samedi 17 janvier 2015

Internet : sous les pavés, l'égout




Pensant y trouver matière à discussion et à réflexion, j'ai commencé il y a quelques années à fréquenter des sites internet tenant lieu de forums et des blogs divers, pour y passer quelques moments d'échange et de convivialité en me faisant quelques connaissances agréables.
Hélas. Pour un interlocuteur intéressant, d'une discussion plaisante, bref pour un simple échange normal, combien de crétins prétentieux, d'excités orduriers, de malades mentaux vociférants ?

La tare éternelle d'internet est que ce moyen de communication, comme je l'ai déjà relevé (Internet et comportements sociaux agressifs), est, par l'anonymat, la distance et l'impunité qu'il apporte, propice à tous les excès d'émotions et néfaste à toute réflexion paisible.
Disons-le clairement : plus qu'en idées, internet se révèle généreux en insultes, en agressivité gratuite et en idéologies bornées, tout cela baignant dans la frustration des incapables et la haine des aigris. Y voisinent à plaisir des lobbyistes plus ou moins bien masqués, des mégalomanes hautains et des meutes de ratés léchant des fesses plus culottées qu'eux. Querelleurs butés et ignorants triomphants tiennent le haut du pavé numérique et court-circuitent les fils les moins électriques. Plutôt le zinc d'un bistrot : on voit à qui on a affaire. Et au moins il y a à boire.

C'est pourquoi je me contente maintenant de mettre quelques mots sur des sites de bien et de tenir ce blog, de loin et en laissant de la corde, en y apportant plus d'images que de mots et en veillant autant que possible à la bénignité des sujets.

Je fais mien l'aphorisme de Chamfort

   De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui le font en silence.


--- ooOoo ---


13 commentaires:

Philippe Renève a dit…

J'avais ce texte sous le coude depuis un moment ; il me semble opportun de le publier après les quelques interventions récentes sur ce blog qui viennent magnifiquement l'illustrer.

Up Ten iQ a dit…

Je viens aussi de lire les commentaires sous l'article précédent.

… — Peut-être pas sur internet ---- mais je crois qu'il faut parler, au moins dans nos entourages, aux personnes si pleines de peurs et de haines … les écouter … arriver avec eux à éclaircir le sens des mots.
Pas agréable peut-être, mais, aujourd'hui ce serait bien utile, je pense. (Up)

Philippe Renève a dit…

Vous avez raison. Je crois qu'il y a un long travail à faire de tous les côtés pour parvenir à raisonner ceux qui ont peur autant que ceux qui refusent de voir les problèmes. Les extrêmes se nourrissent les uns les autres et se justifient mutuellement ; la bonne volonté n'est pas toujours suffisante pour combattre les préjugés et les excès.

Anonyme a dit…

Courage, fuyons !

Philippe Renève a dit…

Encore une illustration avec ce « commentaire » de 23h24.

Anne Le Maître a dit…

Je souscris totalement à ce point de vue : déception énorme de trouver l'égout des egos, des pulsions, de la bêtise, là où l'on croyait trouver l'agora de la démocratie et de l'échange d'idées.
C'est une vraie souffrance, pour moi, et qui me rendrait facilement misanthrope. Ce dont il faut se garder.

Philippe Renève a dit…

Vous avez raison, Anne : c'est à vous décourager du genre humain... Mais il faut se dire que les frustrés, les ratés, les aigris qui y trouvent un excellent dérivatif interviennent beaucoup plus sur internet que les gens paisibles. Internet est un miroir grossissant de tous ces pauvres êtres, qui sont plus à plaindre qu'à blâmer, mais qui découragent parfois les bonnes volontés.
Il faut donc ranger soigneusement la misanthropie sous une bonne pile d'humanisme !

Philippe Renève a dit…

Un bon exemple de la bêtise de ces gens-là, qui ne peut qu'inspirer une considération inversement proportionnelle, est ce commentaire d'hier au soir à 23h24 : quand on en parle, il s'en trouve un pour venir complaisamment (ô combien) confirmer le propos.

Anonyme a dit…

Bonjour Philippe,

C'est très bien que des personnes fassent ce type de billet. En effet, Internet donne l'occasion à des personnes qui ne respectent rien ni personne de donner libre cours à leur volonté d'agression.

Je pense pareil que toi pour le "commentaire" de 23h 24 du 17 janvier. Quand on leur demande "Pourquoi autant de violence gratuite ?", c'est toujours la même réponse, la moquerie, les "bisounours", comme si dans la société tout le monde se traitait en permanence d'abruti, déchet, terroriste, islamiste, connard, etc... Au fond, jamais un argument valable pour excuser une dégueulasserie de toute manière injustifiable.

Wald

Philippe Renève a dit…

Bonjour Wald

C'est bien ce média internet qui pousse à l'agressivité, à l'intolérance et en fin de compte aux insultes plus qu'aux discussions : à de rares exceptions près, tous les sites d'échanges sombrent en permanence dans la haine et la déraison.
C'est pourquoi ici je ne tolère pas ces comportements d'excès et d'attaques.

Anonyme a dit…

Re Philippe,

Sur ce point, je peux t'assurer que lorsque je vois certains sites, voire j'y participe, je n'ai pas de vrai problème ni ne suis obligé de rendre insultes et irrespect (tant mieux, parce que j'ai tendance à trop rendre). Par exemple, beaucoup de forums spécialisés n'ont pas de réelles difficultés, lorsque la volonté des administrateurs est bien d'avoir des échanges constructifs. quelques règles simples et dans 99% des cas le problème est réglé :

-le principal, se comporter sur le net comme ailleurs. Les notions de respect d'autrui, de prudence quand on avance des idées, sont aussi valables sur le net qu'ailleurs.

-privilégier sur les forums les présentations thématiques aux historiques. Ca contribue fortement à l'accumulation patiente de vrais arguments, progressivement, et évite de redire 100 fois les mêmes choses (couplé à une modération qui sait le faire comprendre). Des sites comme AV ou Causeur, qui eux accumulent chronologiquement et ressassent sans cesse les mêmes choses souhaitent vivre dans la polémique perpétuelle, d'ailleurs pour le second, c'est sa devise même "surtout si vous n'êtes pas d'accord", cad se prendre le chou comme principe existentiel.

-une modération qui non seulement interdit tout ce qui est insultes, mais n'hésite pas à sucrer des messages, voire des comptes, quand elle voit des comportements de pourrissage de discussion, d'arguments de mauvaise foi répétés continuellement.

Quand ces conditions sont remplies, il n'y a dans la quasi-totalité des cas guère de problèmes.

Wald

Anonyme a dit…

Il est évident, Philippe, que ce que je te dis n'empêche pas que les forums internet sont bien plus exposés aux risques de dérapage que le réel. Notamment parce que les pires crétins sortent devant les écrans des choses qu'ils n'oseraient pas. Combien de blogueurs racistes assumeraient leur propos devant des noirs ou des arabes ? En plus, le net permet à des types qui n'ont jamais pu obtenir une tribune digne de ce nom dans le réel de revenir à la charge inlassablement sur tous les lieux non réellement modérés (genre AV, où on peut à peu près tout dire).

Wald

Philippe Renève a dit…

Bien d'accord, Wald : tous les pauvres types qui se feraient jeter d'un bistrot peuvent déverser leurs bêtises sans aucun frein si la modération n'intervient pas.

C'est si facile, gratuit et gratifiant pour ceux qui ne sont guère mis en valeur dans la vie. C'est la plaie de sites comme Agoravox qui font leur beurre de ces interventions débiles qui en amènent d'autres et font des clics...