.
Ce sont pourtant ces dangereux anars qui acceptent le carcan budgétaire allemand, qui imposent une austérité générale et qui refusent de surtaxer vraiment les plus riches.

Finalement, plus la "gauche" fait la politique de la droite, plus la droite crie à l'idéologie gauchisante. Il est vrai qu'il faut bien qu'elle fasse croire à une vraie différence qui puisse justifier de voter pour elle.

Philippe Renève a dit…

Voilà le type même de maladresse qui plombe une politique: la taxe sur les retraites sera non pas de 0,15 % comme annoncé mais de 0,30 % dès le 1er avril 2013.

Ce genre de chose semble tromper le citoyen de base, qui se dit qu'on se moque de lui.

Philippe Renève a dit…

Quand on dit que les marchés financiers sont régis par la seule spéculation, ce n'est pas une figure de style ou une position idéologique: Les marchés financiers face aux défis du trading à haute fréquence.

Rappelons que ces marchés fixent aussi les cours internationaux du pétrole, du blé ou du riz; on comprend que les variations y soient sans rapport avec la valeur physique des biens cotés. Plutôt affamer des populations entières que de réglementer leur fonctionnement.

emile red a dit…

J'ai adoré cet article du midi libre qui nous montre qui sont ces nazillons qui envahissent les blogs par leurs commentaires disgracieux et déplacés.

Tout ça me rappelle qu'il y a nombres de personnes qui adorent piocher à cette source nauséabonde, comme à d'autres aussi douteuses d'ailleurs, pour édulcorer des argumentaires pauvrement réfléchis.

FdeSouche, le site qui se veut porteur des vérités silencieuses, pris les doigts dans le pot de confiture, avec le bras et la tête... On comprend mieux leurs difficultés à respirer...

Philippe Renève a dit…

En effet Emile, seuls des sympathisants, avoués ou non, peuvent relayer des informations de ce genre de site manifestement de la pire extrême-droite.

Philippe Renève a dit…

Je sens que certains réfractaires à la vérité, soucieux de la suprématie universelle de leur culture européenne (dont on sait les expressions humanistes façon Treblinka et Dresde) vont protester: Manifestation du 17 octobre 1961: François Hollande reconnaît une « sanglante répression ».

Ils vont nous conter encore que ce sont ces abominables arabes, musulmans et basanés, cherchant avec perversité à se blesser à mort afin les faire honteusement accuser, qui se sont jetés avec une violence inouïe contre nos gentils policiers qui voulaient seulement les serrer contre leurs poitrines amicales.

On connaît la chanson. Mais on connaît aussi la vérité historique.

Anonyme a dit…

La reconnaissance du massacre du 17 octobre 1961 est à l'honneur de François Hollande.

Une nation doit assumer toutes les pages de son histoire, qu'elles soient sombres ou glorieuses..

Pour moi, cet évènement restera attaché à la figure de Maurice Papon, fonctionnaire zêlé sous Pétain, comme il le sera sous De Gaulle et à la nécessité pour la République de toujours contrôler ses forces de répression.

Une réaction parmi d'autres, celle de Christian Jacob (UMP) :

"il est intolérable de mettre en cause la police républicaine, et avec elle la République toute entière".

Avec un tel état d'esprit, au pouvoir pendant dix ans, nulle raison de s'étonner de l'ampleur des dérapages d'éléments (pas si isolés que ça) de la police marseillaise.

GéBé

emile red a dit…

L'UMP choquée, nous n'en attendions pas moins :

Christian Jacob estime qu'il est "Intolérable de mettre en cause la police républicaine"

Serait-il nécessaire de rappeler à M. Jacob et à ses politiques déprimés que la police républicaine est au service des citoyens ?

D'aucuns affirmeront que la police a agi dans le cadre de ses obligations et que la manifestation interdite du 17 octobre 1961 étaient composée majoritairement d'indépendantistes algériens.

Rappelons à l'UMP qui sait le clamer quand ça l'arrange, que, dans le cadre de notre démocratie, la liberté d'expression est un droit imprescriptible, que, d'autre part, les Algériens d'avant les accords d'Evian (18 mars 1962) faisaient partie de la communauté nationale et qu'à ce titre ils avaient le droit de s'exprimer ; rappelons aussi que la police, quand sa sécurité n'est pas compromise, n'a aucun droit à faire justice elle même, encore moins de mettre en danger quiconque.

Souvent l'argument de l'obéissance du policier à sa hiérarchie est avancé dédouanant ceux-ci de toute responsabilité, souvenons-nous que la constitution s'applique à tous et qu'elle prévoit la rébellion dans le cas de sa remise en cause, d'autant plus que les actions de la police et de la gendarmerie doivent être proportionnées aux évènements et il est établi que cette manifestation était pacifique.

A présent, il serait injuste de rejeter toute la responsabilité sur la piétaille ne possédant pas les éléments d'analyse, sans dénoncer le rôle du préfet qui a consciemment outrepassé droits et devoirs en se substituant à la justice et en transgressant par ses décisions les droits des citoyens jusqu'à mettre leur vie en jeu.

Il est évident que remettre en cause le préfet Papon perturbe l'UMP, mais les faits sont là, les prédécesseurs de notre droite bon teint ont couvert en leur sein les mésactions du boucher de Bordeaux, ce qui témoigne explicitement de leur adhésion aux principes démocratiques et du respect de notre constitution.

Mais nier un évènement historique au prétexte du respect de la police républicaine est bien plus inquiétant, en effet, que seraient les réactions de ces politiques réactionnaires lors de manifestations d'envergure suite à une fermeture d'usine de grande taille comme Aulnay, envoyer la troupe, réprimer à balles réelles, déclarer l'état de siège, la loi martiale ?

Souvenons nous seulement que depuis Adolphe Thiers, les partis conservateurs n'ont jamais rechigné à utiliser la force pour assoir leur pouvoir au mépris de toutes règles constitutionnelles et démocratiques et que les graines du totalitarisme sont dans leurs gènes.

Anonyme a dit…

Oh !

Monsieur Emile invoque le totalitarisme, épouvantail souvent brandi par la Droite hexagonale..

Interrogeons-nous donc sur ce concept.

En général, on y allie parti unique, police politique et toute puissante et surveillance de l'individu jusqu'en son intimité..

Ce concept, bien sûr, est lié aux régimes dit collectivistes et ne correspond absolument pas à la société que rêverait de bâtir les amis de Mr Jacob.. Et pourtant..

Parti unique ? On ne cesse, à chaque élection d'entendre des voix s'élever pour réclamer une vie politique réduite à deux grands partis (Ce qui représente tout de même le minimum requis pour une démocratie).

Police toute-puissante ?
C'est bien ici le rêve de ces idéologues, abrités derrière la vertueuse défense de "La sécurité, première des libertés" en évitant de lier à cette abstraction commode l'emploi et la santé..

Surveillance des individus ?
Jamais la STASI n'aurait rêvé d'un tel maillage de vidéosurveillance de l'espace public..

Evidemment, nulle comparaison possible entre une société néo libérale musclée et un régime totalitaire..

GéBé

emile red a dit…

Gazi,

Nous savons bien que les chaînes de la sécurité sont l'antithèse de la liberté.

Il faut être obtus, lobotomisé ou passablement naïf pour se convaincre du contraire.

Aucune liberté n'est sans risque, il faut l'assumer et la démocratie si elle veut garder ce nom n'échappe pas aux dangers d'être bousculer.

Il est vrai que la facilité, la fainéantise et les œillères favorisent grandement l'apparition de toutes sortes d'entraves aux droits et de ce fait réduisent la liberté qui n'a de sens que dans son entiereté.

La liberté se mérite...

Philippe Renève a dit…

Merci de vos commentaires.
M. Jacob aurait mieux fait, une fois de plus, de réfléchir un peu avant cette déclaration aussi grotesque que révélatrice de ce lamentable état d'esprit de la droite dure qui justifie tout, absolument tout, venant des dites forces de l'ordre pour mieux se les attacher et effrayer le citoyen.
Chez Franco, Pinochet ou les colonels grecs on n'entendait pas un autre discours que celui-là, le soutien infaillible à toutes les actions de leurs nervis.

M. Jacob devrait aussi voir que la déclaration de Hollande, qui l'honore, ne met nullement en cause la police en tant que corps de l'Etat mais reconnaît des agissements criminels remontant à cinquante et un ans. Mais par principe, par réflexe du parti de l'ordre, il défend l'indéfendable.

Philippe Renève a dit…

Quelque chose d'un peu plus léger – je pèse mes mots.

Mes amis, une grande nouvelle.

La France est sauvée.

Nadine Morano lance son parti : "On m'a dit si souvent 'vous incarnez la vérité'..."

La Vérité va enfin nous être prodiguée.

Philippe Renève a dit…

J'avais raison hier de prévoir que certains, dans la mouvance de l'extrême-droite ou de la droite dure, allaient désapprouver le communiqué de Hollande sur la répression de la manifestation du 17 octobre 1961. M. Jacob et ses amis les plus à droite de l'UMP, le FN bien sûr et ses amis inavoués.

On lit ici ou là des propos où le racisme ordinaire le dispute à la bêtise crasse. L'argumentaire est de renverser les rôles et de faire des victimes les responsables de leur propre mort; non, les policiers ne peuvent être blâmés, car il s'agissait d'une provocation du FLN, qui pouvait prévoir le massacre, selon une phrase de Wikipedia, qui semble être la référence historique des imbéciles.

De plus, ces crimes, n'étant que marginaux par rapport à ceux du FLN, devraient apparaître comme négligeables; éternelle antienne de la mauvaise foi, du cynisme et de l'incapacité pour certains d'éprouver la moindre empathie envers des hommes qu'ils considèrent comme inférieurs.

Le racisme dans toute son horreur, qui finit par justifier la torture et tous les crimes envers les êtres détestés, hommes, femmes ou enfants. Si on croit qu'il est en voie de disparition, on se trompe lourdement.

Philippe Renève a dit…

L'affaire de Karachi commence à prendre un tour croquignolet: Un témoin-clé dans l'affaire Karachi : "Mon mari allait chercher en Suisse l'argent de Balladur".

Philippe Renève a dit…

Karl Lagerfeld: « François Hollande, cet imbécile ».

La critique d'un sot est un hommage.
Alfred Kierkegaard

Anonyme a dit…

La guerre d'Algérie.. où le passé qui ne passe pas !

Les réactions à droite ne sont guère étonnante, tant cette décolonisation revêt un poids symbolique.

N'oublions pas qu'elle permit tout d'abord la renaissance d'une extrème droite laminée en 1944 et qui entama ensuite une longue traversée du désert.

Celle ressuscita, sous la bannière du "maintien de l'Empire" et Jean Marie Le Pen y débuta, à cette époque, la carrière politique que l'on connait.

Si apparemment, la répression n'est aujourd'hui plus niée (c'est déjà un progrès), les arguments "contre" les déclarations de François Hollande sont les suivantes :

1/ Cette guerre était atroce.

Cette guerre était atroce, oui.. mais la métropole ne faisait pas partie (sauf pour les factieux OAS) du "théâtre des opérations". Le FLN ne fit pas de l'hexagone une cible d'attentats, sauf dans sa guerre interne avec un MNA, déjà bien affaibli et manipulé en partie par la police hexagonale.

Sur cette question des règlements de compte MNA/FLN, c'est ce qu'invoqua Maurice Papon, pour expliquer certains morts d'Octobre 1961..

2/ Et les massacres d'Européens lors de l'Indépendance ?

Difficile à comparer.. Comme si le Conseil National de la Résistance pouvait être responsable des règlements de compte de la Libération.

La répression du 17 octobre a été le fait de forces de police, aux ordres, et nullement désorganisées comme peuvent l'être des groupes de partisans armés dans une période de transition.

"Et la Rue d'Isly ?"
Inscrite au martyrologe "pied noir".. cette tragédie ne peut lui être comparée. Nous sommes ici en plein "sur le théâtre des opérations", et les soldats qui firent usage de leurs armes répondirent (sans discernement) à des coups de feu de provocation d'éléments OAS.

La population civile en fit les frais.. mais Alger à ce moment-là était à mille lieux de Paris au niveau de la tension qui pouvait règner..

"La manifestation était interdite"
Cela autoriserait la police à tuer? La France d'alors n'était pas sous la loi martiale.

"Ils acclamaient l'ennemi, tels des Allemands acclamant le Kaiser à New York en 1917.."

L'image est abusive.. La manifestation protestait contre un couvre-feu imposé à la population "algérienne" de Paris..

La plupart des arguments relevés ci et là se trouvent concentrés dans un article publié ici :

http://www.bvoltaire.fr/dominiquejamet/17-octobre-1961-parlons-en,2059

..un site polémique qui, comme beaucoup, fait la part belle aux contributeurs bien à droite...

Pour ma part, si comparaison il y avait à établir, ce serait avec la rafle du Vel d'Hiv : une police aux ordres jusqu'à l'abject, un ex-pétainiste à la tête de la répression, la réquisition des autobus de la RATP.. et jusqu'au Vélodrome alors en voie de destruction, et qui servira, avec d'autres gymnases et forts militaires, de lieu de rétention durant cette nuit tragique..

GéBé

Philippe Renève a dit…

Gazi,

Cinquante ans après, ces massacres font encore polémique. Il serait bon qu'un ensemble d'historiens se penchent de près sur les documents et les témoignages pour tenter d'y voir plus clair.

En tous cas, ce n'est pas en les minimisant comme le font droite dure et extrême-droite qu'on arrivera à une vérité quelconque : dire que tout cela est la faute du FLN, est secondaire, est excusable ne tient pas face à l'ensemble des informations qu'on a déjà sur la question.

Certains en font manifestement un outil politique, voire idéologique, en s'en servant pour justifier un peu leurs phobies ou leur racisme. La vérité leur importe peu face à leur utilisation intéressée.

Philippe Renève a dit…

Jean-Pierre Jouyet, président de la Banque publique d'investissement, à propos d'Arcelor-Mittal à Florange: « La BPI aura vocation à maintenir l'activité et non pas à aider les canards boiteux ».

Voilà un homme, juriste, enarque, haut fonctionnaire, qui profère des énormités aussi stupides que maladroites.
La Banque n'aidera-t-elle donc que les entreprises en bonne santé ? Il est navrant de constater le niveau d'incompétence et de mépris des hommes chez ces prétendus grands serviteurs de l'Etat.

Philippe Renève a dit…

Nous allons ouvrir une nouvelle page.

«Les plus anciens ‹Précédent   601 – 800 sur 3876   Suivant› Les plus récents»