samedi 1 janvier 2011

Le salon est ici




Bonjour et bienvenue, amis lecteurs.

Voici un  salon ouvert ouvert à tous pour bavarder cordialement. Entrez et prenez vos aises : nous sommes entre amis.


Pour passer d'une page à l'autre du salon, utiliser les liens «Les plus anciens   ‹Précédent  ...   Suivant›  Les plus récents» au début et en fin de page ou les liens suivants.
24.7 au 8.8.2011  |   8.8 au 29.8   |  29.8 au 3.10   |   3.10 au 10.10   |   10.10 au 6.11   |   6.11 au 26.11   |   26.11.2011 au 2.1.2012  |  2.1 au 11.1.2012   |  12.1 au 30.1  |  du 30.1 au 1.4   |  du 1.4 au 30.6  |  du 30.6 au 19.10  |  du 19.10.2012 au 11.2.2013   |   du 11.2 au 16.4   |   du 16.4 au 25.6    |   du 25.6 au 13.8   |   du 13.8 au 16.11   |   du 16.11.2013 au 15.4.2014   |   du 15.4.2014 au 11.2.2015   |   du 11.2 au 2.4.2015   |   du 2.4 au 25.6.2015   |   du  25.6 au 12.10.2015    |   du  12.10.2015 au 10.2.20106    |  du  10.2 au 7.6.2016  |   du 7.6 au 25.10.2016  |   du 25.10.2016 au 29.1. 2017   |  du 29.1.2017 au 12.6.2017  |   depuis le 12.6.2017 

3 973 commentaires:

«Les plus anciens   ‹Précédent   1001 – 1200 sur 3973   Suivant›   Les plus récents»
Philippe Renève a dit…

Une nouvelle page a été ouverte. Pour revenir à la précédente, cliquer sur ce lien.

Philippe Renève a dit…

Ah mes aïeux tout fout le camp, quelle époque.

Tout le monde démissionne, même les papes, dis donc.
Comment dit-on « ras le bol » en latin, déjà ?

emile red a dit…

"Plein la calotte", peut-être...

Mon dieu, mon dieu, mon dieu, on ne peut même plus faire celle du pape est mort et de l'araignée appelée à régner... et pas de veuve noire pour pleurer.

Le prince de Monaco doit s'en retourner dans sa tombe.

Philippe Renève a dit…

... pleine de Grace ?

Philippe Renève a dit…

A ce propos, nous ne remercierons jamais assez notre camarade Joseph Alois Ratzinger pour le remarquable sens de l'opportunité qu'il manifeste par la révélation de sa courageuse décision au moment même où les grands centres d'intérêt contemporains (mariage pour tous, lasagnes à cheval, exilés fiscaux geignards) montraient de fâcheux signes de faiblesse.

Les médias de la presse écrite, parlée et télévisée, dont l'essoufflement faisait peine à voir depuis quelques jours, sont ravis de pouvoir largement développer l'événement, dont ils vont nous bassiner les tempes pour jours et semaines, et pourraient bien, en guise d'ex-votos, allumer quelques cierges bénis qui seraient tout à fait dans l'ambiance.

emile red a dit…

Et nonobstant les dérives journalistiques, les accroches aux derniers branchages, les on-dits, les rumeurs et les humeurs, il faut avouer qu'un grand et généreux souffle commercial se dessine pour cette Italie empêtrée dans le non sens libéral made in Goldman Sachs et les avanies outrancières de l'ex Duce en mal de publicité.

On peut supputer que la fibre porte-monnaie de la quintessence catholique pour venir dépenser sans compter va se développer au fur et à mesure que la date enfumée s'approchera blanchie de tout péché et de tout intérêt partisan.

Rome va devenir un immense camping polyglotte, polymorphe et particulièrement policé, la politesse des anges en étendard, les pizzaïolos en caissiers.

La lorgnette des baveux télévisuels va s'émanciper des basses revendications sociales, des licenciements vulgaires, des populations qui crèvent.

On doit le dire, le répéter, le petit fils d'Hitler aura réussi sa sortie en battant le pavé vaticanesque et sa coulpe miséricordieuse par un latin braiment inintelligible qui ne peut qu'interpréter le désir magique d'un vénérable dieu à l'écoute des douleurs du monde.

Le pape est mort, un nouveau pape est appelé à régner...

Philippe Renève a dit…

Et d'admirables bulletins d'information sur papier et ondes de s'employer fébrilement à rivaliser d'exploits journalistiques : interventions feutrées de prélats compassés explicitant en détail leur ignorance tout empreinte de modestie, vaticanologues de Livre de Poche prodigues de banalités hypothétiques et micros-trottoirs de badauds sur la Place Saint Pierre parvenant à des Golgotha de ringardise.

Haut les cœurs mes frères, nous vivons des monuments historiques de facilité, de paresse et de vanité journalistiques qui resteront comme des contre-modèles dans les siècles des siècles.

Amen.

Philippe Renève a dit…

Formons le vœu qu'au moins le futur conclave nous gratifie d'un nouveau pape un peu cool, comme par exemple le cardinal archevêque de New York Timothy Dolan, qui m'a l'air d'un joyeux luron un brin farceur, visiblement loin d'engendrer la mélancolie et qui ne doit pas lésiner sur le vin de messe.

Rocla a dit…

Comme futur pape je verrais bien Bibi Fricotin XVI .
Il enlèverait le préservatif de l' index et le mettrait sur sa tiare ornée des bijoux papaux .

Son bâton appelé sceptre frapperait les tocards prenant l' autobus à contre-sens .

Les paroissiens seraient Ribouldingues de lui .

Les cardinaux enframboisés de rouge portent eux la crosse contrairement au sceptre qui est les point de mitre des confessées repenties .


Le Saint Siège Percé Pontifical servira dorénavant au dépistage colorectal des concerts liturgiques et sera à usage unique .

Marie Madeleine aura une place principale dans le nouveau gouvernement .

La nouvelle devise :

A bon rat bon chat .



Philippe Renève a dit…

Judicieuses remarques et suggestions, Rocla.
Je crois que l'élection du nouvel infaillible nous donnera quelques nouvelles occasions de délire furieusement laïc.

Notons à ce propos que Benoît XVI, étant infaillible, l'est quand il affirme faillir à sa tâche. L'infaillibilité de la défaillance est une notion qu'il me paraît important d'étudier à tête reposée car elle implique un gros effort mental appelant une administration massive de puissants antimigraineux.

emile red a dit…

Alors comme ça, nous mangerions du cheval quand nous achetons du bœuf.

L'ensemble de "ceux qui savent" découvre qu'il y aurait des trafics de viande d'un bout à l'autre de notre Europe sanctuarisée.

Ces "ceux qui savent" découvre le libéralisme...
Ces "ceux qui savent" découvre le commerce...
Ces "ceux qui savent" découvre le négoce...

Que nous achetions du bœuf argentin gonflé aux amphétamines, que nous consommions du lapin chinois engraissé aux farines chimique, que nous mangions des légumes africains noyés de pesticides prohibés, n'effleure pas leur cervelet engourdi du poids des dividendes que les entreprises coupables leur reversent, mais que Jules-Henry, Marie-Chantal ou Pierre-Édouard ingurgitent les champions du PMU ou les tocards d'Eric Woerth et c'est la douche froide, que dis-je, surgelée, qui les laisse pantois et mouillés.

Qu'un steak puisse traverser l'Europe par étapes, de Bucarest à Munich, de Munich à La Haye, de la Haye à Paris et de Paris à notre assiette ne soulevait aucun émoi, pas plus qu'un poulet famélique et néanmoins Breton termine en cuisse à Abidjan, en ailes à Shanghai, en carcasse à Dacca et en abat dans la gamelle du chat, mais que le meilleur ami de l'homme après le caniche à Bobone, le beagle du voisin et les poissons rouges de Grand-Mère finisse en haché dans la nourriture d'un ouvrier miséreux, mal rasé et alcoolique reste inacceptable, incroyable et immoral à notre aristocratie du pot de chambre et des bals de débutantes perverses.

Et tout ce petit monde, cette sphère de beau linge, cet aréopage gratiné au soleil dauphinois se réveille, découvre et s'alarme, s'agite et s'offusque, se scandalise de voir ces énergumènes qui ventilent et pulvérisent les principes moraux de cette fine fleur responsable et magnanime, ces mêmes principes qui disparaîtront écrasés en fin d'année sous les récépissés de dividendes que nos malotrus cyniques et suscités ne manqueront au grand jamais de reverser à nos notables oublieux et distraits.

La crapule est d'une inconstance... madame Michu !

Philippe Renève a dit…

Tous ces bobos politiques – à droite comme très largement à gauche – croient dur comme fer que les entreprises sont "responsables" (néologisme désignant de façon élégante la simple honnêteté) du seul fait qu'existe une concurrence (théorique dans bien des cas) et une menace de sanction (mais faire faillite avant est souvent bien facile).

Ces économistes et politiciens de salon n'imaginent pas un seul instant que la devise dans beaucoup de secteurs est tout simplement "pas vu, pas pris" : les contrôles des Etats sont de moins en moins fréquents grâce aux Etats eux-mêmes et les sanctions si peu douloureuses que neuf fois sur dix elles ne sont ni pénalisantes ni dissuasives.

Pour l'alimentation, on s'est gargarisé depuis des années de la fameuse "traçabilité", en feignant de croire qu'elle était la panacée. Elle n'empêche nullement de commettre les fraudes, mais seulement de les détecter après coup, lorsqu'il est trop tard. Il faudra sans doute des empoisonnements massifs pour faire lever un sourcil de nos technocrates baignant dans leurs certitudes et leur ralliement à l'ultralibéralisme, façade théorique de la finance vautour et des combines mafieuses des grands groupes industriels et commerciaux.

Philippe Renève a dit…

Ah mes amis voici un événement qu'il convient de saluer chapeau bas : Saint-Valentin: L'UDI offre une réduction pour les adhésions en couple.

S'ils rajoutent un porte-clés à l'effigie de J.L. Borloo et Hervé Morin, ils vont faire un malheur.

Philippe Renève a dit…

Je signale un excellent article de Frédéric Lordon sur l'escroquerie intellectuelle que représente la prétendue réforme bancaire du gouvernement Ayrault : La régulation bancaire au pistolet à bouchon.
On y voit notamment que la député PS rapporteur du projet de loi s'est félicitée que les banquiers ne se disent guère gênés par ses mesures.

Sans commentaire, sinon que ce soi-disant socialisme ressemble trait pour trait à l'ultralibéralisme financier.

Philippe Renève a dit…

Ah trop bien, les amis. Après BB, c'est Steph' de Monac' qui part en guerre : Stéphanie de Monaco au secours des éléphants de Lyon.

Tout ça est furieusement pipole et montre bien les préoccupations et la hauteur de vue de ces dames.

Philippe Renève a dit…

Je signale un site remarquable sur le retable des frères Van Eyck l’Adoration de l'Agneau mystique : Closer to Van Eyck.

Il est possible d'agrandir les images jusqu'à des détails de quelques centimètres, qui donnent une idée de l'étonnante virtuosité des peintres.

Philippe Renève a dit…

Juste un mot pour saluer Stéphane Hessel qui vient de nous quitter ; c'était un homme de bien.

emile red a dit…

Je ne peux que renchérir, c'était un véritable Homme de bien...

Un homme pour qui humanité et humanisme n'étaient pas de vains mots galvaudés au profit de propagandes mensongères et d'intérêts prosélytes et indignes.

Il laissera une trace indélébile dans le cœur des hommes probes et honnêtes...

Philippe Renève a dit…

Merci Emile pour ce commentaire. Nous venons de perdre un grand Monsieur.

Philippe Renève a dit…

Il faut remarquer que l'admirable personnalité et le grand mérite de Stéphane Hessel sont tout simplement confirmés par les réactions peu amènes de la droite dure et de ceux qui nient la justesse pourtant manifeste de ses combats.

Philippe Renève a dit…

Tiens, l'UMP change d'onomatopée : après le bling-bling, le big bang.

Mais quelle est donc cette renaissance explosive ? « Cela veut dire réduire toutes les charges et réglementations qui freinent le travail (...) ». Voilà qui est rassurant. C'est toujours UMP-Medef, même combat.

Philippe Renève a dit…

« Mali: La mort de Belmokhtar et d'Abou Zeid toujours pas confirmée. »

Avec une tête comme ça, de toute manière ils n'en avaient plus pour longtemps (photo non retouchée, bien entendu).

Philippe Renève a dit…

J'invite tous les lecteurs à aller admirer l'étonnante invention que signale Anne le Maître sur son blog Bleu de Prusse : tout simplement géniale.

emile red a dit…

Si ce n'était de Milan que j'arrivais, je dirais resté baba au Rome...

Le Book est révolutionnaire, que dis-je futuriste, le monde va s'en trouver changé ; en espérant que tous les bons magasins, partout sur la planète, vont sentir le vent de l'innovation porté par ce procédé hors du commun et à l'avant garde de la connaissance et de la culture.

Il reste à souhaiter que l’appât du gain et les processus économico-financiers ne viennent pas cantonner cette invention dans les salons de quelques classes nanties ou cabinets confidentiels...

Philippe Renève a dit…

Je crains que ce ne soit bien coûteux, au moins dans un premier temps : c'est des trucs de geek, toujours hors de prix.

Philippe Renève a dit…

A propos du projet de loi sur la sécurisation de l'emploi, il faut remarquer que dans ce genre de circonstance, lorsqu'un des signataires affirme que l'accord est « complet et équilibré », c'est qu'il est à son avantage.

Il se trouve que cette appréciation est ici émise par le patronat. On a connu Mme Parisot plus adroite : elle aurait eu tout intérêt à le disqualifier un tantinet pour masquer sa satisfaction. Un peu fatiguée, Lau-lau.

emile red a dit…

La portée de cet accord n'est pas encore entièrement analysée.

L'exemple de l'attribution d'une mutuelle d'entreprise est une fausse bonne idée, si on peut se réjouir de voir 3 millions de travailleurs enfin mieux protégés, il n'en va pas de même pour ceux qui auront le malheur d'être licenciés ou simplement qui partiront à la retraite.

Il va de soi que l'affiliation à ces mutuelles prend fin dès la cessation d'emploi et que le choix de la poursuivre au delà ne se fera pas sans une tarification outrageuse. Le résultat fera que de 3 millions actuellement nous passerons à plus de 5 millions sans perte pour les assureurs qui se paieront dans tous les cas sur la bête.

Et tout ceci ne concerne qu'un cas parmi tant d'autres dans ce marché de dupes...

Philippe Renève a dit…

En effet, Emile. De plus, l'accord facilite les licenciements dans certains cas, oblige les salariés à accepter certains déplacements qu'ils pouvaient refuser auparavant, etc.
Mme Parisot peut être heureuse, mais devrait être moins ostensible dans la félicité.

Philippe Renève a dit…

Lu sur 20minutes.fr.

« La moitié de 27 militaires du 6e Régiment du génie d’Angers, envoyés initialement en renfort pour aider ERDF à rétablir le courant dans les 28 500 foyers du département qui en sont privés dans la Manche, ont commencé à dégager l’accès à l’usine de retraitement de combustibles nucléaires usés d’Areva de Beaumont-Hague (Manche) »

Sans doute une histoire de demi-solde.

Philippe Renève a dit…

Un peu malencontreusement, le pape qui vient d'être élu a choisi un nom qui, pour nombre de Français qui ne sont pas tombés de la dernière averse, évoque moins la sainteté qu'un film célèbre de 1937 dont le mysticisme était, disons, fort modéré.

On en trouve des extraits ici ou là.

emile red a dit…

Je me dis qu'il n'y a pas de hasard quand on prétend que la religion est surannée et décatie.

Franchement aller chercher un nom du XVIème siècle, dut-il avoir découvert de Vinci, ça ne fait pas très sérieux mais cadre parfaitement aux fraises et hallebardes des gardes suisses.

Il ne manque que la date prévue pour Marignan, dans deux ans peut-être en commémoration du demi millénaire...

Anonyme a dit…

François 1er m'a bien fait rire. Entre notre Roi, Fernandel et notre Président, la marge est large..

Cependant, un pape qui devait être jeune et réformiste : 76 ans et jésuite, dieu protège les catholiques.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Le problème est de savoir si un ancien jésuite peut ne pas faire preuve de jésuitisme !
L'adresse sans le machiavélisme ?

Philippe Renève a dit…

Emile, tu as joliment raison : les tenues et armes des gardes suisses semblent sortir tout droit de l'époque de François 1er.
Renseignements pris, ce n'est guère étonnant : cette vaillante armée a été créée... en 1505. Ils n'ont pas dû se changer depuis.

Philippe Renève a dit…

Un événement important, puisqu'il concerne tous les pays y compris ceux qui ont une religion d'Etat. ONU : les pays musulmans acceptent une déclaration "historique" sur les violences contre les femmes.
Même s'il n'est qu'au plan des principes, il contraint les Etats signataires à abandonner les motifs religieux, jusqu'ici excuses parfaites, dans le domaine des violences envers les femmes.

Cette déclaration historique montre que des progrès peuvent intervenir pour limiter les effets séculiers des religions même dans des pays où elles ont pratiquement force de loi.

Philippe Renève a dit…

Un point de vue intéressant de Jeannette Bougrab sur les suites de l'affaire Merah et les questions religieuses en France, même si son discours est à l'évidence surtout politique et critique envers le pouvoir actuel. Mais il ne fait que confirmer des faits avérés ; il est bien évident que la pauvreté et la discrimination sociale, si elles sont un terreau favorable, n'ont jamais constitué des justifications au terrorisme, armé ou non.

Il est à noter que mélanger les explications sociales, économiques, culturelles des causes et les jugements de valeur est un des leviers préférés de l'extrême-droite raciste et xénophobe et de ses amis, qui feignent de croire qu'expliquer est disculper : il n'y a pas de fatalité dans le terrorisme, comme J. Bougrab le souligne bien – pas plus que dans la vertu.
Le libre arbitre fait que chaque homme est responsable de ses actes, ce qui ne rend pas inutile la description de ses motivations, conscientes ou non ; c'est une évidence élémentaire que les fanatiques de tous bords refusent de reconnaître et versent ainsi dans les généralisations les plus imbéciles.

Wald a dit…

Salut,

Je vois à qui tu fais allusion, mais contrairement à ce qu'ils racontent, ça fait des lustres que tout le monde sait qu'il n'y a pas de corrélation automatique entre un niveau de pauvreté absolu et la délinquance. Sociologues compris, Obertone n'a fait qu'enfoncer une porte ouverte. Ce qui est su depuis longtemps est que les villes ont des taux de délinquance bien supérieurs aux campagnes, parce que les écarts de revenus y sont plus étendus. Plus que les niveaux de vie absolus, c'est la comparaison des revenus qui pose problème.

Curieux de voir d'ailleurs un site aussi masculinisé pérorer de la sorte alors que la délinquance est ultra-majoritairement masculine.

Si à chaque fois que l'on lapide une femme adultère à dix mille kilomètres de là, comme ils le disent, les musulmans de France devaient tous avoir à prouver leur bonne foi, y compris les universitaires, cadres supérieurs, ingénieurs, élites en tout genre, au nom de quoi ils ne seraient pas tenus, obligés d'aller manifester à chaque fois qu'une bande de mâles en goguette se livre à du vandalisme ou à une agression sur la voie publique. J'imagine la banderole, "nous sommes des hommes modérés". "Modérés" est un terme qui convient d'ailleurs tellement bien à certains d'entre eux.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Wald ; très heureux de te revoir.

Tu résumes très bien la situation. On n'entend guère les cris d'orfraie des « bien-pensants » quand un bon catho rosse soigneusement sa femme ou quand les mosquées sont taguées de croix gammées...

Et refuser la corrélation entre pauvreté et délinquance, même si elle n'explique pas tout, ne peut être que le fait d'idéologies aussi repoussantes que les fanatismes qu'elles disent combattre : seuls les idéologues totalitaristes nient la réalité, tout simplement pour y substituer des théories simplistes basées sur des haines plus que sur des raisons.

Philippe Renève a dit…

Voilà à quoi mènent leurs idées : Strasbourg: Un militant « identitaire » aux assises pour des incendies racistes.

« (Il)a clairement reconnu le caractère xénophobe de ses actes.
L’enquête a également établi qu’à l’époque des faits il avait l’habitude de constituer chez lui des statistiques sur la présence des étrangers en Alsace.
 »

Ceux qui pérorent – du haut de leur ignorance – sur la délinquance et la culture des étrangers, pour fustiger ceux-ci comme simples êtres humains, fournissent moralement les armes à ce genre d'excités.

Wald a dit…

Philippe, en des années d'études d'Histoire, que ce soit en cours de Géographie, d'Histoire, en préparation de concours, classes prépas, fac, jamais je n'ai entendu le moindre universitaire proposer une corrélation mécanique pauvreté/délinquance. La seule corrélation mécanique, et d'ailleurs que j'avais trouvée assez rigide, c'était celle avec les villes (même si elle est statistiquement et historiquement avérée).

On n'a jamais interprété les révoltes de la fin de la république romaine comme le résultat uniquement de conditions de vie. Pareil pour les révoltes d'esclaves, ça a toujours été interprété comme un refus d'un déclassement social, de la privation de la liberté, du paysan romain ruiné par la grande propriété foncière aux esclaves razziés en Grèce comme Spartacus, qui était probablement Thrace. On n'a pas invoqué une baisse du nombre de calories ou le fait que leur paillasse d'esclave était moins confortable.

Idem pour les révoltes paysannes, on sait depuis le début que la Jacquerie de 1358 était un mouvement de gens aisés et sur les terres les plus riches d'Europe.

La dangerosité des villes pré-industrielles en Europe a été largement commentée par les contemporains et les historiens, Obertone raconte n'importe quoi. Oui, contrairement à ce qu'il raconte, la violence sexuelle était massive en milieu urbain, sur les femmes isolées socialement et se faisait en groupe, notamment d'étudiants. Je peux te le dire et de première main, qu'un des spécialistes de ces coupes-gorges qu'étaient les villes médiévales, loin d'être un bobo-islamo machin chose, vote FN depuis des décennies et tient dans les réunions informelles avec étudiants de second ou troisième cycle ou avec les collègues des discours gratinés sur les noirs et les arabes. Je pourrais te donner son nom et des détails savoureux sur la question, tu te doutes bien que je dois m'arrêter là. Les villes d'Ancien Régime, les villes romaines étaient pareilles. Tu crois qu'à Rome un patricien s'aventurait seul à deux heures du matin dans un quartier d'insulae sordides, seul, et sans escorte ? Il n'y a qu'à lire les "lettres de rémission", dont on peut voir des exemples mis en ligne facilement, pour voir ce que c'était le bon vieux temps selon Obertone. Des bagarres au couteau ignobles dans des bouges mal famés, des viols, des meurtres, des règlements de comptes sordides, un voisin tabassé à mort pour s'être plaint du tapage.

Ce n'est qu'un discours caricatural, faux et mensonger sur les sciences humaines, islamo-compatibles, repaire de gauchistes et bla bla bla le marxisme pernicieux en France dans l'enseignement et bla bla bla. Au fait, tu penses vraiment que Mitt Romney a fait un carton électoral dans le milieu de la recherche fondamentale ou des universités aux Etats-Unis ? Le co-fondateur de Google, riche à milliards,il a financé un des deux candidats à la dernière présidentielle US, tu crois que c'était qui ?

C'est faux aussi parce que les soit-disant gauchisants ont relevé des exemples qui allaient contre ce soit disant modèle pauvreté=délinquance. Ainsi, certains ont relevé que Marseille n'a pas explosé en 2005 lors des émeutes, le fait est notoire. Pourtant c'est une ville pauvre et immigrée. On a invoqué tous les facteurs possibles : moindre ségrégation ethnique et spatiale, plus fort contrôle social, clientélisme.

Philippe Renève a dit…

Je te remercie de ton analyse qui remet les choses dans une perspective historique, ce qu'on devrait toujours faire pour les questions sociales.

C'est une certaine forme de délinquance qui est liée aux villes, propices aux vols, cambriolages, trafics, bien plus que les campagnes même lorsque celles-ci étaient cent fois plus nombreuses ; la délinquance visible, celle qui effraie, et pas que le bourgeois, est bien urbaine. Celle des beaux quartiers est, elle, bien cachée au sein discret des familles et des entreprises. Celle des banlieues – les quartiers populaires, autrefois au cœur des villes où sévissaient les malandrins, en ont été chassés par l'urbanisation croissante due à l'exode rural et par la spéculation foncière – est celle des rues, des caves et des barres de HLM ; associée à la violence et aux "incivilités", elle est ressentie bien plus puisqu'elle touche bien plus de gens, plus personnellement et de plus près.

Je suis content que tu évoques la question de l'insécurité dans les villes car, je l'ai rappelé souvent, au début du XXe siècle, il y a cent ans, personne d'honnête ne se risquait à sortir la nuit en ville sans être en groupe : le phénomène n'est pas nouveau mais il est différent. Le problème au fil des décennies n'a fait que se déplacer vers les périphéries, devenues les quartiers les plus nombreux, bien souvent plus ou moins abandonnés par les pouvoirs publics au niveau de la sécurité : postes de police et commissariats rares, fermés par économie sarkozienne, policiers évitant d'y aller, tout cela ne fait que donner libre cours aux trafics qui eux-mêmes engendrent violence et délinquance. Si les banlieues avaient le même nombre de policiers par habitants que Neuilly, la sécurité règnerait...

La gauche (ou prétendue telle, ce qui est de moins en moins vrai) et la droite portent une écrasante responsabilité sur la délinquance des banlieues, la seconde en laissant faire volontairement, la première en minimisant les problèmes qu'elle ramène à un misérabilisme électoraliste qui lui coûte cher et qui fait le jeu du FN et de ses amis.

En somme, les évolutions du XXe siècle ont réalisé ce dont rêvaient les bourgeois cossus du XIXe : rejeter les voyous hors les murs, et garder pour eux les sergots protecteurs. Mais prétendre que le problème est nouveau est stupide ou, le plus souvent, malhonnête. Le bon vieux temps n'existe pas dans ce domaine, pas plus que dans d'autres.

Anonyme a dit…

Visiblement on n'a pas lu ici le livre en question et l'on prête des propos à Obertone qu'il n'a pas tenu. Et pour cause : s'appuyant sur des statistiques, celles-ci ne commencent à être disponibles qu'à partir du milieu du XIX e siècle.

Anonyme a dit…

Juste un petit rappel : entre 1967 et 1984 le taux de criminalité OFFICIEL a été multiplié par 7....
Le moyen âge, mmouais... c'est peu loin, il semble

Philippe Renève a dit…

Toujours très amusantes, ces interventions anonymes mais de provenance évidente, qui sont autant d'attaques aussi malintentionnées que maladroites.

Leur impolitesse et la lâcheté de leur anonymat excluent de leur apporter une quelconque réponse, qui ne pourrait être que courtoise et inutile ou sincère et grossière.

Je tiens à assurer, avec franchise et solennité, le personnage en question, quel qu'il soit et croie être, que ses avis occupent ici et dans nos pensées une considération à peu près équivalente à celle que peut connaître une virgule sur les murs des toilettes publiques.

Philippe Renève a dit…

Le ventre est encore fécond...

Un footballeur grec exclu à vie pour avoir fait le salut nazi.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Philippe Renève a dit…

M. l'anonyme,
Je supprime votre commentaire agressif et impoli.

emile red a dit…

Faisons dans la logique pure et simple : si la délinquance a été multipliée par 7 quand en même temps la population immigrée n'a crû que de 1,5 à 2 fois, cela voudrait dire que nos délinquants arabo-islamo-trans-méditerranéens travaillent, dans leur totalité, 24/24h à nous pourrir la vie, nous bons blancs de 22ème génération qui ne violentons ni nos femmes, ni nos enfants. ni les femmes des autres...

Là où l'imbécilité et l'aveuglement remplacent les connexions neuronales, il y a fort à parier que c'est en ces endroits que les pire exactions puisent être commises.

On comprend mieux pourquoi il n'y a qu'en Europe et dans les pays d'origine européenne que se développent régulièrement les folies meurtrières de masse, on en viendrait presque à croire que la situation d'impasse géographique de l'Europe contribue à la consanguinité de ses populations avec les décadences qui en résultent.

Dans tous les cas, le niveau et la capacité de réflexion de certains tendraient à corroborer cette atavisme déliquescent...

Wald a dit…

La délinquance multipliée par sept, en comptant les crachats par terre, les pisseurs sur la voie publique pris sur le fait, les contraventions routières et comme c'est Obertone, peut-être les si mélodieuses bastons de chats de gouttière la nuit. Et si on pénalisait les chiures de pigeons, je pense qu'on peut tripler la criminalité d'ici 2020.

Obertone, il faudrait inventer rien que pour lui une machine à remonter le temps. Histoire de le balancer dans Paris au XVème siècle, à l'époque de Villon, de la grande dépression médiévale, d'un chômage et d'un vagabondage endémique. Je lui donne pas deux heures à marcher de nuit dans les rues avant d'être mis hors d'état de continuer, et dans le meilleur des cas, ils se seront contentés de le mettre en slip sans l'amocher. Imagine la tête d'Obertone si on le forçait à rentrer la dedans. Un peu comme la tronche de péripate qu'on dégagerait de force à Mogadiscio, dans un monde sans état. Si Obertone est si courageux et sûr de ses idées, il peut le prouver, il va arpenter le bitume pendant une semaine toutes les nuits dans les pires quartiers de Russie, au milieu de blancs comme il les aime. Mais tu penses bien, aussi idéologue soit-il, il pensera qu'il est un peu jeune pour mourir.

"Mourir pour des idées, l'idée est excellente, moi j'ai failli mourir, de ne l'avoir pas eue".

En y repensant, il y aurait un lieu parfait pour ces deux rigolos, l'East End londonien de l'époque de Jack l'Eventreur. Qu'une machine à voyager dans le temps existe et qu'on amène ligotés ces deux types en leur disant où ils vont atterrir, les deux gueuleraient comme des putois. Pourtant, péripate se retrouverait dans l'Angleterre libérale fantasmée, et Obertone au milieu de ses blancs doux et civilisés par nature. Peripate s'en tirerait mieux qu'Obertone par contre. Les deux font partie de ces personnes qui ont besoin de haïr et d'insulter des catégories de personnes pour se sentir exister. Le pauvre Obertone, contre qui tournerait-il sa rage sans noirs ni arabes dans les parages. Psychiquement, ça merderait sec, péripate aurait moins de problèmes, il aurait l'occasion de traiter la population locale ravagée par la syphilis, l'alcool et aux dents pourries de sous-hommes et de déchets, par contre à ce train il survivrait pas une nuit. Une heure à se comporter comme il fait sur Agoravox, et il se serait retrouvé avec les valseuses autour du cou.

Philippe Renève a dit…

Wald, j'adore tes fantasmes réjouissants qui mettent en scène ces rigolos pour notre plus grand plaisir !

Anonyme a dit…

Monsieur Wald, il s'agit de CRIMINALITé. Les crachats par terre n'ont jamais été des crimes.

Attention, la négation de la réalité est le premier symptôme de la déraison.

Wald a dit…

Philippe, tu ne penses pas qu'il y a du avoir une vague d'immigration fantôme noire et arabe au Mexique, pays dont la criminalité a explosé ces dernières années ?

Anonyme a dit…

Ironie mal placée de mr Wald. Il sous-entend qu'Obertone aurait dit d'une part que SEULES les populations immigrées venues d'Afrique seraient violentes, et qu'elles seraient particulièrement violentes par essence, par un déterminisme naturel.

Ce monsieur Wald ne me semble pas quelqu'un de très honnête d'un point de vue intellectuel.
Il montre, en prêtant à l'auteur des propos qu'il n'a jamais tenus,qu'il n'a pas lu le livre.

Philippe Renève a dit…

Wald, en effet. Les mafias italiennes, les triades chinoises, les yakuzas japonais et les cartels colombiens s'expliquent sans doute aussi par une abominable immigration.

Le dernier commentaire de l'anonyme ne me semble pas appeler de réponse ; la polémique agressive n'a pas sa place ici. S'il persiste dans cette voie, tous ses posts seront supprimés.
Don't feed the troll.

emile red a dit…

Il faut donc comprendre cher ânon-nonyme que ce que prétend ce monsieur Obertone serait d'une immaculée conception sans aucune discussion possible.

Pourtant, il me semble que la moindre des sagesses serait de prendre un recul certain quant à ce fascicule tendancieux, d'une part, est-il judicieux d'épouser les thèses d'un inconnu qui voile sa couardise dans un manteau de vertu, d'autre part, peut-on faire confiance en une maison d'édition dont l'inconsistance pourrait nous faire croire qu'elle a été créée au seul but de la parution de cette brochure, enfin une raison et non des moindres pour naviguer au large consiste à lire le CV du préfacier de cet opuscule.

Je ne mettrai pas en cause vos capacités d'analyse, mais en bon écolier vous avez dû être confronté un jour à l'étude de texte qui affirme qu'il ne peut y avoir de thèse sans antithèse et qu'au final l'intelligence humaine doit savoir en tirer la substantifique moelle qu'est la synthèse. Or, vous défendez une thèse pétrie dans l'amas de lieux communs sans aucune assise vérifiable, dans l'abus de chiffre douteux aux provenances encore plus douteuses et dans les falsifications communes aux théories qu'aucun extrémiste de droite ne renierait.

Curiosité venant, nous sommes en droit d'attendre l'antithèse avant que de vous parer dans une synthèse sentencieuse qui ferait ressembler le pire idolâtre à un guignol de supermarché, mais oualou, rien, nada, que dale, nib... Nous attendons encore.

De ce fait nous nous devons de rechercher, de fouiller de trifougner et joie inespérée, il faut dire que ces gens ne se cachent pas, eux, nous trouvons ce petit quelque chose qui manque à vos ânonnements anonymes, cette critique fondée, claire, rompue dans l'art de la concision, cette antithèse qui fait tant défaut à toute propagande qui se draperait d'impartialité ; des sociologues écrivent parfois, écrivent simplement mais écrivent bien et connaissent le sujet dont ils parlent, ils ne craignent pas de signer, ni d'afficher leurs qualités mais disent ce qu'ils ont à dire sur ce torchon nauséabond.

Il n'en demeure pas moins que l'anonymat reste une constante dans la fange brune qui louvoie de la rue à internet et qu'ici comme ailleurs, la délinquance qui en est issue n'est comptabilisée nulle part dans le spongieux grimoire de notre fasciste scribouillard.

Wald a dit…

"le nombre de viols actuels n’a aucun précédent historique depuis que la France est la France "

Je ne vois pas comment on peut quantifier les viols sur une durée de huit siècles, en considérant que la France existe depuis le 13è siècle. On n'a pas de statistiques fiables avant le 19ème siècle. Même pour les condamnations judiciaires on a quasiment rien.

Obertone, lui qui sort d'une école de journalisme, milieu dont on connait la nullité intellectuelle, qui n'a pas trente ans, lui il sait combien de viols et de crimes on commettait en 1700 ou 1300 en France. Et on me ferait admettre que ce type serait meilleur à trente ans que des historiens de la trempe de Bronislaw Geremek (connu comme homme politique sur le tard en Pologne mais qui était aussi le grand spécialiste de la marginalité au Moyen-Age en France), Marc Bloch, Le Goff, leurs capacités et leurs décennies de recherches ? Geremek contredit formellement Obertone, d'une il explique les lacunes des sources dont il montre le caractère statistiquement dérisoire. Deux il dit aussi que l'infime partie restante sont des documents de sentences judiciaires, (ce ne sont donc pas des enquêtes de victimisation). Trois, les documents dont on dispose (quelques registres isolés de la justice parisienne qui rassemblent des séries de décisions pour des périodes assez courtes), par l'examen des motifs de condamnation, laissent apparaitre une délinquance omniprésente, que ce soit une délinquance sur les biens omniprésente ou pour une violence physique qui ne l'est pas moins (la France paisible du passé...). Quatre, les registres judiciaires restants montrent une justice d'une brutalité inouïe, puisque 80% (en réalité, on est plus proche des 85% de mémoire) des sentences sont la mort, et pas que des pendaisons en public, puisqu'il y a aussi des sentences d'enterrement vivant, d'être jeté dans un chaudron bouillant. Contradiction totale d'Obertone, la sauvagerie dans la répression n'ayant aucun effet. Lui qui écrit noir sur blanc dans son bouquin être fan du bagne de Cayenne, encore un démenti.

Aucun historien sérieux ne peut accréditer les méthodes statistiques douteuses d'Obertone. Le coup des incarcérations et faits constatés à partir de 1830, voilà ce que ça vaut. Exemple dans un document (Bien réel, pour celui qui me parle de réalité), une ouvrière du 19è mère célibataire qui croise deux hommes qui la violent. Que fait la police ? Et bien elle refuse de prendre sa plainte, au motif qu'une femme seule était une dépravée et qu'elle ne pouvait pas se plaindre d'un viol. Et Obertone, les abus sexuels sur les servantes de ferme, les bonnes dans les différents niveaux de la bourgeoisie, chez les nobles, tout ce qui est attesté mais que l'on devine très peu souvent rapporté devant la police, il en fait quoi ?

Wald a dit…

« La désinhibition liée à l’anonymat de la société autorise les sous-sociaux à violer »,

Le viol étant statistiquement un crime entre personnes qui se connaissent, donc qui s'inscrit au contraire dans un écheveau de relations sociales, je ne vois pas de quoi parle Obertone. Quant au terme de "sous-sociaux", je vois pas ce qu'il veut dire, il n'existe pas en sociologie ni en anthropologie et à ma connaissance Obertone ne définit pas son concept. Un concept sans définition ni extension c'est sur le plan de la logique littéralement de la pisse. Probablement que ce pseudo-concept est en relation avec un autre extrait " une tribu primitive au sein d’une société développée ". Mais c'est simplement faux, les sociétés autres que l'Occident moderne ont probablement plus de contacts et d'interactions sociales que les sociétés urbaines occidentales qui préoccupent tant Obertone.

En réalité, pour Obertone, la valeur d'une société est corrélée à sa puissance économique, et une "sous-société" est une société d'un niveau de richesse inférieure. Une société, ça se définit par les relations entre les personnes qui la composent, à part ouvrir un dictionnaire, je n'ai pas de conseil particulier à donner.

La criminalité sexuelle selon Obertone, c'est de la culture de journal télévisé avec ses pédophiles qui font la sortie des écoles avec le sac de bonbons. Le pédophile type REEL, c'est papa ou tonton, ou le cousin qui a dix ans de plus et la zigounette qui commence à le travailler sérieusement. Le viol par inconnus c'est pareil, ce sont toujours les mêmes chiffres qui ressortent bon an mal an, un quart des viols seulement. Le violeur type c'est le voisin, le collègue de travail qui désire une voisine de bureau, le mari qui prend de force sa femme qui n'a plus envie de lui. Le coup de l'inconnu majoritairement basané qui attend la femme blanche la bave aux lèvres au coin d'une ruelle ou dans un parking, ce sont les films avec Charles Bronson, pas les statistiques. je sais qu'Obertone dit que c'est pas moral d'incriminer les pères de famille, mais on est dans une enquête sérieuse ou de la bondieuserie moralisante ? ("d’incriminer essentiellement les maris et les pères de famille ".)

Wald a dit…

Vous vivez dans les fantasmes, le fonds de votre pensée, c'est que l'on pourrait substituer aux quelques millions de prolétariat immigré des équivalents mais blancs, les traiter comme on traitait les "bronzés", avec discrimination à l'embauche, au logement, dans l'accès au crédit bancaire, à la promotion dans au travail, dans les contrôles policiers humiliants, mais que parce qu'ils sont blancs, européens, indo-européens ou toute autre terminologie, ils se tiendraient tranquilles. L'Angleterre et ses gangs de blancs, l'Amérique latine, la Russe, tous ces pays vous démentent totalement. L'Italie du Nord a eu à son époque une immigration interne importante venue du Sud. Pas d'Arabes, pas de Noirs, pourtant leur criminalité était massive.

De toute manière, des chiffres j'en ai ici, http://data6.blog.de/media/084/5301084_0558b6fee9_d.pdf
lire p.12 et 13. La surdélinquance immigrée est environ le double dans le pire des cas de figure à l'échelle nationale. Je vais faire une confidence, je suis sûr que dans le nord de la France, il y a une surreprésentation des blancs au teint clair, d'une taille supérieure à la moyenne nationale et aux cheveux blonds. Vous serez donc d'accord avec moi, il faut prendre les mesures les plus énergiques contre ces sous-sociaux. Je me demande s'il faudrait pas incriminer la culture des ch'tis. Et je suis sûr qu'il y a une surdélinquance des Alsaciens en Alsace. Et, autre isolat culturel, je suis sûr aussi qu'il y a plus de Corses délinquants en Corse que dans la moyenne nationale.

J'ai un mot pour Léon. Qu'est ce qui te faisait frémir hier soir mon grand ? D'imaginer qu'Obertone ait l'occasion de prouver la valeur de ses théories ? Si t'y crois tellement, pourquoi t'as peur d'une mise en pratique au demeurant fictive ? Si tu penses que ce qu'il dit est vrai, Obertone (et péripate par ailleurs) devrait vivre peinard dans un espace-temps sensé justifié ses théories, il a écrit noir sur blanc qu'à cette époque, les villes étaient sûres. Tes indignations de pacotille, tu te les gardes. La vérité, tu la connais, en une semaine, le type se ferait découper en rondelles par ses blancs chéris, pousse tes cris d'orfraie si tu veux. Obertone est à même pas 24 heures de transport tout compris d'un quartier pourri totalement blanc dans une ville russe, mexicaine ou colombienne. Il n'a qu'à y aller.

Et je l'assume, moralement, foutre de force péripate dans un avion et le balancer au milieu de Mogadiscio ne me dérange pas le moins du monde. Lui qui fantasme sur les sociétés sans Etat, et bien y en a une qui existe dans le monde depuis quelques années, pourquoi il y va pas ? Il se gêne lui quand il dit de manière même pas voilée souhaiter la bidonvillisation de millions de personnes en France, ça t'a pas empêché toi et Fufu de l'acueillir à bras ouverts sur ton blog ? Tu t'indignes quand Snoopy prône la même chose sur ton blog et encore plus explicitement ? T'en frémis mon vieux ? Non à ce que je sache, tu fais surtout semblant de rien voir et tu te mets courageusement la tête dans le sable, balaye devant ta porte.

Wald a dit…

Philippe, quand est-ce qu'on va chanter ensemble le Quantique des Quantiques ?

Philippe Renève a dit…

Emile, tu as tout à fait raison. L'anonymat enlève tout crédit, donc toute valeur de discussion, à une intervention, surtout polémique (en bien ou en mal), puisque son auteur refuse toute responsabilité sur ses propos. Il les jette comme une insulte  – la forme est souvent en accord – et les réduit à des affirmations sans précédent ni suite.
Il est à remarquer que ce sont toujours les commentaires déplaisants, basés sur une intention mauvaise de combattre des idées sans risque, qui ne sont pas signés, même d'un pseudo qui permettrait une suite dans le raisonnement. Ils exhalent la volonté de nuire, de ridiculiser, quand ce n'est pas le mépris ou la haine. Mais leur valeur rationnelle est proche de la nullité.

Wald a dit…

Philippe, Emile, ces types qui font l'apologie d'un bouquin qui approuve le bagne de Cayenne, j'en ai vu un exemple à l'oeuvre dans mon entourage. Evidemment, si un proche, un parent, un ami, se fait choper dans une sale histoire, là les hurlements sur Cayenne, ce genre d'anecdote (dont je vais pas donner les détails, manquerait plus que je donne le nom de la personne) montre qu'ils s'apaisent très très vite.

Philippe Renève a dit…

Wald, je te remercie pour cette analyse tout à fait claire qui taille en pièces les prétendus arguments de ce parasite.

Selon ces bien-pensants proclamés, la délinquance, la criminalité n'ont jamais été aussi élevées et les immigrés en sont les grands responsables.
Or, d'une part, comme tu le dis très bien, les moyens statistiques et historiques de mesurer ces phénomènes sont rares et sujets à caution, ce qui détruit largement cette idée. Quand on regarde d'un peu près les mœurs des époques anciennes, on voit bien que le bon vieux temps n'existe que dans la tête de ces gens-là. Même dans un passé assez récent, les fortifs' à Paris, puis la "zone" étaient bel et bien des repaires de voyous autrement dangereux que les loubards des banlieues actuelles : le surin sortait facilement, et les apaches, jules et autres monte-en-l'air prêts à tout rendaient les rues des villes infréquentables dès la nuit tombée. Ne parlons pas de la Cour des Miracles et autres joyeusetés médiévales, où on trucidait allègrement pour voler une bourse même plate. En fait, même avec les voyous actuels, la sécurité est infiniment plus grande de nos jours.
D'autre part, relier délinquance et criminalité à l'immigration comme ils le font est une imposture évidente : très mauvaises statistiques sur les premières, presque aucune fiable sur la seconde (notamment du fait des clandestins), et surtout lien de causalité jamais établi. Personne ne peut dire si la délinquance serait inférieure si l'immigration avait été moins importante. Ce n'est pas parce que celle qui est la plus visible est davantage le fait d'immigrés qu'il y a corrélation : celle-là se concentre de tous temps sur les populations défavorisées économiquement et socialement, qui ressentent le plus les inégalités (en hausse depuis quelques lustres).

On nous dit que les unes ont beaucoup augmenté (ce qui n'est pas certain) parce que l'autre a augmenté. Mais rien ne le montre ; dans les dernières décennies, l'immigration a été importante, mais aussi la Terre s'est réchauffée, le prix du pétrole a augmenté, la pollution également, et les poissons se sont raréfiés dans le monde. Y a-t-il partout corrélation ?

Comme tu l'as très bien dit, un pays comme le Mexique, pays d'émigration, a vu la délinquance et la criminalité exploser. C'est un très bon contre-exemple, et on aimerait que les amis d'Obertone nous expliquent comment il entre dans leur schéma.

Philippe Renève a dit…

Ah, Wald, le Quantique des Quantiques, que de l'amour !

Philippe Renève a dit…

Quant à la vertu de la répression on sait ce que c'est : Cayenne faisait des loups furieux avec des voleurs de pain, et le système actuel de prison fait des caïds avec des petits dealers.
La prévention n'existe que pour protéger les nantis et le système carcéral marche sur la tête ; on voit mal comment les choses pourraient changer.

emile red a dit…

Voir si ces gens ont une logique digne d'une poule qui traverse.

J'entends encore ce matin à la radio des nostalgiques venir pleurnicher sur l'Algérie, ces mêmes Tartempion qui vocifèrent leurs regrets de la colonisation mais qui en miroir sont aux premières loges quand il s'agit de dénigrer l'immigré prétextant l'invasion, la colonisation et s'offusquant d'un tel état de fait venant de barbares dont ils appréciaient pourtant la force de travail quand ils étaient les maîtres de la chiourme...

Bref, la colonie est parfaite les doigts de pied en éventail, la négresse aux gâteries, mais dans le fantasme contraire, l'idée devient insupportable le néo-colonisateur est la bête immonde à éradiquer et tous les gauchistes, relativistes, droidelhomistes sont les harkis de cette horde dévastatrice qui envahit la plaine et les montagnes, la ville et ses banlieues, la cuisine et le lit du buana...

Wald a dit…

Tout à fait Philippe, quand je parlais de Cayenne, c'était sous-entendu, ceux qui partent pour ne plus revenir, comme tu le dis, les autres étaient encore pires.

Emile, Guéant n'a qu'à s'en prendre à son électorat, celui de zones paumées de la campagne profonde, dans la Marne, l'Ain, le Nord-Est, eux qui vivotent et en partie grâce à l'argent des transferts venus de l'Ile de France. Après tout, s'ils ne sont pas aussi riches que ces parigots intra-muros, c'est bien de leur faute ? Charité bien ordonnée commence par soi-même.

Par contre j'aurais une remarque personnelle, je pense que le FN actuel est pas mal recentré, et sur tous les sujets, immigration comprise, même si c'est très relatif. Les plus craignos pour moi, c'est l'aile droite de l'UMP, Sarkozy, Copé et la droite populaire, qui sont tout simplement la majorité du parti. Faut pas sous estimer un fait lourd, l'électorat UMP est dans un processus d'extrémisation très net et il n'y aura pas de terrain d'entente électoral avec eux pendant des années

Philippe Renève a dit…

Oui, l'UMP croit depuis un bon moment que la droitisation est la seule solution pour progresser. Pourtant, Sarko a fait tout ce qu'il a pu dans ce domaine et ça ne lui a pas réussi.
Les UMPistes sont en fait fascinés et irrités par le FN qui est à un haut niveau et croient qu'il faut l'imiter peu ou prou. En fait c'est une ânerie : le FN comme tu dis est en passe de se faire doubler à droite, tandis qu'il n'y a plus de centre digne de ce nom.
Je crois que le FN capitalise plus sur le ras-le-bol économique des gens modestes que sur les idées d'extrême-droite.
La droite elle-même n'a pas de programme, se borne à tonner contre le pouvoir en place sans rien proposer sinon une pâle copie du FN. Ça ne peut pas marcher.

rocla a dit…

Contrairement aux différentes assertions lues ici , je pense que dans les siècles qui ont précédé le nôtre il existait uniquement des personnes bien élevées .

Nous sortons subitement d' un monde parfait .

Les pays nous entourant prodiguant bien-être et bonheur de vivre .

Dans ces temps anciens de jadis naguère il faisait 20 degrés centigrade dans les fermes ,
le dimanche , pour se distraire les habitants du village allaient voir le dernier tango à Villeneuve sur Lot pendant que Marguerite dans son étable mettait bas .

Alors qu' à Paris dans la rue de la grande truanderie ( mais ça veut dire quoi ce drôle de nom ? ) le passant pas très honnête se frayait un passage dans la cour des miracles , tout étonné d'encore respirer le bon air des pots de chambre et seaux jetés par les fenêtres aux vitres cassées .

Heureusement la police qui veillait était en dehors de tout soupçon . Que des gens intègres qu' il était impossible de corrompre vu le grand standing de leurs émoluments .

Etant les fils et petits fils de ce monde idéal , il ne peut être qu' impossible que quoi que ce soit puisse se passer autrement ;

Philippe Renève a dit…

C'est bien ça : hier, tout allait bien et avant-hier encore mieux. Le progrès est néfaste, la nouveauté perfide, les étrangers fourbes (sauf peut-être les Suisses, mais francophones, hein) et les mouvements de population criminogènes.
Chacun chez soi, en arrière toute. En plus, tous ces immigrés nous dérèglent le climat ; vous avez vu cette neige en Cotentin ? On n'aurait jamais vu ça autrefois, mon pauvre Monsieur.

rocla a dit…

Mais les Suisses c 'est pas des étrangers , c' est des Hélvètes alors que les étrangers se vêtent autrement .

Philippe Renève a dit…

A propos de corrélation, il faut noter que certains commentateurs n'ont visiblement pas compris la notion. Il se trouve que c'est précisément chez eux qu'on trouve une forte corrélation entre la mégalomanie et le mépris des autres.

Anonyme a dit…

Bonjour !
Y a-t--il vraiment matière à débat ?
Un activiste d'extrème-droite écrit un ouvrage rempli de lieux communs auxquels ils tente vainement d'appliquer un vernis de méthode scientifique, un éditeur apparait subitement pour diffuser l'ouvrage et celui-ci obtient une audience nationale grâce à une émission de télévision de la case "divertissement"...
Aussitôt, la blogosphère identitaire y voit un intellectuel victime de la bien-pensance qui s'oppose à ses idées, à linstar d'un Faurisson, d'un Marc-Edouard Nabe, etc, etc..
"On" nous promet du beau temps pour la fin de semaine : voilà qui est intéressant !
GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Tout à fait bien dit : tout cela est bien futile et sent plus la provocation que l'étude sérieuse. Seuls les identitaires xénophobes soutiennent ce coup médiatique.

Jeudi et vendredi devraient être pas mal, mais ici le week-end s'annonce maussade...

Philippe Renève a dit…

« Plouc », « pourriture » et autres délicatesses : le site qui nous surveille comme le lait sur le feu, vite à court d'arguments comme d'habitude, passe aux insultes qui lui servent de raisonnement.

Remercions toutefois ces personnages qui se vautrent dans l'injure avec autant de délices que le porc dans sa soue : c'est un honneur d'être ainsi traité par de tels individus.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je viens d'Y faire un tour..
Je m'y découvre traité "d'intellectuel".. Dans leur hiérarchie des injures, celle-ci doit être particulièrement bien placée..

Sinon, un rapide coup-d'oeil : c'est devenu esthétiquement très laid. Tout y est énorme, mal disposé.. Cela oscille entre le prospectus de grande surface et le "Choc du Mois".

Les mêmes obsessions, mais rabâchées entre un nombre plus réduit d'adeptes.

La grande utopie du forum appelé à supplanter Agoravox s'est évanouie. Le pluralisme des tout débuts (J'y avais même été convié, c'est dire..) a laissé place à une sorte de forteresse où il est partout indiqué qu'il faut montrer patte blanche pour y entrer.

Finalement, tout cela a viré à la secte : isolement, paranoïa, excommunications, purges, langage codé..
En général, l'épisode est un suicide collectif !

"L'intellectuel"

Anonyme a dit…

Oupps !
Dans la dernière ligne du post précédent, substituer "épilogue" à "épisode".

(Les détenteurs d'un certificat d'études auront rectifié d'eux-mêmes)

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Laissons ces pauvres gens à leurs mégalomanies, leurs certitudes xénophobes et leurs insultes. Ils ne valent ni la corde pour les pendre ni la plume pour les dépeindre.

Ce prétendu printemps n'en finit pas de commencer ; la floraison est déjà en retard et que fait le gouvernement ? Rien. Une honte, Monsieur. Ministres de l'agriculture et de la météo, démission !

emile red a dit…

Juste une mise au point concernant le FN que nos voisins encensent comme on encense une pieuse icônee de la vierge dépucelée par un marin grec.

Cette faction n'est ni moins à droite ni moins radicale qu'elle n'était du temps du père de la blonde carnassière, il faut comprendre comment fonctionne l'extrême droite pour ne voir dans cette ligue qu'une tentacule de la pieuvre néofasciste.

En effet quand on regarde de près les transferts, les transfuges, les démissionnaires ou les adhérents qui collent au papier comme le vomi sur un col de chemise, on constate qu'ils ne sont qu'une grosse poignée à naviguer d'un faisceau à l'autre, d'un bloc à son jumeau et d'une tendance vers son contraire.

Toutes ces phalanges ont chacune pour mission d'assurer l'agitation sur deux ou trois points définis mais se retrouvent comme une seule main pour occuper l'espace médiatique avec leur tronc commun totalitaire. Une des fonctions du FN est d'attribuer les rôles selon les aptitudes.

Si vous vous souvenez de l'opération Blitzkrieg et de l'ouverture du Nazi-Leaks, l'an passé, les Anonymous ont mis en lumière les liens qui unissent l'ensemble de la "fachosphère", toute tendance confondue.

La stratégie d'atomisation en de multiples groupuscules a pour seul but d'élargir l'offre en proposant des thèses différenciées pour éviter de présenter un monolithe où le futur adhérent ne se retrouverait pas, ainsi l'antisémite ne croise pas l'islamophobe ou l'ultrasioniste ne rencontre pas le néo-nazi.

Au final, toutes ces chapelles se réunissent lors d'opérations ponctuelles comme nous avons pu le voir durant la campagne contre le mariage pour tous ou pour les législatives où le côté fréquentable du FN assuré par les médias a fournit une justification de vote pour un grand nombre d'électeurs tombés dans la nasse du leurre habilement construit.

Non, le FN n'a rien changé, il continue à semer son venin raciste, il persiste à nier les camps, il insiste sur la supériorité raciale et sur la nécessité des croisades islamophobes et s'il n'affirme plus de front son antisémitisme, il charge certaines de ses officines à assurer cette fonction.

Pour terminer voilà un petit lien PDF imagé pour vous donnez une idée de ce qu'est la pieuvre d'extrême-droite française, bien évidemment, la multitude de cliques régionales et régionalistes ne sont pas prises en compte ici.

emile red a dit…

A trop vouloir aller vite on en oublie l'essentiel.

Si vous avez du temps pour vous décrasser les synapses et afin de comprendre une des mutations de l'extrême droite, je vous conseille ce très long et excellent article ... parfois la page ne charge pas ou mal, réactualisez la...

Philippe Renève a dit…

Merci pour ces commentaires et pour les liens, Emile.
Il est certain que le FN a su dans les dernières années se donner une image moins extrémiste et plus "convenable". Mais il reste lui-même et n'en est que plus dangereux.

Anonyme a dit…

Rebonjour,

Sur l'extrème-droite française et sur le FN en particulier, un fait intéressant.. Cette nébuleuse politique, ce n'est pas nouveau, s'est toujours nourrie de la peur de l'Autre, celui-ci prenant les traits du Juif, de l'étranger, de l'homosexuel...

Elle s'est aussi souvent caractérisée par un discours "attrape-tout".

Récemment la stratégie de conquête du FN pour les zones rurales fait apparaître de nouveaux boucs émissaires, "français de souche" hétérosexuels et baptisés en leur majorité.

Dans le Sud-Ouest, sont ainsi maintenant opposés les véritables paysans aux "néo-ruraux" vivants des aide sociales et dans le Sud-Est (le Gard) aux cadres venus accéder à la propriété loin des centre-villes et accusés de dépenser leurs revenus loin de leur lieu de résidence..

Sinon, pour répondre au boyard scrutant les Tartares depuis sa forteresse : NON, je ne me sens aucune obligation, malgré les injonctions, à réfuter les âneries d'un écrivaillons qui ose se servir de Stanley Kubrick pour tenter d'effrayer les masses..

Je ne lirai donc pas plus son opuscule que "Cinquante nuances de Grey", même si on se plaît à disserter de ces sous-produits littéraires dans les émissions de Laurent Ruquier..

GéBé

Wald a dit…

"La grande utopie du forum appelé à supplanter Agoravox s'est évanouie"

Tout à fait monsieur l'intellectuel, comment on est passé d'un endroit où il y a eu du monde un bref moment à un club de bridge avec dix coms par jour, puis à un lieu d'anathème, comment on est allé se trouver des causes idéologiques pour se trouver une ligne éditoriale. Hélas, entre Causeur, riposte laïque, bivouac ID, Fromage +, le moisi blog, euro-reconquista et des centaines de blogs miroirs, la concurrence est rude et l'affluence ne suit pas.

Monsieur l'intellectuel, ils ne vous placent pas bien haut, vous êtes, ça se déduit automatiquement de leur conversation, au dessous du péripate dans leur estime, c'est dire si c'est pas bien haut. Ca peut vouloir dire aussi que la place du péripate dans leur hiérarchie n'est pas si basse, mais chuuut, on va aborder le sujet de leur complicité passive avec toute la racaille du net.

Wald a dit…

Gazi, à propos de Kubrick, une des premières choses qui m'ont frappé dans ce torchon est son titre. "Orange mécanique" parle d'une violence qui est difficilement explicable et qui est surtout sans fondement ethnique. Obertone pond un machin pour dire que c'est la délinquance est la faute aux cultures des "bronzés", et qu'est ce qu'il sort comme titre ? Une référence à une violence faite par des blancs, et des blancs qui ont les mêmes origines culturelles que tout le monde.

Après, on s'étonne que l'ouvrage fasse se tenir les côtes. Cohérence, quand tu nous tiens....

Anonyme a dit…

Une des raisons pour lesquelles je préfèrerai toujours Hollande à Sarkozy c'est que, si économiquement, je ne vois que de faibles différences entre leurs décisions et actions, le président sortant, pour masquer le vide, lançait régulièrement des débats propices à stimuler la partie limbique de nos cerveaux, comme "la cause génétique des comportements" "La délinquance observable dès l'âge de trois ans" "Le curé meilleur éducateur que l'instituteur", etc, etc..

L'ouvrage d'Obertoine s'inscrit dans ce type de provocation : on se trouve entraînés à disserter sur... RIEN !

Sinon, entièrement d'accord sur la description du bloguscule. Le poids de ces ambitions déçues doit être lourd à porter..

GéBé

Philippe Renève a dit…

Gazi, très intéressante cette offensive du FN vers les ruraux, avec les néo-ruraux pour boucs émissaires. Le FN construit toujours contre quelque chose ou quelqu'un, c'est une constante de l'extrême-droite qui permet de ratisser bien plus large que des idées politiques qui ne peuvent pas attirer toutes les préférences.

Wald, en effet il existe des dizaines de blogs sympathisants de l'extrême-droite ; un de plus ou un de moins... Le grand projet a viré à l'arrière-salle de bistrot, où tous les aigris, les poivrots et les dérangés du coin viennent baver en chœur sur les bronzés, l'islam, les curés, les hommes politiques, les cornes des cocus, la gauche, la droite, l'Europe, les USA, le monde entier sauf eux-mêmes. Il n'est que de voir la profusion de fautes de français et d'orthographe, qui sont devenues progressivement la norme, pour se convaincre que le niveau avoisine le fa #...

Philippe Renève a dit…

Il faut du reste remarquer que l'arrière-salle de bistrot n'est jamais aussi prolixe que quand elle tient un sujet à attaquer : en général, ça ronronne tranquillement et puis tout à coup, tout s'anime, les commentaires s'allongent démesurément, les anathèmes volent et les insultes fusent s'ils trouvent un livre à défendre, douteux de préférence, des gens à injurier, un jugement à haïr, un fait divers à ériger en exemple ou des idées à mépriser.
Ils ne fonctionnent qu'en se scandalisant, en pourfendant, en s'étranglant de rage comme des naïfs colériques. Ces indignations autosatisfaites sont exactement celles qui font écumer de colère les électeurs de Jean-Marine : un procédé classique de l'extrême-droite, qui soude les membres du groupe contre des boucs émissaires permanents. Ceux qui voient clair dans ce jeu prennent la porte ; restent les moins malins ou les plus pervers.

emile red a dit…

On peut résumer rapidement cette haine tenace qui les caractérise : solitude, mésestime, jalousie, rancœur, ressentiment.

Globalement, les marqueurs typiques de la désocialisation qui étrangement sont identiques chez ceux qu'ils visent sans cesse de leurs anathèmes poussiéreux.

On ne peut avoir que pitié face à telle déchéance si ces gens ont été ce qu'ils affirment haut et fort.

En revanche, il est tout bénéfice pour la société lorsque ces personnages s’agglutinent devant un ersatz de blog mal ficelé, pendant ce temps ils ne répandent pas leur mal de vivre et leur déprime venimeuse alentour.

On ne peut que sourire au souvenir de leurs allégations quand ils avançaient leur appartenance à la gauche réformiste certains, au marxisme pour d'autres.

Que n'ont-ils pas compris du mot "retraite" quand la médiocrité entache les bienfaits de l'âge mûr...

Wald a dit…

Bizarrement, je vais citer un article de Causeur. http://www.causeur.fr/ps-fn-ump-oise,21721

je suis rarement d'accord avec ce canard, pour une fois, mais il faut bien admettre que ce journal qui se revendique pluraliste l'est vraiment.

Sur AV, les types avec qui personne n'arrivait vraiment à échanger ? Des pro-UMP. C'était toujours de la mauvaise foi, des arguments biaisés, des hoax. Bullgroz, eric, Yohan pour ne citer qu'eux, les pires, chacun dans leur style. Ajoutez y péripate qui s'est revendiqué ces derniers temps de plus en plus d'une ligne politique, celle de la droite conservatrice américaine. Chose qu'il ne faisait quasiment jamais jusqu'à l'année dernière.

Le FN actuel est anti-système et anti-européen, d'ailleurs, l'anti Bruxelles (et l'anti-énarchie), s'il y a bel et bien un point qui cimente 95% de son électorat et de sympathisants, c'est bien celui-là. Sur l'immigration, c'est un parti qui s'en prend au moins autant aux flux migratoires qu'aux Français d'origine immigrée récente.

La seule fois où j'avais vu la sociologie électorale du FN, j'ai la flemme de rechercher, j'ai pas le souvenir qu'elle est celle de l'UMP. Je ne vous demande pas d'être d'accord avec moi, mais je vous le dis, méfiez vous de l'UMP avant tout, ce sont eux les plus à droite. C'est un parti clivé, dont une partie des électeurs serait plus proche d'un Juppé, Le Maire, NKM, mais dont les militants et l'appareil sont totalement raidis sur le plan idéologique. Vous êtes plus vieux que moi, vous avez mieux connu l'époque des calembours de Le Pen père, de son one man show à Mantes la Jolie en 97, mais qui s'est répandu en provocations, qui est allé le plus loin ces dernières années ? Pas le FN, c'est l'UMP, c'est Sarkozy, c'est Copé. Ce parti est phagocyté par son aile droite, comme les républicains aux US, personne n'imaginerait faire un "front républicain" avec Paul Ryan ou avec le Mitt Romney de 2012, devenu extrémiste parce qu'il a pensé que c'était le sens du vent.

L'UMP devient un parti de paumés agressif, j'en avais oublié un dans les umpistes, l'agoravoxien Spartacus. Comme Yohan, pro UMP, violemment anti-PS, se réclamant du "travail" (au passage, Yohan est à la retraite et est à l'heure actuelle un type qui fout plus rien et parle du travail, mais surtout celui des autres), mais des métiers de soutier, des trucs répétitifs, merdiques, déconsidérés socialement, jamais de haute technologie, jamais de recherche-développement. Spartacus a tonné plusieurs fois contre les partenariats public-privé, or depuis le projet Manhattan, on n'imagine plus des pans entiers de l'économie (nucléaire, aéronautique, militaire, spatial, informatique) et tous dans les secteurs de pointe.
http://fivethirtyeight.blogs.nytimes.com/2012/11/28/in-silicon-valley-technology-talent-gap-threatens-g-o-p-campaigns/

Wald a dit…

Je reviendrai tout à l'heure. Pour causeur, faudrait nuancer, je suis pas non plus un grand fan, très très loin. Le lien sur la Silicon Valley et pour qui elle roule, méditez le. L'équivalent français de Romney et de ce qu'est le parti républicain depuis environ 2009 n'est pas le FN, c'est l'UMP. Même rhétorique pro-white, même agressivité anti-pauvres (et pas qu'anti-immigrés). Les plus avancés au monde en matière de technologie, Google (qui a embauché il y a quelques mois le gourou du transhumanisme, Ray Kurzweil, à un de ses postes clef, chef du département ingénierie), IBM et les machines à intelligence artificielle qu'elle commence à écouler, tous ont fait barrage à Romney, et si la Silicon Valley était en France, ils auraient tous arrosé copieusement le PS et fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire plonger les Sarko, Copé, droite populaire et compagnie. Les pro-UMP comme Yohan ou Spartacus, une partie de leur agressivité vient de là, ce monde les domine, ils n'en ont jamais fait partie d'une manière ou d'une autre. Le patron de start-up dans l'intelligence artificielle ou le data-mining, tout patron qu'il soit, il est et se sent dix fois plus proche de l'universitaire spécialiste de cybernétique qu'il a eu à la fac que d'un Yohan ou d'un Bullgroz (si ce dernier a un jour été patron). Les Spartacus & Co, les salariés des zones en déshérence, ceux de la Marne, du Nord-est, consciemment ils rejettent ce monde, parce qu'il les rejette, pas forcément à tort, parce que que quelque part ils sont plus lucides que les tronches de la silicon valley sur l'inhumanité de ce qui se prépare. D'ailleurs, des bastions électoraux de Sarko depuis des années sont des territoires d'assistés sur le plan économique, c'est sans animosité d'ailleurs, c'est juste une réalité. Qui les finance ? L'Ile de France, ses bobos, ses immigrés qui travaillent en soute.

Dernière chose pour le moment, je corrige ma pensée, on peut rallier une partie de l'UMP, pas le parti dans son ensemble, on pourra rallier des Le Maire, Morizet, Baroin, en tant qu'individus, en tant que courants, mais jamais l'aile droite. En un mot, il sera possible de s'entendre avec certains seulement dans un cadre de dissolution du parti.

Oubliez Le Pen père, quand il faisait ses "Durafour crématoire", ses "Sidaïques" et autres, Internet n'existait même pas ni les portables (sauf de manière totalement marginale), Mitterand était encore à son premier septennat, la CHine sortait à peine du sous-développement, on parlait du Japon futur maître du monde.

Wald a dit…

J'en finis. Juste deux ou trois choses. Qui a été en pointe contre le mariage gay ? Oui, à Disons on était contre, mais plus sérieusement, à part ça ? Le FN ? Non, l'UMP. Et dans la réacosphère, ça s'est vu chez les commentateurs, il y en a eu pour remarquer. Que vous ne soyez pas d'accord avec moi, vous êtes libres, mais sur Causeur ou le point, il y en a eu pour dire que certains savaient se montrer des leaders de la réaction.

L'UMP surfe bien plus sur de l'irrationnel que le FN, ce parti est devenu un mouvement de détestation sans but, sans vrai projet et sans pitié. Pas la peine de leur parler de rationalité, c'est comme parler en japonais à un italien. Ce parti s'est constitué tel qu'il est à l'époque de Jospin, contre ce social-libéralisme qui se prétendait la fin de l'Histoire, il est une abréaction, une réponse à une forme de rationalité vécue comme étouffante par justement l'irrationnalité. S'allier serait une erreur monumentale. L'anti-intellectualisme de Raffarin avec ses pseudo-lunettes d'épicier et son "intelligence de la main", ce populisme vulgaire, ces appels à ce qu'il y a de petit et mesquin, ce fut un début. Là, on en est à une phase qui fera ressembler l'UMP à Fox News et Paul Ryan.

Bonne soirée à tous.

rocla a dit…

Salut Wald ,

tu fais des analyses documentées et intéressantes à lire avec des tenants et aboutissants argumentés , mais j' ai l' impression que tu te braques un peu . Jamais je n' essaierais de te contredire car tu as une véritable force de démonstration mais j' ai l'impression que dans ton monde il manque la légèreté de la poésie . Tu sais , le truc qui sert à rien , le truc qui laisse la chance au hasard , genre la bulle de savon qui va au gré du vent . J 'ai pas les moyens intellectuels de t' affronter , ça m' emmerde de me documenter , mais il existe un autre monde léger lui . Pas pour te contredire mais pour mettre une fleur dans ton jardin .

Bien à toi Wald.

Philippe Renève a dit…

Wald,

Le FN tonne contre tout ce qui peut lui apporter des voix, à droite comme à gauche : l'immigration, l'Europe, l'Etat, la finance, le grand patronat, sans ligne politique, sans idée force sinon contre, toujours contre. Il se moque du reste.
L'UMP, ou du moins sa partie la plus à droite, qui est celle qui est le plus visible depuis Sarkozy, a bien un projet, qui est l'ultralibéralisme avec moins d'Etat, moins d'impôts (sauf pour les moins aisés, assistés qui font payer des impôts aux bons Français), une économie complètement libérée des carcans réglementaires, notamment du droit du Travail. Dans cette vision, l'UMP tonne contre l'Etat, non contre l'immigration mais l'insécurité, mais jamais, au grand jamais, contre le patronat et la finance.

En résumé, le FN est un parti de révolte démagogique et ne sert que ses desseins électoraux alors que l'UMP, parti de gouvernement, est au service des intérêts de la finance, du patronat et des rentiers. En face ou plutôt à côté, le PS classique est arrivé à peu près dans les mêmes eaux libérales ; seules quelques franges à gauche et l'extrême-gauche, déconsidérée et exsangue, restent véritablement sociales.

La situation socio-politique est donc toute proche de celle des USA ou de la Grande-Bretagne où règnent en maîtres les inégalités assumées et le triomphe de la finance et du patronat, ce que Warren Buffett a très bien résumé en disant que la lutte des classes avait été gagnée par les riches.

Philippe Renève a dit…

Un personnage, qui a décidément trahi toute ma confiance, écrit des ignominies sur ma vie privée sur son site. Je me réserve la faculté de porter plainte pour violation de la vie privée et propos calomnieux si ces mensonges ignobles restent publics.
Il y a dans ces propos une haine abjecte qui confirme le caractère odieux de ce personnage que j'ai reçu chez moi plusieurs jours et à qui je n'ai jamais nui en rien.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Sur la description de l'UMP par "Wald", je suis d'accord en partie.

Sur l'analyse, je diverge quelque peu.

Le paysage politique français, en son entier a glissé plus à droite. Le libéralisme, grâce à la construction européenne, n'est plus guère remis en cause, ni par l'UMP (le "gaullisme social" n'est plus qu'un lointain souvenir), ni par le PS.

Le spectre du collectivisme ne peut plus guère être brandi comme croquemitaine par l'UMP pour faire frémir les masses devant le "socialo-communisme".

Sur la sécurité, le "laxisme" supposé attaché à la gauche ne fonctionne plus. Depuis son arrivée place Beauvau, Manuel Valls ressemble de plus en plus à Nicolas Sarkozy au même poste, sans toutefois avoir besoin de jouer les matamores pour asseoir sa crédibilité..

La peur de l'état tout -puissant ne payant plus, l'insécurité non plus.. Que reste-t-il alors à l'ex parti gaulliste ?

Peu de choses, sinon la xénophobie, les positions réactionnaires sur les questions sociétales..

Par contre, pour le "relifting" du Front National, je ne serai pas dupe. Sa doctrine économique sera toujours l'ultralibéralisme, et ses accents poujadistes ne sont guère nouveaux. Un changement de vocabulaire, peut-être.. mais celui, dans le fond restera toujours plus réactionnaire que l'UMP..

Sinon, d'accord avec le Cap': "il faut parfois savoir prendre les choses graves avec légèreté et les choses légères avec gravité"

GéBé

Anonyme a dit…

Pour parler de choses plus légères, en restant dans le même sujet.

Les "marqueurs culturels" que l'on entr'aperçoit parfois, dans la nébuleuse "droite extrème", provenant souvent de manoeuvre de récupération d'auteurs, d'artistes divers, n'ayant pas parfois manifesté de leur vivant d'attachement à cette idéologie.

Prenons Audiard, par exemple.. Souvent cité, soit directement dans le texte soit indirectement par l'utilisation comme avatar d'images tirés de films dont il écrivit les dialogues.

Evidemment, on y verra la nostalgie d'un Age d'Or, celui ou le bronzé se tenait à sa place, soit dans les colonies, soit dans ses bidonvilles.

Une certaine écriture, tenant parfois du procédé, mêlant argot des faubourgs et tournures "vieilles France" comme celles qu'utilisaient les domestiques bien éduqués.

D'autres exemples ? Un qui me surprit, celui de la récupération sur le tard du chanteur des "Rita Mitsouko". Quelques sorties sentant plutôt l'aigreur contre le rap à l'occasion d'une interview dans.. Télérama (!!) en fit soudain une sorte d'étendard et de fond sonore acceptable pour des soirées "BBR".

On vit même circuler une vidéo montrant Marine Le Pen se déhancher sur "Marcia Baila"..

Depuis L.F. Céline et les "Hussards", la production culturelle de qualité à droite étant bien faible, on se rabat à défaut sur ce qu'on peut !

Pour ce qui est de l'intellect, on en vient à prendre pour penseur des invités de Laurent Ruquier.

wald a dit…

Philippe je dois faire vite. Je vais etre tres occupe pour raisons professionnellles. En fait je l ai pas dit surtout a ces porcs mais j ai un boulot et un qui me plait. Niveau plainte prouve que c est connu que c est ton vrai nom et les lois sur la diffamation sont les memes qu ailleurs. Oublie pas de.parler ici du type vire de sa boite et qui fait la lecon ailleurs. Ou du type qui a un jour goute a la parano de fufu et qui joue les amnesiques. Et toi tu risques rien un pseudo comme les leurs n a aucn droit legal en matiere de diffamation.
A bientot hesite pas a me mailer
Bien a toi et aux autres desole pour le clvier de zmartphone.

Philippe Renève a dit…

Merci Wald, mais tous comptes faits, je crois que je ne porterai pas plainte : seuls le mépris et le silence peuvent répondre au mensonge et à la haine.

Je suis atterré devant cet étalage de haine sans raison, de volonté de nuire et de vilenie gratuite. Mes lecteurs et les leurs apprécieront les sentiments et les actes des uns et des autres ; je vous remercie tous de ne plus écrire un mot sur ces êtres méprisables.

Philippe Renève a dit…

A propos de l'affaire des lasagnes à la viande de cheval, il faut bien dire qu'il vaut mieux avoir l'estomac dans les talons que l'étalon dans l'estomac.

Et que les tomates dans le salon.

Anonyme a dit…

Ca fait plaisir de se lever pour entendre d'aussi bonnes nouvelles.

Pile au moment où il faisait l'objet d'un album "tient la boutique" (plus tellement), "c'est un pirate" (on est tous d'accord, la magistrature aussi).

La campagne honteuse de 2012, les citations de Pétain et Laval enchâssées dans les discours, tout ça est lavé, bien fait pour lui. Les glapissements des roquets ont déjà commencé, mais "les chiens aboient, la caravane passe".

Philippe Renève a dit…

En effet, la mise en examen de Sarkozy (dont l'innocence est présumée, bien sûr) n'est pas vraiment ressentie comme une catastrophe dans le pays. Mais son abus de faiblesse est bien plus caractérisé vis-à-vis des Français, dont il a su profiter de la naïveté pour se faire élire en 2007.

Philippe Renève a dit…

Ah, je vois que le jeu de mots avec l'étalon avait déjà été trouvé.

Je ne peux donc prétendre ni à l'antériorité ni à la postérité.

Philippe Renève a dit…

A voir : c'est absolument incroyable, tout ce que Guaino se permet dans cette interview. Serait-il au-dessus des lois ?

Philippe Renève a dit…

Tiens. Ce petit bol chinois acheté 3 dollars, revendu 2,23 millions.
Je vais voir ce que j'ai dans ma vieille vaisselle, moi.

Philippe Renève a dit…

Je signale sur Rue89 des vues très intéressantes comparant le Paris de 1914 et celui de 2013.
Il est à noter que la publicité était souvent beaucoup plus envahissante dans les rues il y a un siècle !

Anonyme a dit…

L'hystérie, on le sait, n'est pas une pathologie exclusivement féminine.

Les exemples abondent chaque jour, et Internet, et plus précisément le petit monde des blogs en est un terrain d'observation privilégié.

Sur la théâtralité, par exemple. Qui de nous n'a jamais souri ) de ces coutumiers de la déclaration héroïque, grandiloquente ou ne s'est offusqué quand celle-ci prenait la forme d'un appel à la haine, aussi peu courageux que sans danger aucun, grâce à l'anonymat et à la dématérialisation que permet l'usage des nouveaux réseaux de communication.

Une sorte de coup de téléphone anonyme adressé à la terre entière.

Pour ces "êtres en souffrance", rappelons quelques conseils de la Faculté :

"Quels sont les traitements ?

Le principal traitement est basé sur la prise d’anxiolytiques.

Ils réduisent l’anxiété ou l’angoisse. Ils n’agissent donc pas sur le symptôme névrotique mais sur l’angoisse associée. Ils sont utiles en cas de manifestation aiguë (crise de nerf, spasmophilie…), mais ne sont pas sans inconvénient : certains entraînent des troubles de mémoire, voire des accès confus.

Ils peuvent même déclencher des troubles du comportement.

Surtout, ils provoquent souvent des états de dépendance physique et psychique importants qui poussent à augmenter les doses, et entraînent des syndromes de sevrage qui rendent bien difficile l’arrêt de la prescription.

Il importe donc de ne prendre ces médicaments que sous le contrôle d’un médecin, qui ne les prescrira que pour des durées déterminées. Il faut, également, les arrêter progressivement.

Et ne pas oublier que la psychothérapie de soutien est toujours importante dans les cas de névrose hystérique."

Et voilà ! Si ce message touche sa cible , j'aurai accompli ma bonne action de la journée !

GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Internet est pour beaucoup de gens le seul moyen d'exprimer publiquement – même si l'auditoire est souvent très restreint, voire ultraconfidentiel – des opinions, idées, frustrations, manies, phobies et dadas divers. C'est pourquoi les plus actifs y sont souvent les moins calmes, les plus agressifs, les omniscients autopersuadés et les illuminés de toute farine qui croient dur comme fer à la fois que leurs idées ne peuvent être que géniales et que l'ensemble des internautes sont passionnés par leurs commentaires.

Ainsi les crédules exposent leurs lubies, les incrédules leur prétendue rationalité ; tout ce joli monde interpelle, hurle, proteste à grands coups rageurs de claviers et seuls quelques copains aidés de quelques illuminés lisent ces hauts cris qui n'ont d'intérêt que pour leurs émetteurs naïfs.

C'est bien pourquoi pour ma part je préfère un petit blog avec quelques personnes sympathiques à ces soi-disant forums où les mégalomanies ne font que croiser les fausses modesties.

Anonyme a dit…

Bonjour,

puisque nous parlons de personnes sympathiques : manifestation contre le mariage pour tous : un papa, avec son petit garçon sur les épaules " nous mettrons les enfants devant, on verra bien" C'est tout bête comme réaction et surtout très c... Nous vivons une époque formidable.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Il y a eu apparemment des gens qui n'imaginent même pas qu'une manif peut dégénérer avec des provocateurs et qu'alors même les badauds peuvent en faire les frais.
La bonne conscience ne dispense pas de la prudence...

emile red a dit…

Bien évidemment, les plus impliqués sont allés d'un pas aveugle aux côtés de la lie politique, d'autres n'ont su voir l'appel d'air qu'ils permettaient aux hargneux, aux haineux, aux douteux, d'autres encore se sont déplacés envers et contre tout.

Mais aucun, là et ailleurs n'a eu un mot, une phrase, ni même une réaction lorsque forts du soutien de ces irresponsables venus par milliers crier leur incapacité à comprendre le sens des mots démocratie et république, une bande de soutiers dignes des "pires moments de notre histoire" sont venus saluer les forces de l'ordre d'un salut bras tendu qu'on aurait aimé ne plus voir dans notre pays, qui plus est sur les accents d'une Marseillaise salie de l'amas d'ordure que représentent ces déchets sociaux.

Toute cause peut être défendable à la condition expresse qu'elle ne soit au profit de certain ou dans le cas présent, pour nuire à d'autres, notre société est régie par des règles que garantit notre contrat social, la constitution est notre assurance de paix et notre devise en est l'étendard. Qui va à l'encontre de ces principes de la république se met en marge de notre société et perd tout droit à y intervenir.

Ces voyous qui dénaturent le sens de la liberté, de l'égalité, qui beuglent des menaces, qui agissent en miliciens et profèrent des obscénités à l'encontre de tout ou partie des citoyens, ceux là sont traitres à la nation et doivent être considérés comme criminels avec aucune mansuétude...

Les néo-nazis et leur contempteurs sont une vermine à bannir définitivement.

Philippe Renève a dit…

Le problème dans ce domaine est celui de l'extrême-droite, qui refuse de rompre tout lien avec les groupuscules et les individus fascistes et néo-nazis, ce qui aboutit peu ou prou à les accepter, voire à les légitimer.
La menace pour les nations n'est pas théorique : la Hongrie en sait quelque chose.

Wald a dit…

Salut Philippe,

Un excellent lien, puisqu'il permet de lire un florilège de Laurent Obertone dans le texte. En d'autres temps, on considérait Le Pen père comme Satan en personne, mais là, on déroule partout le tapis rouge à un type qui sort des trucs que même Le Pen n'a jamais osés.

http://www.mrap.fr/documents-1/obertone_document.pdf

Je vais même en mettre quelques citations ici, je connais les habitués ici, ce ne sont pas des âmes sensibles.

"la féminisation est une catastrophe pour la société (tertiarisation, réduction
psychologique, infantilisation, société matriarcale, perte des bases sociales,
détestation de la société). Je suis donc tout à fait subjectivement contre l'égalité
des sexes. Puisque nous sommes fondamentalement différents. De manière
générale, l'égalité est une arnaque absolue"

"C'est pourtant vrai. Simple observation de l'évolution des espèces qui
s'adaptent ou périssent. La vie n'est pas neutre : elle est très incisive. C'est
grâce à cette mise à l'épreuve permanente que nous avons autant évolué. Nos
ancêtres ont été soumis à une impitoyable sélection des forts et des intelligents.
Sans cette compétition permanente, l'humanité n'en serait pas là."

RAS, suffit juste de regarder ici pour faire la comparaison. http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexis_Carrel#Bibliographie
Mêmes idées, mêmes hommes, une resucée de Gobineau et Alfred Rosenberg qu'on veut faire passer par une imposture pour un homme courageux qui rétablirait la démocratie à la place de la dictature du politiquement correct. La démocratie par l'Aktion T4 ? Concept intéressant....

"Dans les grandes villes, c'est
souvent à l'autochtone de s'intégrer ou de partir. La valise ou la mosquée."

Je réponds à ce plouc pour la dernière, vu que j'habite justement dans une grande ville, Lyon couvert de mosquées, visiblement, il pisse de la ligne, mais sa connaissance des grandes villes est fantasmatique.... Je pense que torché, il a du confondre la tour du Crédit Lyonnais, celle du Crédit Suisse, d'EDF et la tour Oxygène avec des minarets. De toute façon, entre une "une impitoyable sélection des forts et des intelligents" et les mosquées, je préfère la seconde. Je préfère encore les Frères Musulmans à Obertone.

Wald a dit…

Le mieux, c'est que le lien du MRAP est loin de tout citer, il y en a d'autres, là on parle peine de mort et Obertone, le Zarathoustra issu de rien de moins que l'école de journalisme de Lille s'envole :

""Et si dans X années on venait à trouver que le coupable n'était pas Meilhon, mais un autre luron grâce à une technique encore inconnue, vous auriez l'air fin".

Je répète : mieux vaut une injustice qu'un désordre.

Accepter de tuer un innocent qui en fait la demande, c'est un désordre. Ne pas mettre hors d'état de nuire quelqu'un qui découpe une femme, c'est aussi un désordre.

Des désordres qui généreront quantité d'autres désordres. Or, empêcher un suicide, ce n'est pas une injustice."

http://www.surlering.com/article/article.php/article/on-a-retrouve-la-tete-de-laetitia-perrais

Wald a dit…

"Et pourquoi pas la Légion d'honneur ? La rebellitude a de beaux jours devant elle. Toi, jeune étudiant encarté à la LCR, qui repique pour la sixième fois ta première année d'Histoire de l'art, toi, jeune lycéen qui fête tes 23 ans en terminale et qui ne jure que par les tee-shirts Anarchy à 25 euros, ne cherche pas plus loin : la rébellion est à ta portée : excrémentielle !"

En Khâgne à Lille, plus d'un de nos professeurs nous a dit tout le "bien" qu'il pensait de l'école de journalisme de la ville, qui était pour eux un temple de la vacuité et de la nullité. Je sais depuis bien longtemps qu'ils m'ont appris beaucoup de choses en Histoire, en littérature, Géographie. Je découvre qu'ils avaient aussi jugé l'école de journalisme locale à sa juste valeur. On reconnait l'arbre à ses fruits.

Je viens de voir la vidéo du guignol en ligne dans je ne sais plus quelle émission. Et lâche en plus, il assume même pas ses idées. Des propos de nazi dans les arrière-salles et il se pisse dessus à la télé. Pauvre type.

Wald a dit…

Obertone viendrait de cette école. Dans ma classe de khâgne, c'étaient les moins intéressants qui voulaient intégrer l'école de journalisme.

C'est sûr qu'il peut donner des leçons aux autres. Il cause des étudiants ratés, mais lui il connait bien le sujet, un troisième couteau. Obertone est à un normalien ce que Max Pécas est à Visconti.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Wald

Merci pour ces commentaires tout à fait éclairants. Il me semble bien établi maintenant que cet Obertone n'a rien du témoin objectif qu'il prétend être.
J'adore ta comparaison avec Max Pecas et Visconti !

Je prendrai une seule citation, assez révélatrice du type de pensée qu'il manifeste.
« L'égalité, c'est la légitimation des turpitudes, la promotion de la convoitise, le culte des ratés et des envieux.  »
Elle est extraite de cet article de janvier 2012. Incroyable texte, uniquement polémique, qui suinte à chaque mot la haine de toute pensée de gauche, de tout humanisme, de toute solidarité. Il en sort au mieux un air de poujadisme, au pire un ultralibéralisme hargneux. Ce type est tout simplement un propagandiste d'extrême-droite, assumé et virulent ; fonder quelque pensée généralisante sur des faits divers est du reste un des trucs favoris de la propagande fascisante depuis qu'elle existe.

Après cela, il ne peut en aucun cas se poser en froid témoin et ses prétendues observations ne peuvent passer pour des tentatives un tant soit peu scientifiques. Journaliste ? Il écrit « C'est un peu comme les journalistes, dont la formation garantit qu'ils n'écriront plus jamais rien d'intelligent. »
(ibid.)
Son livre est à mettre au panier, point-barre.

Wald a dit…

Salut Philippe,

Et tu penses quoi d'un Bilger qui lui fait de la retape, Bilger qui est auteur sur le même site, ring, donc qui à mon avis sait très bien à qui il a à faire et le soutient ? Bilger, ses vieux articles sur AV ne me faisaient ni chaud ni froid, mais de là à imaginer qu'il s'allie avec ceci. A dégueuler.

Ton extrait me fait plaisir, les passages tels que celui-ci sont réguliers dans la plume du gugusse, probablement parce que c'est un mécanisme de projection psychologique. L'école de journalisme de Lille ? J'ai passé une année scolaire dans la ville, par rapport à mes condisciples de khâgne qui envisageaient d'y aller, le niveau scolaire requis, la réputation du lieu, je peux te dire que c'était pas haut placé dans le paysage universitaire de l'agglomération. Quand c'est votre fait d'armes majeur scolairement, on évite de s'aventurer sur certains terrains. Il cause comme Alexis Carrel ? Lui avait au moins les moyens de ses ambitions. Mais rien de nouveau sous le soleil là dessus, l'histoire politique du XXe a montré quel genre d'activisme politique attirait tout une foule de sans-grades qui avaient une revanche à prendre.

Bizarrement, le lien du Mrap n'a pas l'air très diffusé, alors que c'est du lourd. Mais ça peut s'arranger. Et ce profil sur le site "Ring", il n'y a qu'à se servir.

Philippe Renève a dit…

J'ai été aussi stupéfié de la présence d'articles de P. Bilger sur ce site ; à mon avis il ne doit pas lire ce qui s'y écrit.

Le texte du MRAP n'arrange pas les affaires des défenseurs d'Obertone ; et ce sont eux qui font le plus de bruit, à défaut de convaincre – et pour cause.

Wald a dit…

J'ai peine à croire que Bilger qui était sur le même site soit passé à côté de tous les passages fascisants d'Obertone, toutes les trois lignes la haine suinte. Je pense que Bilger sait pour l'eugénisme et le racisme biologique (entre autres) d'Obertone, mais que comme d'autres courageux, il raisonne selon la maxime "les ennemis de mes ennemis...".

La seule chose qui le différencie des fascistes, c'est qu'il s'écrase comme une m... à la TV, là il la joue beaucoup plus doux. Ni l'Aube Dorée en Grèce ni ses prédécesseurs ne le faisaient. Les Nazis, les Squadristi italiens, les libertariens actuels, tous ont une violence à peine contenue qu'ils ne cherchent pas à cacher, et qui explique d'ailleurs une partie de leurs soutiens actuels et passés. Pour le moment, Obertone a une stratégie différente. Peut-être qu'il préfère au fond les fastes de la télé à une stratégie de long terme.

Obertone, lui, pfff... Quand je pense qu'il a des fans qui nous faisaient chier avec la taqqiya, un double langage parait-il intrinsèque à tout musulman pratiquant. Double langage dites vous ? Mais son courage sur les plateaux télé est en accord avec ce que je pense de ses thuriféraires. Son comportement est à la mesure des qualités morales de ses soutiens.

Philippe Renève a dit…

Je comprends mal la position de Bilger, qui n'a pas l'habitude de l'improvisation. Un retour vers la droite pure et dure ? Ou comme tu le dis, un opportunisme ?

Quant à Obertone, ses différents textes dans surlering.com suffisent à montrer qu'il est tout sauf un journaliste neutre.

Philippe Renève a dit…

Voilà une chose admirable. Rythmes scolaires et réforme de l'école : le ministre Vincent Peillon répond aux enfants.

Dans les ors de la République, Son Agrégée Eminence reçoit dans son bureau la jeunesse de son pays, avec une simplicité soigneusement étudiée. Elle sourit à la caméra comme un prélat débonnaire, explique aux enfants avec la condescendance qui sied à ses hautes pensées, à égale distance entre la maîtresse de Petite Section et le sénateur en campagne. Elle se fait filmer entourée des enfants, figurants commodément innocents, rit aux éclats sans le son, sourit avec une indulgence magistrale à leurs questions naïves plutôt que d'y répondre, s'amuse que son génie soit autant contesté, rajuste élégamment ses lunettes philosophiques pour masquer l'hypocrisie d'une réponse. Saint François d'Assise parlant aux oiseaux.

Tout cela sur fond d'avantageux lambris et de jardins en feuilles – tiens, fin mars en ce froid printemps ? Sans doute la sainteté de Son Excellence peut-elle faire pousser les feuilles en une nuit.

Wald a dit…

Regarde en des lieux que l'on connait, ça roule aussi pour ces fanatiques, quant aux conséquences de ces idées de fous sur les immigrés, les pauvres, invalides (dont Obertone a expliqué sans fard ce qu'il comptait en faire), il n'y a presque jamais eu la moindre pitié, jamais ou presque on s'est dit "c'est pas possible, on fait le jeu d'extrémistes à peine imaginables". C'est faire semblant d'être objectif en tapant toujours sur les mêmes, la gauche la gauche la gauche la gauche, et quoiqu'il puisse se dire ailleurs, c'est "on fait semblant de n'avoir rien entendu". Leurs indignations à géométrie variable, ils peuvent se les mettre quelque part.

Wald a dit…

Hélas, je crains que Bilger soit devenu le même genre de type dépourvu d'empathie. Triste, mais lors de l'ascension des nazis en Allemagne, dont les idées et le comportement n'étaient pas tellement pire que les commentateurs de contrepoints ou des franges du tea party, une grande quantité d'intellectuels allemands n'ont rien dit, rien fait, parce qu'en réalité, ils trouvaient que les discours nazis véhiculaient des choses intéressantes. Lis par exemple une bio d'Hannah Arendt (notamment un livre qui s'appelle en gros "Hannah Arendt et Martin Heidegger"), tu verras les mêmes processus, la même haine d'une part et la même lâcheté/complicité passive que ce que l'on voit sur le net aujourd'hui. Et après 1945, tu verrais dans ce livre comment les Juifs et autres persécutés du milieu intellectuel ont jugé les complices passifs, quels mots ils ont utilisé sur la laideur et l'ignominie de certains.

Philippe Renève a dit…

Parfaitement d'accord, Wald.
Feindre d'ignorer le racisme, la xénophobie et le totalitarisme de l'extrême-droite en se ralliant complaisamment à ses idées plus convenables est bien s'en rendre complice. Mais de toute manière, beaucoup ont effectivement eux-mêmes peu ou prou ces idées-là, tout en le niant avec aplomb, et veulent donner l'impression que ce sont les choix les plus comme il faut de l'extrême-droite qu'ils partagent. De la même façon que les pro-nazis approuvaient les discours anti-capitalistes du "national-socialisme".

Wald a dit…

http://www.payot-rivages.net/livre_Hannah-Arendt-et-Martin-Heidegger-Antonia-Grunenberg_ean13_9782228904674.html

Si un jour tu as l'occasion de le lire, bibliothèque, brocante de livres d'occasion ou autre, n'hésite pas. Je n'ai pas pour habitude de dire que tel ou tel ouvrage est indispensable, mais par rapport à ce que je sais de toi, de tes idées, de tes expériences sur le net et ailleurs, je peux te dire que tous les parties consacrées aux années 1930 jusqu'en 1945 te feront éprouver une impression de déjà vu, tu en serais surpris. "On n'est pas nazis, mais l'heure est grave, mais il faut régénérer le pays décadent, bla bla bla bla", voilà ce qui était répondu régulièrement à ceux qui comme Arendt ou Karl Jaspers faisaient remarquer les discours et écrits du totalitarisme, en plus de l'argument des "effets de manche pour la foule", argument dont on a pu à Nuremberg apprécier à sa juste valeur.

Bonne journée Philippe, ainsi qu'à tout autre qui passera ici. J'ai dit ce que j'avais à dire sur ce sujet. Et n'oublie pas, tu trouverais dans le bouquin des similitudes frappantes avec ce que tu as vécu.

Philippe Renève a dit…

Bonne journée, Wald, et merci.
Le fameux "plutôt Hitler que Staline" trouve un écho singulier dans le comportement de la "droite décomplexée" et de ses amis.

Philippe Renève a dit…

Bonjour à tous

Après réflexion, je crois que je vais fermer définitivement ce blog d'ici quelques jours.

emile red a dit…

C'est un poisson d'avril, j'espère !!!

Anonyme a dit…

Bonjour,
Chercher une cohérence dans les prises de position de Philippe Bilger, un fil conducteur dans ses gesticulations idéologiques ?
Il en est une, malheureusement des plus simples : son ambition..
Le malheureux a souffert de n'avoir pas occupé la charge de Rachida Dati.. D'où, un temps, une position modérément critique à l'égard de Nicolas Sarkozy, puis, celle-ci écartée, un retour en grâce de l'ex omniprésident dans ses articles en lignes, puis, de nouveau, prise de distance..
Peut-être s'est-il interrogé sur ce qui pouvait constituer une lourde casserole pour sa carrière, le passé de son père, euphémiquement décrit comme "autonomiste alsacien".

Il s'en explique lors de différents entretiens, dévoile sa "part d'ombre" et, dans la foulée, publie un pensum sur Brasillach, victime intellectuelle de l'épuration...

Où en est-il aujourd'hui ? Il cherche le vent...

GéBé

Anonyme a dit…

Oubli : le classement de Mr Bilger père dans la catégorie "autonomiste alsacien" figure sur la fiche Wikipedia..
Il fut un peu plus que cela : dirigeant d'une ligue paysanne alsacienne antisémite et nationaliste, l'inclusion de son mouvement dans le "Front du Travail National Socialiste" lui permit d'évoluer dans sa carrière.. jusqu'à la Libération de la région fin 1944..

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Tu as raison, Bilger est un peu trop adroit pour être constant...

Philippe Renève a dit…

Emile,

Gagné ! Poisson d'avril !

Désolé d'avoir créé de faux espoirs chez certains mais ravi qu'ils soient déçus ! En ce frais mois d'avril 2013, on se réchauffe comme on peut.

Philippe Renève a dit…

Ah quel brave homme ce Cahuzac : après avoir menti pendant des mois, en protestant de son évidente bonne foi avec tous les accents horrifiés de l'honnêteté bafouée, il avoue, le dos au mur, qu'il a un compte à l'étranger. 600.000 €, pensez, une misère pour ce pauvre chirurgien esthétique de l'avenue de Breteuil.
« Dévasté par le remords », il a « mené une lutte intérieure taraudante » ; le malheureux.

Il conclut sa confession en jurant, la main sur le cœur, la larme à l'œil, « j’affronterai désormais cette réalité en toute transparence. »

Ah, la transparence des menteurs.

Philippe Renève a dit…

Une chose un peu curieuse.
Il semble évident que chaque ministre fait l'objet d'une enquête sérieuse des services de renseignement afin d'établir si sa probité ne peut être mise en cause et s'il ne peut offrir de prise à de mauvaises intentions par sa vie privée. M. Cahuzac en aurait-il été dispensé ? Ou bien lesdits services, dont nombre de dirigeants ont été mis en place par Sarkozy, ont-ils préféré garder pour eux des trouvailles fâcheuses – quitte à les faire sortir des mois après la nomination du ministre ?
Quelle que soit l'explication, il se pourrait bien que des mouvements de personnes se produisent rapidement dans les hautes sphères de ces services.

Anonyme a dit…

"Chose curieuse" ?

Pour nombre d'accréditations sensibles, d'autorisations et habilitations diverses (de la détention d'arme au "Secret Défense"), des enquêtes sont diligentées pour déterminer si l'individu concerné peut ou non faire l'objet de pressions ou représenter un profil trop fragile..

La détention de compte à l'étranger semblerait donc secondaire à des fréquentations "douteuses", une passion pour le jeu et autres sujets légitimes d'inquiétudes..

De même, la vie privée de DSK ne semblait pas constituer un facteur "à risques" pour de hautes fonctions..

Un changement, toutefois : Mr Cahuzac reconnait les faits, tandis que tant d'autres (Je pense à un certains "couples" légendaires) continuent à nous asséner des "Je reste serein(e)", "Laissons la justice suivre son cours", etc, etc..

Je me souviens d'un chroniqueur TV/radio, ,aux prises de positions ultralibérales (Il se caractérise par une obsession de la Dette, qu'il invoque à tout bout de champs, très agressif envers Edwy Plenel au début des révélations de Mediapart qui, hier au soir, ne cessait de clamer son indignation devant les mensonges de Mr Cahuzac..

Les moralisateurs médiatiques sont parfois aussi versatiles que les magistrats aux dents longues..

GéBé

emile red a dit…

Alors comme ça notre ministre ne mentait pas mais ne disait pas toute la vérité.
Effectivement il n'avait pas de compte en Suisse puisque celui-ci avait été rapatrié à Singapour.

Bref, s'il fallait un détonateur pour faire exploser l'hypocrisie politique, les abus de mensonges, les malversations, les entremises et le copinage, nous en avions un fantastique à la condition expresse qu'il n'y ait aucune collusion avec les médias et que les journalistes respectent à la lettre leurs obligations déontologiques.

Mais nos chers éditocrates qui préfèrent l'onanisme commercial, les unes putassières ou les feux de la rampe, se cantonnent à l'indignité de leur propre conduite. Monde politique, monde médiatique, ces deux entités qui devraient s'affronter dans une guerre meurtrière au bénéfice du bien publique, se sont prêtés allégeance mutuelle. Leurs connivences ont abouti à ce système où le journaliste désinforme et le politicien a les mains libres de trahir.

Il n'est qu'à regarder les informations quotidiennes pour s'apercevoir que la mise en avant de faits anodins ou populistes, éclipse sans vergogne des évènements au minimum questionnants au plus révoltants.
En exemple de cette dérive scandaleuse qu'un Aphatie ne pourrait renier, la mise en exergue du suicide malheureux d'un médecin de téléréalité sans aucune profondeur ni intérêt socio-politique occupe les unes et les esprits mis à disposition par de grands chambellans financiers et Coca-cola, quand le suicide d'un haut responsable de la police judiciaire, en charge de grands scandales politico-financiers, est, sinon tu, relégué à la page des chiens écrasés.

Il est impossible de penser que ce traitement arbitraire des informations ne soit pas volontaire, qu'ils s'agisse de raisons économiques ou politiques, rien ne justifie de telles priorités tant l'importance d'un sujet est dérisoire face aux implications publiques, politiques et judiciaires de l'autre.

A cette heure, il ne reste qu'à souhaiter que les circonstances puissent agiter les consciences...

Philippe Renève a dit…

Emile, tu en demandes beaucoup...

Ce suicide, bien peu médiatisé, d'un patron de la PJ le jour de l'aveu de Cahuzac ne semble troubler personne.

En tous cas, on peut tirer deux leçons de cette affaire Cahuzac. D'une part, un chirurgien esthétique peut devenir ministre du budget en France ; gageons qu'un fiscaliste peut poser des implants capillaires. D'autre part, les services de renseignements sont si discrets qu'un détenteur d'un compte caché à l'étranger peut devenir ministre de la République sans que les chefs de l'exécutif le sachent.

Anonyme a dit…

@ Emile :

Aaahh.. Aphatie !
Bien embarrassé maintenant :

http://www.telerama.fr/medias/jean-michel-aphatie-ma-credibilite-n-est-pas-remise-en-cause,95648.php?fb_action_ids=10200827006547534&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map={%2210200827006547534%22%3A122755607917350}&action_type_map={%2210200827006547534%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]

Mais, ,que l'on se rassure : sa crédibilité n'est pas en cause. Mais, comment lui-même n'était pas au courant ? Etonnant !

Je me rappelle de ses interventions au tout début de ce qui allait devenir "l'affaire Merah". Tandis que des "experts" dissertaient sur l'hypothèse néo-nazie.. il ne cessait de s'immiscer en déclarant toutes les deux minutes "Il y a peut-être d'autres pistes", "N'allons pas trop vite".. avec l'air gourmand de celui "qui en sait plus que nous"..

Ce que l'on nous assène maintenant une logique poujadiste:

"Cela fait le jeu du Front National !"

Depuis le temps qu'apparaissent (ou disparaissent) des affaires, laissons-les rêver !

GéBé

Wald a dit…

Merci pour le cas Bilger, Gazi, ça aide à comprendre.

Dans le même style, à l'époque du regretté Pierre Lava, grand spécialiste de la cohérence idéologique, les mauvaises langues faisaient remarquer que son nom s'écrivait pareil dans les deux sens.

Bonne journée à tous, quand je pense à ce pauvre Cahuzac...

Philippe Renève a dit…

Bonjour Wald

Je crois que tu as oublié le l final du palindrome Laval ! Cela dit, il a été surtout le spécialiste du virage à droite.

Et pauvre Cahuzac, oui. Un homme brisé pour une malheureuse affaire de 600.000 €, une misère pour cette population défavorisée du VIIe.

Philippe Renève a dit…

Gazi, Aphatie est de ces vedettes médiatiques insupportables qui ont toujours raison par principe. Le meilleur, le mieux informé, le plus adroit, le plus mieux des plus meilleurs.
Une sorte d'Alain Duhamel réincarné en dindon caverneux. Comment ça Duhamel n'est pas mort ?

Je suis gravement allergique à ce genre d'arrogance sentencieuse. Quand j'entends le mot Aphatie, je sors ma zapette.

Anonyme a dit…

On ne parle plus beaucoup du phénomène "d'américanisation" de nos mentalités, et pourtant !

Dans cette affaire Cahuzac, une bonne majorité de réactions médiatiques semble s'offusquer plus du mensonge que du délit..

Cela rappelle l'orientation des attaques contre Bill Clinton durant les années 90.

Cahuzac : la partie émergée de l'iceberg, le bouc émissaire, l'occasion pour beaucoup de prendre des poses héroïco-morales.

Il a avoué ! Et si c'était le début d'une nouvelle tendance ?

Etant donné le nombre d'affaire en cours : "Takieddine", "Karachi","Bettencourt", on risquerait de se lasser des exercices de contritions..

GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Je crois que dens le cas Cahuzac, le mensonge éhonté (les yeux dans les yeux...) est le comble, l'impudence et l'arrogance qui transforment un petit délit en comportement haïssable.

Le monsieur est d'autant plus détestable qu'il a utilisé le mensonge comme paravent de sa malhonnêteté, la renforçant d'autant : il a agi de telle façon qu'il ne peut plus inspirer aucune confiance. C'est le errare humanum est, perseverare diabolicum !

Anonyme a dit…

Philippe je reviens ce soir avec un vrai clavier de pc et je t expliquerai leur fonds de poubelle ideologique. Tu comprendras mieux pourquoi ils se comportent ainsi avec toi pourquoi quand l idee de passer a tabac un handicape les faisait rire.
je dirai aussi pourquoi buster et leon mentent quand ils disent que les theories du complot et l ad hominem sont des trucs de gauche. Bon courage face a leur ignominie. Bien a toi. Wald.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Wald

Je te remercie mais je ne crois pas que ce soit souhaitable. Il vaut mieux ne plus parler de tout cela.

Je déteste être confronté à la haine, au mépris et aux menaces, qui touchent maintenant mes proches. Je préfère donc bien faire et laisser dire.

Philippe Renève a dit…

Effrayant exemple de domination des multinationales : Les semences paysannes bientôt illégales ?

Philippe Renève a dit…

Je tiens à dire ici, pour en finir avec ces balivernes, que ma femme et moi ne répondrons plus aux provocations, mensonges et calomnies proférés contre nous sur le site Disons.fr. Les remarquer serait leur donner un crédit indu et prêter à leurs signataires des qualités de sincérité et de droiture qu'ils n'ont pas.

Parlons plutôt de choses intéressantes.

Philippe Renève a dit…

Tenez, voici un sujet intéressant. Un « lycée musulman modèle », ça ressemble à quoi ?

Communautarisme ou liberté de choisir son milieu, endoctrinement religieux ou liberté de pensée et de culte ? Je n'ai pas de réponse toute faite ; la question ne se résume pas à louer ou à condamner sans nuance.

Remarquons en tous cas que l'interdiction du voile a poussé à la création de ce lycée ; faut-il alors interdire si une conséquence est une « ghettoïsation » ? Les choses ne sont jamais toutes noires ou toutes blanches.

Philippe Renève a dit…

Après ce long hiver le temps étant (un peu) plus clément, je vous propose de passer à un salon plus aéré et verdoyant, tout en nous garantissant des averses d'avril.

Anonyme a dit…

Reneve, tu as raison de te détourner de ce tas misérable de potins de cuisine. Y répondre, c'est se salir à la salissure. Comment imaginer que monsieur Léon, si correct, allait se vautrer , lui et sa coterie, dans un déballage aussi avilissant?
La descente aux enfers du blog est impressionnante. Leur haine est communicative. Ces types ont abandonné toute civilité.
Un ancien, médusé et dégoûté.

Philippe Renève a dit…

Anonyme, j'aurais aimé avoir ton pseudo. Mais je ne veux plus parler de ces choses ; merci de ne plus intervenir à ce sujet.

Philippe Renève a dit…

Voilà un ministre allemand qui ne manque pas d'air : Paradis fiscaux: Le ministre allemand des Finances déplore la laborieuse coopération internationale.

Le gouvernement allemand – comme les autres européens – n'a jamais dit un mot contre les paradis fiscaux existant dans l'Europe elle-même : Luxembourg, Monaco, Iles Anglo-normandes...

Formidable mauvaise foi de cette Europe de la finance, qui tonne contre les voleurs en protégeant les receleurs.

Gasty a dit…

( pour info, message envoyé à furtif et léon)

Il y a des comportements qui sont inadmissible. Quelle bassesse!



http://asgsystm.fr/WebRueduGastyVox2/wordpress/?page_id=70#comment-91

Philippe Renève a dit…

Merci Gasty ; j'ai répondu sur ton blog.

Philippe Renève a dit…

Oh my goodness ! Le gigot à la menthe va être hors de prix cette année.

Damn coldness.

Philippe Renève a dit…

A propos de l'affaire Cahuzac, un rapport rédigé par un "collectif d'officiers du renseignement intérieur" révèle que la DCRI ne transmet pas toutes les informations qu'elle peut posséder en matière de délinquance financière.

C'est exactement ce que nous évoquions il y a quelques jours : il est facile pour ces services, où Sarkozy avait placé des hommes à lui aux postes-clés, de retenir des informations pour les diffuser ensuite à des fins qui n'ont rien de professionnel.

Curieusement, l'existence et le contenu de ce rapport ne sont guère médiatisés.

Philippe Renève a dit…

Décidément, nos services de renseignement se comportent d'une étrange façon : La DCRI accusée d'avoir illégalement forcé la suppression d'un article de Wikipédia.
Belle efficacité : cette boulette met en vedette le site sensible en question.

Philippe Renève a dit…

Qui dit mieux ? Maintenant, c'est 15 millions d'euros que Cahuzac aurait tenté de planquer en Suisse. Si la télévision publique suisse sort l'information, c'est qu'elle est en béton...

Il veut vraiment redevenir député, le charmant homme ?

emile red a dit…

Il faut reconnaître que 600 000 € faisaient petit joueur, juste le prix d'un belle maison provinciale ou d'un deux pièces à Paris, c'était mesquin au regard du CV de notre Cahu national.

Maintenant on est dans le dur, niveau salaire patronal, dirigeant audible, politique de première importance, surtout que certains "égaux" de notre bonhomme semblent avoir profité de la voie tracée pour suivre le même chemin.

L'avenir est en train de se dessiner comme un roman fleuve qui va nous passionner...

Philippe Renève a dit…

Je crois aussi.

Le personnage est quand même magnifique : un richissime chirurgien esthétique habitant l'avenue de Breteuil (et pas une chambre de bonne, paraît-i), probable fraudeur du fisc à grande échelle, qui ment effrontément devant le président et l'Assemblée Nationale.

C'est un portrait parfait de tout ce que détestent huit Français sur dix et spécialement ceux qui votent à gauche.

Et il a été nommé ministre d'un gouvernement de gauche, sous une présidence socialiste.

Y avait pas comme une erreur, là ?

Rocla a dit…

C 'est un peu la dérive des incontinents du pognon , du pouvoir et de la frime .

Philippe Renève a dit…

Je crois que c'est la bonne trinité, oui. Celle de la bonne société... des mauvaises gens.

emile red a dit…

Je ne pense pas qu'il y ait eu erreur mais la révélation que le libéralisme n'est absoluement pas compatible avec le social.

Le PS n'a plus de socialiste que le nom, plus proche du parti centre droit de notre pastissophile national que de Jaures et du CNR.

Nous avions dès le début l'alerte Valls, complètement interchangeable avec Guéant, le reste ne pouvait que suivre....

Philippe Renève a dit…

Le PS du centre droit, oui, en effet, ça y ressemble comme deux gouttes d'eau.

A propos de libéralisme, Margaret Thatcher est morte. Par respect pour sa famille, on préfère ne rien dire pour l'instant. L'Histoire l'a déjà jugée.

Philippe Renève a dit…

Finalement Cahuzac est né un peu tard : il aurait fait un parfait ministre de Thatcher, et personne n'aurait jamais rien su de ses libertés avec la loi.

emile red a dit…

C'est au dessus de mes forces, voir cette vieille ordure manger son bulletin de naissance est si jouissif qu'il est impossible de garder ma joie pour moi seul.

Tu m'objecteras ses proches, mais elle a ruiné tant de familles, poussé à la mort tant de victimes de son sacré saint libéralisme que je ne peux me résoudre à quelque compassion.

Le sublime dans l'histoire de cette harpie restera qu'après s'être ingéniée à soit-disant remettre les chemins de fer anglais sur les rails, elle termina sa vie en déraillant... La cruelle nature a de l'humour...

Philippe Renève a dit…

Il est vrai qu'elle a incarné, par ses actes eux-mêmes, tout ce que peut haïr un citoyen un peu soucieux de justice sociale et de simple humanité dans les rapports que les hommes peuvent avoir dans une société moderne.

Elle restera comme l'illustration parfaite de cet ultralibéralisme monstrueux qui broie sans hésiter les plus faibles sous le joug des plus chanceux, des plus malhonnêtes et des plus cyniques. Ne nous leurrons pas : la libre entreprise n'est que le prétexte de cette prétendue idéologie qui n'est mise en avant que pour faciliter et justifier le triomphe de la puissance de l'argent sur le mérite et la vertu.

Philippe Renève a dit…

Ah les éloges de l'Ex pour Margaret Thatcher... Un morceau d'anthologie.

"Elle n'avait pas beaucoup de considération pour ses interlocuteurs", c'est-à-dire moua !

Et pour illustrer la justesse (inévitable) de ses propos, il termine en avouant que Schmidt et lui se sont fait avoir en acceptant de "modérer" la contribution britannique à l'Europe. Vous voyez bien qu'il était "moins faible" qu'elle !

Il a été le plus jeune président de la République, il est le plus vieux ex-président et ça se sent.

Philippe Renève a dit…

Incroyable : Le préfet du Rhône refuse d'appliquer une décision de justice en relogeant des Roms.

Décidément, Valls marche sur les traces de Guéant et Hollande sur celles de Sarkozy.
Un préfet qui refuse d'obéir à la décision d'un tribunal, c'est un gouvernement qui se couvre de honte.

emile red a dit…

On ne voit pas trop la place d'un préfet tout puissant dans un véritable organigramme démocratique, mais avec un préfet qui contourne la loi ou s'oppose aux décisions de justice, nous atteignons le summum de l'imposture.

Imaginons dans quelle situation serait un pays où tous les fonctionnaires d'état pourraient agir en toute impunité dans la plus parfaite illégitimité.

Ces préfets n'ont reçu aucun mandat des citoyens et à l'instar de ces conseillers qui envahissent les arcanes du pouvoir, ils sont la verrue du système représentatif.

Philippe Renève a dit…

Le préfet n'est qu'un fonctionnaire sur place, mais en pratique il a tant de pouvoir qu'il peut être un baronnet tyrannique.
La moindre des choses est qu'il se conforme aux décisions de justice ; il serait bien étonnant que celui-ci ait pris sous son bonnet de ne pas en appliquer une : il y a certainement du Valls là-dessous.

Je ne crois pas que le gouvernement de "gauche" puisse retrouver une quelconque popularité en se comportant comme la droite voire l'extrême-droite.

Le comble est que ce sont les contribuables qui paieront les indemnités pour la non-exécution du jugement dans les délais, une astreinte de 75 euros par jour et par famille...

Philippe Renève a dit…

Voilà une chose réjouissante : le charmant Gérard Longuet ne manque décidément aucune occasion de se ridiculiser.

« Gérard Longuet affirme que "la Marseillaise est hétérosexuelle"... mais se trompe de paroles. »

Philippe Renève a dit…

Il est très amusant de voir que pour certains commentateurs sur internet, plus on est mesuré, prudent, plus on cherche à ne pas juger hâtivement ou en noir et blanc, plus on tente de comprendre sans a priori et sans idéologie, et plus on est suspect. Suspect de quoi ? D'indécision, de forfaiture, de reniement, de nuance injustifiée, de modération pusillanime, de simple lâcheté, bref suspect de ne pas être comme eux plein de certitudes, d'idées toutes faites et de théories aussi assurées qu'infondées. Suspect surtout de ne pas penser comme eux : péché mortel face à ceux qui savent tout sans avoir guère appris, qui ont toujours raison, sur tous les sujets, du football à la linguistique, de la religion à l'art, de l'ethnologie à la finance, de la cosmologie à la physique quantique et de la cuisine inuit à la littérature bantoue.
Bref, suspect de ne pas être un gros beauf. La tare ultime.

En effet, pour le vrai beauf, dont le modèle en platine iridié est déposé au pavillon de Breteuil à Sèvres (Hauts de Seine), il est un certain nombre de positions qui ne se discutent pas, qui sont d'une vérité immanente et lui tiennent lieu de postulats, sur la météo, les religions, l'immigration, la politique, l'économie, la sexualité, le sport, la philosophie et en général sur tous les sujets qui font les beaux jours des bistrots entre deux canons qui achèvent de dissoudre des neurones apoplectiques. Ne pas les partager, en refuser même l'évidence, ne peut être que le fait d'intellectuels éthérés, de fanatiques sanguinaires, d'imbéciles congénitaux, de gauchistes anachroniques, de menteurs brandissant des daviers rougis, de crapules ignobles ou d'une des nombreuses combinaisons possibles de ces profils.
Comme tous les vrais beaufs, il se tient lui-même en haute estime, ainsi que ses compagnons, qui lui rendent bien ; et tous de s'entrecongratuler, de se féliciter réciproquement de la justesse de leurs lubies et de l'intelligence de leurs toquades.

Car le vrai beauf se reconnaît très précisément à trois critères conjoints : la certitude absolue d'avoir raison et d'être d'une grande finesse d'esprit – ceci expliquant cela –, la conviction inébranlable que ses contradicteurs ont tort et le refus catégorique d'une discussion qui pourrait remettre en cause ces deux évidences. Il est d'ailleurs prêt à tout pour affirmer sa supériorité : il prête faussement des opinions, des actions, il ment, il insulte, il décourage, il menace, il harcèle le contradicteur dont la stupidité manifeste ne mérite que ce juste traitement.

Il est remarquable de voir comment les gens les plus intelligents respectent leurs opposants, confrontent des idées plutôt que des passions et acceptent, même convaincus de leur erreur, que d'autres ne pensent pas comme eux.
Foin des nuances, des scepticismes, des hésitations : le beauf, lui, sait que les autres ne savent pas.

Anonyme a dit…

On pourrait encore rajouter quelques touches à ce portrait :

- Le Beauf s'ennuye..

- Le Beauf ose tout : c'est d'ailleurs à ceux que l'on reconnaît. (D'après une citation prisée ..)

- Le Beauf est si insupportable qu'il ne trouve rapidement plus que quelques autres beaufs pour l'écouter ressasser ses rancoeurs.

- Le Beauf tourne en rond, il n'a plus rien à dire.. Alors il bave.. sur ceux qui ont préféré s'installer à une table à l'écart.

- Le Beauf n'est même pas illettré, ni sous-scolarisé.. il a fait des études et, un jour a désappris volontairement à être intelligent.

- S'il ne varie guère dans ses centres d'intérêt, le Beauf aime à changer de registre. Tour à tour grossier, vociférant, il peut aussi donner dans le larmoyant.

- Le Beauf parle au nom du peuple? C'est son excuse pour brailler plus fort !

BREF : Des Beaufs, on en connaît tous. Cessons de leur payer des verres et ils rentreront se coucher..

Philippe Renève a dit…

C'est bien ça : comme il ne faut pas lancer de cacahuètes à certains animaux, ils ne faut pas nourrir les beaufs internétiques en leur fournissant du grain à moudre. Un silence amusé est de loin préférable, en ne troublant pas la machine à beauferies, dont la mécanique d'auto-alimentation est passionnante à voir, et en laissant deviner une muette observation qui se délecte d'un spectacle merveilleusement grotesque. Bien sûr, il n'est pas toujours facile d'étouffer les éclats de rire devant de tels prodiges de bêtise, mais il faut s'y efforcer.

Anonyme, ne restez donc pas dans la foule innombrable (!) de nos lecteurs discrets ; prenez donc un pseudo pour qu'on puisse vous différencier.

Philippe Renève a dit…

Cadeau du jour : un fabuleux moment d'émotion.
Kim Kardashian, elle ouvre la porte et je la vois ! ! ! !

Anonyme a dit…

Pauvres, pauvres d'esprit.

Jeanne

Philippe Renève a dit…

Le fâcheux est que par la grâce de quelques médias mercantiles, ces pauvres d'esprit sont donné(e)s en exemple et deviennent pour certains des modèles à suivre. Ceux-ci devraient se demander à qui profite ce crime contre l'intelligence !

Anonyme a dit…

A Montélimar, il y a 4 nougats qui se battent en duel. Et pourtant les "anti mariage pour tous se font entendre" Quel mariage? Celui de la praline avec le chocolat,du calisson avec la bugne, du pet de nonne avec le loukoum. Bon appétit Messieurs les censeurs (je plagie)

Ce qui devait être une avancée tourne en affrontement. Jamais plus, dans ce pays nous ne pourrons proposer des thèmes de réflexion sans voir les extrémistes dans la rue?

Y en a marre!

Jeanne

emile red a dit…

Et quand y'en a marre ya carambar'

Anonyme a dit…

T'as raison de te moquer. Je ne me manifeste pas souvent, maintenant ce ne sera plus. Roudoudou.

Philippe Renève a dit…

Allons bon, voilà que le roudoudou est vexé ; mais nous adorons les roudoudous, voyons ! Nous en léchâmes avec un plaisir sans rival il y a... quelques temps...

Quoique le nougat soit aussi respectable, bien sûr : nous sommes pour la paix des ménages de sucreries...

Philippe Renève a dit…

Poursuivons, si vous le voulez bien, nos recherches sur le beauf, qui nous amènent à des développements aussi vastes que l'étendue de ses carences.

Le beauf ne raisonne pas, car ce serait risquer d'apporter des nuances voire des restrictions à ses idées-postulats ; il se contente donc de commenter l'actualité, appliquant à des événements bien choisis ses thèses qui ne peuvent qu'en être confortées, et de fustiger ad libitum nauseamque les têtes de Turc qui lui sont ce que l'os à ronger est au chien.

Ces objets de défoulement sont en premier lieu des personnages publics, hommes politiques et célébrités diverses, dont les idées ou le comportement, réels ou supposés, lui permettent d'exercer un de ses passe-temps préférés, l'attaque vicieuse contre une personne qui ne peut se défendre, puisqu'elle n'en saura jamais rien. Mais ce sont aussi des personnes qu'il connaît peu ou prou ou qu'il a connues et qui, prenant conscience de sa pauvreté d'esprit, ont cessé leurs relations avec lui, en général de façon brutale. Contre celles-ci, précieuses aides à la libération de son agressivité, il se livre à son occupation favorite et parfois principale : médire et calomnier. Les deux sont pour lui tout à fait équivalents, tant il est vrai qu'il finit toujours par croire dur comme fer aux mensonges qu'il invente pour salir ses victimes ; dans les certitudes où baignent délicieusement son esprit, ce qu'il pense ne peut être que vrai et son imagination reflète si bien la réalité que ses produits la rejoignent tout naturellement.

Si la volonté de nuire du beauf est certaine et souvent ses haines bien établies, c'est, plus que le mal qu'il peut causer, la pratique de ses diatribes qui constitue le véritable plaisir de sa vie. Vocabulaire outrancier, souvent grossier et ordurier, insultes et injures, logorrhée fréquente, répétitions compulsives, ses attaques se caractérisent par une forme d'un excès si manifeste qu'il trahit toujours l'immense satisfaction qu'il y trouve et qu'il ne peut accroître qu'en haussant le ton toujours un peu plus. Ses colères sont à la mesure de ses incapacités à saisir le réel et ses attaques à la proportion du bonheur suprême qu'il ressent à agresser autrui faute de pouvoir le comprendre.

Philippe Renève a dit…

Sarkozy chez Drucker... Une forêt de symboles.

C'est une sorte d'accomplissement médiatique, le fin du fin de la comm' beauf, le triomphe suprême de la peopolisation.
Voici, Paris Match et TF1 réunis chez France 2. Kim Kardashian en passe d'être battue sur son propre terrain ; c'est le même public.

Mais c'est aussi une formidable banalisation de la fonction de président ; même Giscard n'avait pas osé – il ne s'en remettra pas.

Philippe Renève a dit…

Un visiteur occasionnel mais néanmoins attentif me signale un article tout à fait étonnant : PINCEAU = ARME – L’expressionnisme abstrait comme propagande de la CIA.

Hélas il ne donne pas de détails sur les raisons de cette propagande de la CIA. On peut imaginer que c'était pour développer un contrepoids à l'art communiste, toujours figuratif et édifiant. Mettre en avant un art "libéral" et "moderne", qui n'est parfois que du vent, pouvait aussi fixer l'intérêt d'intellectuels prompts à une révolte qui pouvait, à l'époque, se tourner vers le communisme et ses grands idéaux. Dans les années 50 et 60, il attirait beaucoup d'esprits libres, avant qu'on ne voie clairement qu'il était une impasse. Comme cette époque paraît lointaine, avec ce manichéisme est-ouest, bons et méchants (au choix !) et ces manipulations des opinions publiques de part et d'autre, si visible à l'est mais plus subtile à l'ouest.

Philippe Renève a dit…

Je ne sais pas si vous avez eu la même impression dans vos régions, mais dans le Dijonnais il a fait aujourd'hui un temps assez étonnant : on est passé d'un mois de mars froid à un mois de mai charmant. En avril ça fait drôle.

Anonyme a dit…

Voilà bien du grain à moudre... j'avais conçu quelques soupçons sur le statut attribué aux artistes américains contemporains en apprenant qu'un innocent postulant à une école d'art américaine s'était vu poser une question éliminatoire lors de l'entretien d'admission. Parmi ces quatre peintres, Giotto, Rembrandt, Rothko et un quatrième dont j'ai oublié le nom, quel est le plus grand ? Notre innocent, bien évidemment, a choisi Giotto... vous aurez deviné que la réponse correcte pour être admis dans cette école était Rothko... l'admission a été refusée à notre innocent car l'école n'avait rien à apprendre à quelqu'un qui n'avait pas compris que Rothko était plus grand que Giotto... en fait, cela tombait bien car notre innocent n'avait rien à apprendre d'une école qui plaçait plus haut Rothko que Giotto...
Il apparaît donc clairement que la cote et le statut des peintres américains a été largement et artificiellement surévalués... mais le plus étonnant dans les agissements de la CIA, c'est qu'ils aient été secrets... car après tout, on pouvait tout à fait concevoir une politique officielle de rayonnement culturel américain... peut-être y a-t-il d'autres aspects non évoqués...

Jules B.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Jules et bienvenue !

Un des buts de la CIA était peut-être de faire obstacle à l'art socialiste (qui n'en avait guère besoin...) en faisant des Rothko et autres Pollock des génies éternels pour que la mode de l'abstraction rende le réalisme socialiste définitivement passéiste et suranné. L'Art américain, sublime et indiscutable, devenu la référence du XXe siècle face à l'Histoire... Des Américains des années 50, surtout de la CIA, étaient tout à fait capables de ce genre de manœuvre, qui a du reste pas si mal réussi : ces barbouilleurs – il n'y a pas insulte puisque le dripping s'y rattache – ont atteint un prestige et une cote (parfaits synonymes dans le monde libéral) que leur seule adresse ne sauraient expliquer.

Occuper le terrain pour ne pas céder un pouce aux communistes était probablement le Pater Noster de la CIA, depuis la conquête de la lune jusqu'aux cimaises des musées du monde. Il était alors assez logique que cette stratégie soit appliquée dans tous les domaines, l'art n'étant considéré que comme un outil de propagande comme un autre.

Philippe Renève a dit…

Et puis, c'était en quelque sorte la fin de l'Histoire de l'Art, qui se terminait par le triomphe de l'Amérique.

Anonyme a dit…

Le problème, c'est qu'il ne s'agit pas d'art mais de spéculation soutenue par une imposture intellectuelle assortie de terrorisme culturel...

Jules B.

Philippe Renève a dit…

Le travail de la CIA est d'autant plus remarquable : faire porter aux nues de telles escroqueries intellectuelles n'était pas à la portée de la première barbouze venue !

Anonyme a dit…

Avec de l'argent, on peut promouvoir et vendre n'importe quoi... la preuve...

Philippe Renève a dit…

Bien entendu, et l'Amérique s'est bâtie sur ce principe !

Philippe Renève a dit…

Inquiétant : la Corée du Nord possède-t-elle des armes secrètes ?

Merci à Jules B. pour ce scoop.

Anonyme a dit…

C'est un remake de Colin Powell brandissant sa petite fiole à l'ONU... tout aussi crédible...

Jules B.

Philippe Renève a dit…

Les USA ne sauraient se mêler des affaires intérieures d'autres pays. Noooon.

Anonyme a dit…

Chavez passera à la postérité comme l'homme qui a un jour déclaré qu'il avait entendu dire que c'était le capitalisme qui avait détruit la vie sur Mars... dans ce contexte, il n'est pas étonnant que l'opposition ait recueilli 49,1 % des suffrages en dépit de " l'immense " popularité de Chavez...

Jules B.

Anonyme a dit…

Bonjour ,
Sur "l'action culturelle" de la CIA en matière d'arts plastiques, un ajout :
Le but poursuivi n'était pas uniquement de rendre ringarde la figuration "socialiste" au profit de l'abstraction "libérale", mais de promouvoir une figure universelle d'artiste, totalement désengagé politiquement, farouchement individualiste et qui, en plus faisait du pognon..
En face, le modèle orthodoxe était réuni en collectifs, se mettait au service du peuple (Disons plutôt "de son avant-garde éclairée") et ne s'aventurait pas dans des expérimentations douteuses..
L'Amérique avait connu, brièvement, une production "réaliste socialiste", après l'élection de Roosevelt, au sein de son programme de subventions dont bénéficièrent des artistes au chômage.
Leurs thèmes privilégiés étaient le monde ouvrier, les grands travaux, etc.. Ce courant s'éteignit avec la seconde guerre mondiale..
En photographie, l'administration Roosevelt subventionna aussi des photographes par le biais de commandes documentaires.. Les travaux de Walker Evans, Dorothea Lange et d'autres moins connus sont passés à la postérité..
Excellents aussi (à mon goût) les membres de la "Photo League" et leur travail sur la ville de New York. Ils eurent moins de chance : les commissions Mc Carty leurs tombèrent dessus à bras raccourcis..
GéBé

Anonyme a dit…

Pour les différents portraits de "Beaufs", bravo !
J'ai bien ri !

Je rajouterais bien quelques traits :

- Le Beauf tonitrue, cela a été dit.. et c'est ainsi qu'en sa version virtuelle, il aime les caractères gras..

- Le Beauf boirait-il ? Fort probable, car bien souvent, il est incompréhensible..

Sinon :
grande déception pour la une de Libé : "L'acier trahi".. Ils auraient pu faire un effort et se fendre d'un titre plus imaginatif.

"Et l'acier fut trompé".. Cela aurait eu plus d'allure !

GéBé

Philippe Renève a dit…

Bonjour Gazi

Merci pour les explications sur la CIA et l'art : le tableau est maintenant complet (!), il s'agissait en somme de promouvoir une image d'artistes apolitiques bien américains et bien géniaux, à la fois pour contrer toute tendance "de gauche" et pour les opposer au réalisme socialiste d'Etat.

Si ce dernier a produit surtout du pompier, la méthode CIA a surtout produit du barbouillis. Tant il est vrai qu'un art orienté ne mène pas à grand-chose d'autre que le but qu'on lui a donné.

Bravo pour l'acier trompé, c'est excellent ! Mais Libé n'a-t-il pas eu l'adresse suprême de laisser deviner le trompé derrière le trahi ? !

Philippe Renève a dit…

Remarquons que la forme a été soignée par la CIA, experte en communication. Ainsi il fallait que les peintres soient spectaculaires pour marquer les esprits ; ils ont donc inventé et on a retenu la pantomime du dripping, le simplisme et la confusion graphique faisant croire à de la complexité métaphysico-artistique et l'improvisation, forcément médiatique, démontrant l'existence d'un génie inné à la seule portée de quelques élites fortunées (par le sort et le marché) et non du petit peuple prosterné devant tant de miracles et de dollars, tous bien américains.

Well done !

Beaux messieurs et gentes dames, nous allons passer à une nouvelle page ; on peut l'atteindre en cliquant ici dessous à droite sur "les plus récents".

«Les plus anciens ‹Précédent   1001 – 1200 sur 3973   Suivant› Les plus récents»